Liberia + 5 more

Afrique de l'Ouest: Rapport sur la situation humanitaire No 12, Janvier 2005

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published


I Evénements significatifs
Il s'est tenu à Accra du 10 au 13 janvier une rencontre du Forum des Organisations de la Société Civile en Afrique de l'Ouest (FOSCAO) en prélude au sommet de la CEDEAO. Ont participé à cette rencontre 157 ONG et organisations de la Société Civile en provenance des 15 pays de la CEDEAO. Les participants se sont penchés sur la thématique de la sécurité des personnes et de la circulation des armes avec un accent particulier sur le rôle de la société civile dans la lutte contre les armes légères et les armes de petit calibre. Il a été recommandé, entre autes, lors de cette rencontre de renforcer les initiatives de la société civile dans la lutte contre les armes légères et la prévention et la gestion des conflits.

Le Président de la République du Niger M. Mamadou Tandja a été élu Président en exercice de la CEDEAO lors du 28 ème sommet de l'Organisation Régionale ; ainsi il succède à son homologue du Ghana, le président John Kufuor.

Le quatrième sommet de l'Union Africaine s'est tenu les 30 et 31 janvier à Abuja. Les chefs d'Etats ont conclu ce 4 ème sommet en convenant d'adopter un pacte de défense commune et de non agression et se seraient engagés à davantage combattre les maladies ravageant le continent.

Le mandat du Bureau des Nations Unies en Afrique de l'Ouest (UNOWA) a été prolongé jusqu'au 31 décembre 2007. Ce bureau a été établi en 2001 avec pour mission, en plus de représenter le Secrétaire Général des Nations Unies en Afrique de l'Ouest, de promouvoir la paix, la sécurité, le développement et d'assister les organisations régionales dans la sous région.

BURKINA FASO

Il s'est tenu le 10 janvier un atelier de validation de l'UNDAF1 2006-2010 du Système des Nations Unies pour le Burkina. Ce document de programmation doit renforcer la synergie d'actions entre les agences des Nations Unies intervenant dans le pays. Elaboré sur la base du Bilan Commun de Pays (CCA), son contenu est en harmonie avec le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) et les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui traduisent les priorités et les stratégies de développement du gouvernement pour les prochaines années.

Un atelier de validation des Documents de Programme de Pays du PAM et du PNUD s'est tenu au Burkina le 21 janvier. Ont participé à cet atelier les responsables et membres des staffs des deux agences et des représentants des partenaires gouvernementaux du Système des Nations Unies. Le prochain atelier conjoint de présentation et de validation est prévu le 15 février et concernera les programmes de l'UNICEF et de UNFPA.

LIBERIA

Un couvre feu a été proclamé par le gouvernement dans le comté de Maryland (Sud Est du Libéria) à la suite de rumeurs sur des crimes rituels et de manifestation de colère des résidents pour réclamer la fin de ces crimes. La police libérienne et la MINUL ont mis en place des patrouilles pour assurer la sécurité dans ce comté.

Il est aussi à noter que les déplacés libériens ont commencé le 23 janvier une protestation contre la réduction de l'aide à la réinstallation qui leur était destinée. Cette diminution de l'aide serait liée à un problème de financement.

La MINUL a lancé un appel de fonds d'urgence aux bailleurs de 246 millions de dollars pour le financement de ses opérations pour l'année 2005 afin de pouvoir répondre aux défis variés que sont :

- L'organisation des élections prévues en octobre prochain

- La réinstallation de prés d'un demi million de personnes déplacées internes.

- Le rapatriement de plus de 300 000 réfugiés avant octobre.

- La réhabilitation et la réintégration de 100 000 ex combattants.

- La restructuration de l'armée et des forces de sécurité.

C'est dans ce contexte que la Mission doit gérer des situations complexes telles que le sort de plus de 4000 ex combattants démobilisés inscrits dans les écoles l'année dernière et qui sont menacés d'expulsion faute d'avoir payé leurs frais de scolarité.

Face à l'ampleur des problèmes, un appel de fonds d'urgence est lancé en direction des bailleurs de fonds en vue de ne pas compromettre les acquis du processus de paix au libéria. Cet appel de fonds pour le retour définitif de la paix ne s'arrête pas aux besoins de la réintégration des ex combattants mais devrait s'élargir à toutes les victimes de la guerre.

