Mali

Accès humanitaire au Mali - de septembre à décembre 2020 (régions de Ségou et Koulikoro)

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Faits saillants dans la région avec impact sur l’accès humanitaire

Les défis d’accès humanitaires ont été cruciaux dans le cercle de Niono à cause d’une détérioration de la situation sécuritaire. Cette situation a engendré le déplacement de 1 280 nouveaux ménages d’environ 7 400 personnes dans les communes de Sokolo, Mariko, Siribala, Toridagako, Dogofry. Selon quelques PDI interrogés, leur déplacement vers la ville de Ségou s’explique par des besoins de sécurité et d’accès à l’assistance humanitaire. Cette dynamique de déplacement crée une pression supplémentaire sur la ville de Ségou, qu’il faudrait intégrer dans les planifications de la réponse humanitaire en 2021.

Le 06 octobre 2020, les villages Farabougou et Kourouma Kobé ont été attaqué par des GANE. Cette attaque est la conséquence de conflits latents entre populations Peulh et Bambaras qui a abouti à l’encerclement de Farabougou par les GANE à la date du 08 octobre 2020. Les GANE postés aux alentours de Farabougou empêchent les habitants du village d’avoir accès à leurs champs et récoltes, à leurs moyens de subsistances et aux services sociaux de base. Avec l’arrivée des FAMa dans le village le 15 octobre 2020 pour la sécurisation des habitants et les réactions des chasseurs Donsos en soutien aux populations Bambaras de la zone et particulièrement de Farabougou la situation sécuritaire s’est détériorée davantage. Les opérations militaires, les affrontements entre GANE et chasseurs, les enlèvements de populations civiles, les assassinats ciblés et destruction d’infrastructures routières et de récoltes sont devenus courants dans la commune de Dogofry en particulier et dans le cercle de Niono en général.

Plusieurs initiatives de médiation et de réconciliation initiées par les autorités nationales et des leaders communautaires visant à mettre un terme aux attaques contre les paysans et les populations civiles, ont favorisé la libre circulation des populations civiles dans le cercle de Niono et ont conduit à la signature d’accords qui n’ont pas survécu aux tensions entre GANE et chasseurs Dozos. Il y a eu entre autres initiatives de paix, le forum de Niono du 5 au 7 novembre 2020 facilité par le gouvernement de transition puis la médiation menée par les leaders communautaires de la région de Ségou le 1er décembre 2020. En dépit de l’établissement de ces accords, plusieurs incidents sécuritaires survenus par la suite confirment que l’environnement sécuritaire reste précaire et impacte sur l’accès humanitaire.

Les présumés GANE auraient endommagé et détruit au moyen d’engins explosifs, trois ponts entre octobre et décembre 2020 pour empêcher l’accès à Farabougou. Il s’agit d’abord du pont à proximité de Chouaka Couka K03 visé le 17 octobre 2020, ensuite le 04 novembre 2020 celui de Touba Coura KO6 a été visé et enfin le pont reliant B1 à Niono détruit le 23 novembre 2021.

Plus de 70 incidents sécuritaires ont été rapportés au cours de période sous revue dans la région de Ségou. Ces incidents se manifestent par des affrontements directs et violents entre GANE et chasseurs Dozos, des d’enlèvement ou d’assassinats ciblés de populations civiles au motif d’appartenance ou présumés complicité avec le groupe ennemi. Ce qui a entrainé aussi le pillage ou destruction de biens et ressources de populations civiles. Les communes les plus touchées par ces incidents sont les communes de Dogofry et Niono cercle de Niono et dans le cercle de Tominian.

Dans un tel contexte les diverses approches menées par les humanitaires auprès des autorités nationales et régionales de Ségou et auprès des leaders communautaires et guides religieux pour la réparation des ponts détruits et avoir l’accès à Farabougou et localités environnantes n’ont encore abouti. Il y a des impacts négatifs sur l’accès humanitaire dans la région et augmente la vulnérabilité des populations. Selon les ONGs, on assiste à une augmentation des cas confirmés de rougeole dans le district sanitaire de Niono due à la faiblesse de la surveillance épidémiologique liée aux difficultés d’accès aux populations

Enfin deux incidents sécuritaires ont touché une organisation humanitaire au cours de la période sous revue dans la commune de Diabaly, cercle de Niono.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.