Madagascar

Madagascar: Aperçu de la situation humanitaire - mars 2021

Format
Infographic
Source
Posted
Originally published

Attachments

APERCU

Au moins 4 300 personnes étaient temporairement déplacées et deux ont été tuées après que trois systèmes météorologiques tropicaux ont frappé Madagascar de décembre 2020 à février 2021, provoquant des inondations dans plusieurs districts du nord et de l'ouest du pays. La tempête tropicale Chalane a touché terre dans le district de Fenoarivo Atsinanana (Fénérive Est en français) le 27 décembre 2020, ayant causé des inondations isolées, mais n’a pas causé des dégâts significatifs. Par la suite, le cyclone tropical Eloise a touché terre près de la ville côtière du nord-est d'Antalaha dans la soirée du 19 janvier 2021, ayant affecté environ 2 000 personnes dans les districts d’Antalaha, de Maroantsetra, de Vavatenina et de Toamasina, causé le déplacement de plus de 500 personnes dans trois communes différentes du district de Maroantsetra et ayant tué au moins une personne. Les fortes pluies incessantes dues à la dernière zone de convergence intertropicale du 9 au 19 février 2021 avait affecté 1 400 personnes et a causé le déplacement d’environ 860 personnes dans les régions d'Analamanga, de Melaky et de Menabe.

De novembre 2020 à janvier 2021, le Grand Sud a été touché par la sécheresse la plus sévère depuis 1981, coïncidant avec la saison des semis agricoles, selon le PAM. Une evaluation préliminaire conduite conjointement par le PAM/FAO, le BNGRC et le Ministère de l’Agriculture, en février 2021, a montré 60% de pertes sur les récoltes en avril / mai 2021 comparées à la moyenne des cinq dernières années, cela prolongera la crise au-delà de juin 2021.

Les habitants du Grand Sud de Madagascar sont désormais confrontés au pic de la période de soudure. On estime que 1,14 million de personnes dans le Grand Sud et 203 453 dans le Sud-est du pays seront en situation d'insécurité alimentaire sévère (phases 3 et 4 de l'IPC) de janvier à avril 2021, selon la dernière analyse IPC (Cadre Integré de Classification de la Sécurité Alimentaire). La même évaluation mentionnée plus haut a identifié 95 000 personnes additionnelles en insécurité alimentaire sévère. Le nombre d’admissions d'enfants admis pour le traitement de la malnutrition aiguë modérée et sévère ont fortement augmenté au quatrième trimestre de 2020 et les rapports de terrain indiquent une nouvelle augmentation au premier trimestre de 2021. À mesure que la faim augmente, les gens ont recours à des pratiques d'alimentation désespérées, telles que la consommation d'argile mélangée avec du tamarin, termites, tubercules sauvages ou mangues non mûres, selon l’ACF. En raison de la situation désespérée, environ 4 000 personnes —dont plus de 1 000 enfants—se sont déplacées vers plusieurs districts (Taolagnaro, Betroka et Ampanihy) depuis janvier 2021 à la recherche d'assistance et de soutien.

Dans tout le pays, plusieurs communautés continuent de signaler des cas de paludisme supérieurs à la moyenne et les cas de COVID-19 ont augmenté significativement. Plus de 2 millions de cas de paludisme ont été enregistrés en 2020, dont 642 décès, et les cas de paludisme ont augmenté à partir de novembre 2020 dans plusieurs communes de 16 régions.

Parallèlement, le pays est entré dans sa deuxième vague de COVID-19. Le taux de positivité est passé de 7,2% en janvier à 15,4% en février. Depuis le début de l'épidémie, 23 230 cas, incluant 378 décès, ont été enregistrés, dont 5 117 cas ont été signalés en 2021. Deux villes, Mahajanga et Nosy Be, ont été mis en confinement pour contrôler la propagation de la maladie.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.