NIGER

Pour faire face à l'instabilité des régions du Nord du pays, l'armée nigérienne aurait sollicité des moyens adéquats notamment à travers le renforcement de sa capacité opérationnelle. L'objectif visé par l'armée est d'assurer la sécurité au Niger surtout dans la partie Nord où, il aurait été repéré des éléments appartenant aux Groupes Salafistes pour le combat et la Prédication (GSPC) basés en Algérie.

Dans cette même logique, "une force d'élite" de 150 soldats locaux aurait été formée par l'armée américaine, avec pour mission de "surveiller d'éventuelles infiltrations dans le désert d'éléments des réseaux terroristes.

BENIN

Une section du Mouvement contre les Armes Légères en Afrique de l'Ouest a été installée officiellement au Bénin le 30 décembre 2005 et le bureau élu le 7 janvier. Ce bureau a pour but de lutter contre la fabrication, la circulation et la détention illégale d'armes légères au Bénin et dans la sous région. Sa mission consiste à éduquer au respect des droits de l'homme et à la Paix, d'aider à la vulgarisation et de veiller à l'application des textes et instruments juridiques nationaux et internationaux assurant la sécurité des personnes. L'ouverture de ce bureau constitue un nouveau maillon dans le réseau qui coordonne au niveau sous régional les actions en faveur de la lutte contre la circulation des armes légères et de petit calibre.

NIGERIA

Le Comité Nigérian de lutte contre la prolifération des armes mis en place par le Président Obasanjo a tenu sa première réunion le 24 janvier.

La grève des médecins des hôpitaux (de 7 semaines) qui réclamaient le paiement de leurs arriérés de salaire a été suspendue le 23 janvier, en dépit du fait qu'ils n'ont pas encore été payés. Un ultimatum de 2 semaines a été donné au gouvernement pour le paiement des salaires. Cependant la grève devrait continuer à Abuja, et dans les Etats d'Imo, du Plateau de Rivers, d'Abia et de Borno en raison du fait que les médecins de ces Etats n'ont pas encore bénéficié de l'augmentation de 22% de leurs salaires.

BENIN-NIGERIA

Les autorités Béninoises et Nigérianes ont mis en place le 7 janvier une patrouille de lutte contre la criminalité transfrontalière. Cette initiative a pour but de sécuriser la frontière contre les auteurs des actes de grand banditisme qui commettent des forfaits dans un pays et se réfugient dans l'autre. Ce projet sera coordonné à partir de Kraké, localité beninoise frontalière au Nigéria, où seront centralisées les bases de données et les informations pour les deux pays. Des postes secondaires seront installés à Odja-Odan et Idiroko au Nigéria et à Kétou au Bénin. Un programme de renforcement des capacités de contrôle et sécurisation a été mis en œuvre pour ce projet et 240 personnes en provenance des 2 pays en ont bénéficié.

GUINEE BISSAU

Le non paiement des arriérés de paiement des indemnités du bataillon Bissau guinéen déployé au Libéria en 2003-2004 a été l'une des causes de la mutinerie d'Octobre 2004. Le Gouvernement de transition, conscient de la menace que représente cette situation, a entamé le processus de paiement progressif des derniers arriérés d'indemnités du bataillon, grâce à un financement de 909.253 dollars US mis à la disposition de la Guinée Bissau par la communauté internationale. Toutefois les autorités militaires auraient signalé que cette enveloppe ne pourra pas couvrir les sommes qui sont dues aux ayant droits -soit 400 dollars américains à remettre à chacun des 650 hommes du contingent-.

SENEGAL

L'Afstrag2, a mené une recherche action sur la paix, la sécurité humaine dans le Boundou et ses espaces transfrontaliers. Cette étude s'est axée sur la circulation des armes légères, les vols de bétail et le banditisme dans cette partie Est du Sénégal qui est frontalière à la Mauritanie, à la Guinée Conakry et au Mali. Les potentialités minières et forestières font du Boundou une zone de convoitise. En outre, de par sa position géographique, le Boundou constitue la plus grande porte d'entrée des migrants des pays limitrophes au Sénégal. Selon les chercheurs de l'Afstrag ces flux migratoires s'ils ne sont pas contrôlés et maîtrisés peuvent être sources de dérives. Ainsi l'Afstrag recommande comme solution une approche sous régionale de solidarité, de communication et de coopération entre les autorités locales et celles des pays voisins.

