Madagascar

Madagascar: Analyse IPC de la malnutrition aiguë, février – décembre 2020, publié en mai 2020

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Sévère à quel point, combien et quand – De Février à Avril 2020, correspondant à la période de soudure (pic de la malnutrition) 4 districts ont été classifiés en phase Sérieuse (IPC Phase 3) et 2 districts en phase Alerte (IPC Phase 2). Au total, plus de 100,000 enfants souffriront de la malnutrition aigüe durant l’année 2020, dont plus de 19,000 cas sévères dans les 6 districts analysés, sur base de la prévalence combinée des trois formes de malnutrition aigüe issues des enquêtes de nutrition réalisées entre Février et Mars 2020. Entre Mai et Août 2020, la situation nutritionnelle ne connaitra pas une évolution marquée sur l’ensemble des 6 districts analysés qui resteront donc dans la même phase que celle de la période de Février et Avril 2020. A partir de Septembre 2020, si des dispositions utiles ne seront pas prises, une détérioration assez importante de la situation nutritionnelle sera observée entrainant ainsi un changement de phase pour 2 districts. Ainsi, 1 district basculera en phase Critique (IPC Phase 4) et l’autre en phase Sérieuse (IPC Phase 3) pour rejoindre les 3 districts déjà en phase Sérieuse (IPC Phase3) et 1 district restera en phase Alerte (IPC Phase2).

— Durant la période de Février à Avril 2020, 6 districts ont été classifiés en phase Sérieuse (IPC Phase 3) : Tulear 2, Ampanihy de la région d’AtsimoAndrefana, puis Beloha et Ambovombe de la région d’Androy. Les districts de Betioky de la région d’Atsimo-Andrefana et Tolagnaro de la région d’Anosy ont été classifies en phase Alerte (IPC Phase 2). Cependant, il n’y a pas eu de districts classifiés en phase Critique (IPC Phase 4), ni extrêmement Critique (IPC Phase 5). Une légère amélioration de la situation nutritionnelle est attendue dans l’ensemble des districts suite à la période poste récolte qui serait impactée négativement par une recrudescence des maladies et les impacts négatives du COVID-19 sur le système alimentaire et l’accès aux services de sante entre Mai et Août 2020. Par ailleur, on s’attend a une détérioration de la situation nutritionnelle sur l’ensemble des 6 districts au-delà du mois d’Août en raison la saison de soudure agricole et de la persistance des effets du COVID-19, qui feront basculer le district de Betioky en IPC Phase 3 (Sérieuse) et le district d’Ambovombe en phase Critique (IPC Phase 4) nécessitant donc une attention particulière et une réponse urgente et ciblée.

Pourquoi — Les facteurs contributifs majeurs de la détérioration de la situation nutritionnelle incluent l’apport alimentaire inadéquat, la mauvaise diversité alimentaire des enfants et des femmes, la forte prévalence des maladies (diarrhée, l’IRA, paludisme) en liens avec un accès difficile au service de santé. Le niveau élevé d’insécurité alimentaire (IPC - Insécurité alimentaire aiguë Phase 3) dans la plupart des districts ainsi que le faible accès à l’eau potable aussi contribuent à augmenter les niveaux de malnutrition aigüe. Enfin, l’épidémie du COVID-19 constitue le choc inhabituel aggravant de la malnutrition aigüe avec les perturbations sérieuses qu’elle engendre sur le système alimentaires et sanitaire.