Urgence Madagascar - Une nouvelle intervention se met en place à Madagascar suite au passage du cyclone Hudah

Report
from Médecins Sans Frontières
Published on 05 Apr 2000
Dans la nuit du dimanche 2 à lundi 3 avril, Hudah, un cyclone tropical, a atteint la côte nord-est de Madagascar, avec des rafales atteignant 300 kms/h. Après le cyclone Eline en février dernier et la tempête Gloria en mars, c'est la troisième catastrophe naturelle qui frappe l'île en quelques semaines.
Mardi 4 avril, une équipe MSF, en collaboration avec le CNS, le Centre National de Secours malgache, a pu se rendre dans les zones dévastées afin d'effectuer une première évaluation des besoins. Une intervention de première urgence se met en place à Antahala, la ville la plus durement touchée, pour apporter une aide médicale et distribuer du matériel de première nécessité : eau potable, abris, médicaments, nourriture. Pour démarrer cette intervention, l'équipe utilise une partie du stock d'urgence déjà présent à Madagascar. En effet, le 10 mars dernier, un avion-cargo de 35 tonnes de matériel médical et non médical avait été acheminé dans l'île pour répondre à la situation d'urgence causée par le passage des deux dépressions Eline et Gloria. En fonction des besoins, un nouveau fret de matériel d'urgence sera envoyé dans les jours qui viennent.

Aujourd'hui, à Antahala 75% de la population est sinistrée. Le cyclone a balayé la quasi-totalité des habitations et il n'y a plus d'eau courante, ni d'électricité. Plus loin dans les zones rurales inondées, plusieurs routes sont coupées et les cultures de vanille, de girofle, de poivre sont détruites. A l'intérieur des terres, à Andapa, située dans une cuvette entre des montagnes, les rizières ont été inondées. A Maroantsetra, la situation semble très préoccupante : les eaux semblent avoir monté jusqu'aux fenêtres des maisons en dur.

Trois équipes de MSF (composées d'un médecin et d'un logisticien) sont toujours présentes dans les districts de Marolambo et Mahanoro, sur la côte est de l'île, et continuent leur intervention en acheminant l'aide par hélicoptère, auprès des populations sinistrées et encore enclavées. Des biscuits protéinés (BP5) ont été distribuées ainsi que des médicaments, des couvertures et des abris provisoires.