Madagascar

Rapport Spécial: Mission FAO/PAM d'évaluation dex récoltes et de la sécurité alimentaire à Madagascar, 2016 - 27 octobre 2016

Attachments

FAITS SAILLANTS

  • Le fait marquant de la campagne agricole 2015/16 a été la baisse significative de la production dans la partie sud de Madagascar suite à une grave sécheresse amplifiée cette année par le phénomène El Niño. La sécheresse a été particulièrement prononcée dans les régions d’Androy, d’Anosy, d’AtsimoAndréfana, et d’Ihorombe. Dans le nord, les régions de Boeny et de Sofia ainsi que le district de Maevatanana (dans la région de Betsiboka) ont également été sérieusement affectés. Enfin des cas d’inondations ont été signalés, mais ils n’ont causé de dégâts significatifs que sur les cultures de riz Asara dans la région de Sofia.

  • Ailleurs, une bonne pluviométrie a été observée dans les principales zones de production rizicole du pays, notamment au centre, au nord et à l’ouest. En outre, les bonnes conditions climatiques qui ont prévalu dans ces zones ont été favorables à la culture de contre saison de riz, qui a démarré en juilletaoût.

  • Comme l’année dernière, les dégâts causés par les criquets sur les cultures et les pâturages en 2016 sont négligeables à l'échelle nationale, l'invasion étant largement contenue grâce au Programme triennal (2013-2016) de réponse à l’invasion acridienne. Toutefois, on continue à noter des passages d’essaims de criquets migrateurs malgaches, en particulier dans les districts de Sakaraha (Atsimo-Andréfana) et de Maevatanana (Betsiboka).

  • La production rizicole nationale est estimée à environ 3,8 millions de tonnes de paddy en 2016, soit une légère augmentation de 2,5 pour cent par rapport à l'année précédente, mais une baisse de 5,4 pour cent par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

  • La sécheresse qui a sévi au sud a entraîné une contraction de la production nationale de maïs et de manioc, en raison de la contribution substantielle de la partie sud du pays à la production de ces cultures. La Mission estime la production de maïs à 316 000 tonnes, en baisse de 4 pour cent par rapport à la récolte de 2015 et de 19 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale. La production de manioc, estimée à 2,6 millions de tonne, est en baisse de 16 pour cent par rapport à la moyenne.

  • Les besoins d'importations de céréales pour l’année commerciale 2016/17 (avril/mars) sont estimés à environ 518 000 tonnes, contre 551 000 tonnes estimées l’année dernière. Ces importations se décomposent comme suit: 272 000 tonnes de riz usiné, 97 000 tonnes de maïs et environ 150 000 tonnes de blé.

  • Selon l'enquête de sécurité alimentaire auprès des ménages menée dans neuf régions du pays, la majorité des ménages en situation d’insécurité alimentaire sévère se trouvent dans les trois régions du sud ayant souffert de la sécheresse aggravée par El Niño.

  • Dans ces trois régions australes, la Mission a estimé à 1 216 5231 le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire en 2016, dont environ 616 869 en insécurité alimentaire modérée (IAM) et 599 653 en insécurité alimentaire sévère (IAS). Bien que ces chiffres indiquent une réduction du nombre global de personnes en insécurité alimentaire par rapport à 2015, le nombre de personnes en insécurité alimentaire sévère a quant à lui fortement augmenté.

  • Dans les régions côtières du sud-est, l’insécurité alimentaire est caractérisée par une hausse du nombre de ménages en situation d’insécurité alimentaire modérée, comparé aux années précédentes, en raison principalement d’une détérioration de l'accès à l'alimentation, provoquée par une pluviométrie excessive durant la période de récolte qui a entrainé des pertes post-récoltes significatives et l'inflation des prix des produits alimentaires.

  • Dans la région de Sofia, la situation globale de la sécurité alimentaire est très bonne malgré les inondations en début d'année. En fait, seule la campagne rizicole de 2ème saison (Asara) a été affectée; les trois autres campagnes de riz [1ère saison (Jeby), intermédiaire (Atriatry), et pluviale] ont bénéficié d'une pluviométrie plutôt favorable.