Libya + 1 more

Un navire de l'ONU livre 500 tonnes d'aide à Misrata

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

26 avril 2011 – Un navire affrété par le Programme alimentaire mondial (PAM) a livré à la ville libyenne de Misrata plus de 500 tonnes d'aide alimentaire, trois ambulances, des fournitures médicales et autres articles de secours pour le compte de partenaires humanitaires. C'est la deuxième fois ce mois-ci qu'un navire affrété par le PAM a fourni des vivres et des secours à la population de Misrata, a indiqué mardi l'agence onusienne.

Le 23 avril, le navire a livré 350 tonnes de farine de blé, assez pour nourrir 23.000 personnes pendant un mois. Il transportait également 150 tonnes de pâtes, de riz et de pommes de terre, 84 tonnes d'eau en bouteille, 12 tonnes de médicaments et trois ambulances pour le compte du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF)) et d'autres organisations d'aide internationale.

Le 7 avril, le PAM avait déjà livré à la ville assiégée de Misrata plus de 600 tonnes d'aide alimentaire, assez pour nourrir 40.000 personnes pendant un mois. Les partenaires locaux sur le terrain tels que le Croissant-Rouge libyen distribuent les aliments principalement aux hôpitaux et aux civils les plus vulnérables, en particulier les femmes et les enfants.

Le PAM a également récemment ouvert une nouvelle route de ravitaillement à l'ouest de la Libye. Le 17 avril, un premier convoi de 9 camions chargés de 240 tonnes de farine de blé et 9 tonnes de biscuits à haute teneur énergétique est entré par le point de passage de Ras Jedir à la frontière avec la Tunisie. Les vivres sont distribués par le Croissant-Rouge libyen aux populations touchées par la crise, en particulier les femmes et les enfants à Tripoli, Zintan, Yefrin, Nalut, Mezda, Al Reiba et Al Zawia. D'autres livraisons d'aide humanitaire dans cette région sont actuellement en préparation.

Dans l'est de la Libye, le PAM a désormais atteint plus de 200.000 personnes, principalement des personnes déplacées à l'intérieur, des migrants étrangers et d'autres groupes vulnérables avec plus de 665 tonnes d'aide alimentaire et a pré-positionné plus de 17.500 tonnes de stocks de nourriture à l'intérieur du pays et à travers la région, dans le cadre d'une opération d'urgence de 42 millions de dollars sur trois mois qui fournira une aide alimentaire à plus de 1 million de personnes en Libye et dans les pays voisins.

Le PAM se dit préoccupé par l'accès à la nourriture pour les gens coincés dans les zones fortement touchées par les combats, les personnes déplacées internes, les ressortissants de pays tiers et les groupes vulnérables. Le PAM se dit également inquiet au sujet de la sécurité alimentaire et l'avenir du système public de distribution alimentaire en Libye alors que les stocks alimentaires dans le pays sont consommés sans être reconstitués.

« Plus le conflit dure, plus il est probable que le nombre de personnes ayant besoin d'aide alimentaire va augmenter. Une récente mission inter-agences a constaté que les stocks alimentaires dans les régions orientales du pays ne sont pas réapprovisionnés normalement et les stocks actuels sont suffisants pour un maximum de deux mois seulement. La Libye est un pays importateur net de produits alimentaires et si la capacité d'importation n'est pas rétablie rapidement, cela pourrait conduire à un problème de disponibilité alimentaire massive pour toute la population de l'est de la Libye », dit le PAM.

De son côté, le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué mardi qu'environ 30.000 civils libyens ont fui la région des Montagnes de l'Ouest en Libye et traversé la frontière vers le sud de la Tunisie ces trois dernières semaines.

« La plupart de ces réfugiés sont des Berbères. Ils ont expliqué au personnel du HCR en Tunisie qu'ils avaient fui les combats et les bombardements menés contre leurs villes et villages dans les Montagnes de l'Ouest. De nombreuses familles ont fui par peur des affrontements se déroulant à proximité de chez elles ainsi que des bombardements aveugles », a dit un porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, lors d'une conférence de presse à Genève.

Selon les tout derniers arrivants, les villes de Nalut et Wazin dans la région des Montagnes de l'Ouest sont désormais complètement désertées. Seuls quelques hommes s'y trouvent encore, les femmes et les enfants sont tous partis.

Moins de 10% des arrivants libyens en Tunisie sont hébergés dans des camps. La vaste majorité des réfugiés libyens sont accueillis par la communauté locale tunisienne. « Cependant, ces hôtes tunisiens sont confrontés à des difficultés croissantes car leurs ressources s'épuisent rapidement. Nous travaillons avec plusieurs partenaires locaux dans le sud de la Tunisie pour soulager la pression exercée par la présence des réfugiés et pour fournir davantage d'assistance et de soutien aux communautés hôtes. Nous prévoyons d'étendre ces activités dans les prochains jours », a dit le porte-parole.

Dans le cadre d'une équipe humanitaire inter-agences des Nations Unies, le HCR s'est rendu à Tripoli dimanche depuis la frontière tunisienne. L'objectif de l'équipe est de rétablir une présence internationale dans la capitale libyenne ainsi que d'y évaluer les besoins humanitaires. L'équipe mène également des discussions avec les autorités libyennes à Tripoli pour un accès humanitaire dans l'ouest du pays.

Parallèlement, dans l'est de la Libye, un DC-8 affrété par le HCR a atterri lundi à Benghazi avec, à son bord, du matériel d'aide humanitaire provenant de son entrepôt d'urgence à Dubaï. C'est la première rotation humanitaire des Nations Unies à atterrir à Benghazi. La cargaison d'hier comprenait 21 tentes hôpital, des ustensiles de cuisine et des bâches en plastique.