Le bilan des victimes des mines anti personnel pour 2004 au Sénégal fait état de 19 victimes dont 4 morts et 15 blessés. La majorité des accidents s'est produite en Casamance, la région naturelle Sud du Sénégal qui a été le théâtre d'une rébellion de 22 années, où 17 cas ont été recensés. Il a été répertorié depuis le début de cette rébellion 659 personnes -en majorité des femmes et des enfants- victimes de mines anti-personnel. L'armée sénégalaise est train de mener des opérations de déminage avec les moyens limités dont elle dispose actuellement mais la signature récente des accords de paix sur la Casamance devrait inciter les bailleurs de fonds à soutenir plus fortement ces opérations de déminage indispensables à la sécurité de la Casamance et à la relance des activités socio-économiques.

MAURITANIE

Les audiences de la Cour Criminelle de Wad Naga, qui jugaient 195 militaires et civils présumés auteurs (ou complices) des putschs contre le régime mauritanien entre 2003 et 2004, ont pris fin le 31 janvier. Dix sept peines de mort auraient été requises dans ce procès commencé depuis le 21 novembre 2004. Les délibérations finales de la Cour seront connues en février.

L'explosion d'une mine anti personnel aurait causé la mort de deux enfants, une fille et un garçon respectivement âgés de 9 et 13 ans, dans la ville de Zouerate (située à 900 kilomètres au Nord Est de Nouakchott). Suite à la guerre du Sahara Occidental, on estime qu'environ 50000 et 100000 mines restent enfouies aux alentours de la ville de Zouerate et dans le désert.

III Situation humanitaire et réponse

A. Coordination

La réunion mensuelle de coordination humanitaire des agences et institutions humanitaires basées à Dakar s'est tenue le 31 janvier. Cette réunion a vu la participation de Mr Joao Bernado Honwana, le Représentant du Secrétaire Général des Nations Unies (RSG) et le Chef de la Mission Politique des Nations Unies en Guinée Bissau (UNOGBIS). Le RSG a fait un état des lieux de la situation socio politique et humanitaire prévalente en Guinée Bissau. L'équipe d'urgence de la FAO a saisi cette opportunité pour également faire le point de la situation acridienne dans ce pays et ont appelé tous les intervenants à soutenir l'évaluation pilotée par le Gouvernement sur les dégâts agricoles causés par cette invasion. D'autres questions relatives aux activités de l'initiative régionale de protection, à la révision du CAP et à la sécurité ont été également abordées au cours de cette réunion.

En vue d'affiner la coordination au niveau des pays, un chargé d'affaires humanitaires national a été recruté au Burkina Faso, en la personne de Félix Alexandre Sanfo qui a pris fonction en janvier. Un spécialiste de la protection et de la coordination sera déployé en Guinée Bissau du 10 février au 30 mars pour appuyer l'équipe pays dans la coordination des affaires humanitaires. Dans la même foulée, la Mauritanie sera également dotée d'un Chargé d'affaires Humanitaires National, sous peu.

Une Conseillère en gestion de l'Information a rejoint OCHA pour appuyer le bureau dans la mise en place d'un Information Management Unit (Unité de Gestion de l'Information).

B. Protection

L'Initiative Régionale de Protection en Afrique de l'Ouest a tenu sa dernière réunion le 25 janvier. Cette réunion a été une opportunité pour discuter sur l'organisation du débat public, sur le thème de l'accès humanitaire, prévu pour le 3 février, la conception et la mise en œuvre du plan d'action de l'Initiative régionale de protection. Il a été annoncé lors de cette rencontre l'organisation d'une semaine du film humanitaire en mars. En outre, en vue de mettre en place une base de données des informations en matière de protection, un outil de collecte de données et d'information a été conçu par OCHA et présenté aux membres du groupe qui l'ont validé. Ce outil a été envoyé par email aux membres du groupe qui doivent le remplir et le renvoyer à OCHA.

