Madagascar + 1 more

Madagascar : Epidémie de peste Rapport de Situation conjoint n 3, en date du 23 Octobre 2017

Attachments

Faits marquants

• 14/22 régions et 40/114 districts sanitaires ont rapporté des cas de peste pulmonaire; 6 districts n’ont plus enregistré de nouveaux cas depuis 15 jours.

• 1.192 cas ont été recensés et 124 personnes décédées, dont 67% de forme pulmonaire.

• 780 malades sont guéris depuis le début de cette épidémie, d’autres sont encore sous traitement à l’hôpital.

• Moins de 30% des personnes en contact avec les malades ont pu être tracées.

• Présence de cas de peste le long des grands axes routiers ; malgré le manque d’équipement de protection, les contrôles sont en cours d’être renforcés.

• 52% des besoins en matériel de désinfection ne sont pas encore couverts, indispensables pour répondre aux mesures de prophylaxie préconisées.

• Le secteur privé est plus en plus impliqué dans la réponse, y compris les différents syndicats des travailleurs.

1.192 Cas cumulés depuis le début de la saison épidémique

124 Décès cumulés, tous cas confondus

67% Cas sont des formes pulmonaires

780 Malades sont guéris et sortis des hôpitaux depuis le 1er aout 2017

<30% Des personnes en contact avec les malades seulement sont identifiées

26% Seulement couverts du besoin total de financement

Aperçu de la Situation

Bien que la peste soit endémique à Madagascar, la saison a démarré avec un mois d’avance par rapport à son début normal. La grande différence entre une saison épidémique normale et la saison 2017 est que cette épidémie est à prédominance pulmonaire et touche les plus grands centres urbains de Madagascar (Antananarivo et Toamasina). Certains de districts actuellement touchés ne sont pas habituellement frappés par cette maladie, ce qui représente un autre challenge en plus des défis rencontrés pour le contrôle de l’épidémie dans les milieux urbains.

Le nombre total des cas enregistrés actuel (1.192) est déjà trois fois supérieur au nombre moyen annuel recensé pendant une saison pesteuse, généralement de septembre à avril.

Les réponses médicales et non médicales à la peste pulmonaire sont techniquement plus difficiles à mettre en œuvre en milieu urbain dues à la densité de la population et à la fréquence de ses déplacements. Le grand Antananarivo qui constitue un nœud des transports et des échanges commerciaux du pays est la zone la plus touchée par cette épidémie. Cette situation urbaine augmente le risque sanitaire pour les agents de santé, 54 personnels médicaux ont été ainsi atteints par la peste depuis le début de cette réponse.

Par ailleurs, l’impact de cette l’épidémie commence à poser quelques soucis aux secteurs socio-économiques du pays.

Disclaimer

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.