Mali

Analyse genre approfondie du programme d’appui a l’inclusion scolaire au Mali

Format
Analysis
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

RESUME EXECUTIF

Contexte

Au Mali, la faiblesse de l’offre de l’éducation et le manque de qualité de l’enseignement sont particulièrement accentués dans les zones affectées par la crise, et nécessitent un appui important de la part des acteurs intervenant dans le secteur éducatif. Dans ce contexte, le Programme d'Appui à l'Inclusion Scolaire au Mali (PAIS) est lancé depuis 2019 par le consortium IRC-NRC, pour contribuer à l’amélioration du taux de scolarisation au premier cycle de l'enseignement fondamental (l'école primaire) au Mali en lien avec l’atteinte des ODD 2030. Dans le cadre de la mise en œuvre du PAIS, l’analyse genre approfondie du projet est commanditée pour identifier les barrières à l’accès à l’éducation et l’implication des femmes dans la gestion scolaire et la situation des filles à l’école.

Méthodologie de l’étude

Suite à l’atelier de formation du staff sur le genre et l’analyse genre approfondie organisé à Bamako du 1er au 6 février 2021, les travaux de collecte de données primaires se sont déroulés du 15 au 22 février 2021 dans les régions de Mopti (Dia, Tenenkou, Diallangou, Djenedaga), Ménaka (Ménaka Quartier 1) et Gao (Dama, Bagoundjé, Kokorom, Bangnadji). Au total, 362 (212f/150m) acteurs (Informateurs clés, Membres CGS, AVEC, AME, Enfants scolarisés et non scolarisés, Parents) ont été consultés à l’aide d’outils de collecte de données qualitatives pré-testés dans une école communautaire à Bamako. Cette étude qualitative s’est focalisée sur les quatre domaines d’impact de l’analyse genre approfondie que sont : rôles et responsabilités ; accès et contrôle ; sécurité interpersonnelle ; normes sociales. Au terme des activités de collecte, de codage et de saisie dans la base de données, un atelier (en ligne) a été organisé pour présenter les résultats préliminaires et recueillir les observations du Consortium. Le modèle écologique d’analyse adopté par IRC pour soutenir l'analyse des données collectées et les inégalités présentes dans la communauté a été exploité. Ce modèle écologique examine l'impact des inégalités de pouvoir entre les sexes à trois niveaux : (i) Impact sur l'individu ; (ii) Impact sur les relations entre les personnes (en particulier les relations entre les femmes et les hommes) et (iii) Impact sur la façon dont les populations naviguent au sein des systèmes dans lesquels ils vivent (y compris les structures communautaires, les croyances et les mécanismes de justice).

Difficultés et limites de l’étude

La principale difficulté rencontrée est liée au fait que durant la phase des travaux de terrain, la mission de l’équipe d’Anderamboukane a été annulée à trois reprises par la coordination pour des raisons sécuritaires. En effet, des affrontements ont éclaté dans cette localité au cours de la collecte des données. Cette contrainte a engendré une limite dans l’étude en terme de couverture intégrale de l’échantillon initialement déterminé. Les unités déclarantes sélectionnées pour cette localité n’ont donc pas été consultées sauf la chargée de scolarisation des filles (SCOFI) qui est basée à Ménaka. L’équipe de Anderamboukane a alors travaillé avec celle déployée à Ménaka, Quartier 1 pour la mission.