Afrique de l’Ouest: Perspectives de la sécurité alimentaire - Juin 2018 à Janvier 2019

Report
from Famine Early Warning System Network
Published on 30 Jun 2018 View Original

L’approvisionnement des marchés bien qu’inférieur à la moyenne démurera suffisant pour satisfaire la demande

MESSAGES CLÉS

• L’installation de la campagne agricole est globalement satisfaisante avec la généralisation des semis dans les pays du Sahel. Des stades avancés de tallage sont déjà observés pour les céréales. Toutefois, quelques dégâts de chenille légionnaire sont déjà signalés au Burkina Faso et au Mali. La régénération des pâturages et des points d’eau réduit progressivement les difficultés alimentaires du bétail. Cependant, le faible niveau d'exportation vers le Nigéria continue d'affecter les termes de l’échange bétail/céréales en défaveur des éleveurs, bien qu’une amélioration soit à prévoir avec la fête de Tabaski en août.

• Excepté dans le Grand bassin du Lac Tchad et dans le nord et le centre du Mali où les marchés restent perturbés en raison de l'insécurité, ailleurs ils sont suffisamment approvisionnés, mais à des niveaux inférieurs à la moyenne. Ces niveaux resteront tout de même suffisants au Sahel pour satisfaire la demande de consommation des ménages jusqu’aux prochaines récoltes en octobre grâce aux flux en provenance des pays côtiers, les nouvelles récoltes de contre saison, la mise à marché des stocks commerçants et les importations. Les prix des aliments de base restent plus élevés par rapport au mois précédent au Nigeria, mais plutôt stables dans le Sahel et les autres pays côtiers. Ils restent supérieurs à la moyenne et demeureront ainsi durant toute la période de soudure.

• La majorité des zones restera en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en janvier 2019, grâce à l’approvisionnement satisfaisant des marchés durant toute la période de soudure, les récoltes précoces à partir de septembre et à la mise en oeuvre de stratégies d’adaptation habituelles.

• Toutefois, le niveau d’insécurité alimentaire Crise (Phase 3 de l’IPC) continuera d’affecter jusqu’en septembre, le centre et l’est de la Mauritanie, des parties des régions du Sahel, du Centre-nord et de l’Est du Burkina Faso, au Tchad dans les régions de Wadi Fira, Kanem, Barh El Gazel, Batha et Hadjer- Lamis du fait des baisses significatives des productions agricoles et pastorales, et de la détérioration significative des moyens d’existence qui affectent négativement la consommation des ménages pauvres. Il en est de même pour la région de Diffa au Niger et la région du Lac au Tchad du fait du conflit de Boko Haram, et en RCA du fait du conflit armé.