C. Santé/Eau /Hygiène

Choléra

Il a été rapporté une épidémie de choléra qui aurait fait 15 morts à Asaba, la capitale de l'Etat nigérian du Delta. Cette flambée de la maladie serait causée par la consommation de l'eau de la rivière à la suite d'une pénurie d'eau potable dans cette ville. Une équipe médicale aurait été dépêchée dans la zone par le gouvernement pour fournir des médicaments et de l'eau potable aux populations. Certaines sources ont révélé qu'entre les mois de septembre et décembre 2004, 1.616 cas de choléra et 126 cas de décès auraient été signalés par le ministère de la Santé du Nigeria dont le plus grand nombre de cas dans l'Etat de Kano avec 1.316 cas au total et 16 morts, suivi de l'Etat d'Edo (centre ouest) avec 300 cas et 50 morts. L'OMS et les ONG Global Charity et Médecins sans frontières ont apporté leur soutien matériel et financier aux deux Etats pour tenter de juguler la maladie.

Poliomyélite

Un ralentissement de la propagation du virus de la poliomyélite a été noté dans les 8 pays africains dans lesquels le virus avait resurgi. Ce constat ressort de la réunion des ministres de la santé des pays concernés au siège de l'OMS à Genève le 13 janvier. Toutefois, les ministres ont convenu de renforcer la vigilance et d'intensifier les programmes de vaccination en vue de permettre l'éradication de la polio en 2005. A cet effet, il est prévu l'organisation de campagnes de vaccination dans 25 pays, une action appuyée par une surveillance renforcée de la maladie. Il convient ici de rappeler que l'année 2004 a été marquée par la recrudescence de la polio en Afrique qui comptait à elle seule les 85% du total des cas de polio recensés dans le monde.

Suite à la reprise des campagnes de vaccination anti-polio dans l'Etat de Kano, dans le Nord du Nigeria, vers la mi-2004, l'OMS fait valoir que l'Afrique abrite la plus importante série de campagnes de vaccination, synchronisées dans 23 pays africains et couvrant 80 millions d'enfants. A la fin de la réunion, les ministres de la santé des 8 pays se sont engagés en compagnie des partenaires mondiaux de la lutte contre cette maladie, à intensifier les activités en vue de l'éradication, dans le but d'interrompre la transmission d'ici la fin de 2005.

Rougeole

La rougeole demeure un problème de santé publique au Niger. Ainsi chaque année, une moyenne de 40 000 cas et 500 décès sont comptabilisés. De ce fait, la rougeole est la première cause de morbidité et de mortalité chez les enfants nigériens parmi les maladies évitables par la vaccination. En 2004, plus de 63,000 cas et 419 décès ont été constatés. Pour parer à cette situation, une campagne de vaccination a été organisée du 13 au 26 décembre. Cette campagne de vaccination contre la rougeole aurait permis d'immuniser en décembre 2004 plus de 5 millions d'enfants de 9 mois à 14 ans. Les enfants de moins de 5 cinq ont, en plus du vaccin contre la rougeole, pu profiter du vaccin contre la poliomyélite.

D. Sécurité alimentaire (invasion acridienne)

Evolution des criquets- D'après les analyses de la FAO sur situation de l'invasion acridienne en Afrique du Nord et de l'Ouest, la situation s'est améliorée même si la vigilance devrait être de vigueur, ainsi les opérations de prospection et de lutte devraient être maintenues afin d'éviter une détérioration de la situation au printemps. Les traitements se sont terminés en Mauritanie ; un seul essaim immature a été vu au cours du mois sur la côte, au nord de Nouakchott, et des ailés épars étaient présents dans le sud, près de Kaédi. Des traitements limités se poursuivent contre quelques essaims immatures dans certaines zones de la Gambie et du sud du Sénégal. Des opérations de lutte sont en cours d'organisation pour traiter de petites infestations d'essaims immatures en Guinée Bissau et dans le nord-ouest de la Guinée. Il est peu probable qu'une reproduction ait lieu dans un de ces pays car les ailés devraient rester immatures.

L'impact humanitaire de l'invasion est non négligeable et il a été estimé à plus de 9 millions de personnes4 dans la région ont été affectés par les criquets. La FAO et le PAM ont développé des projets pour atténuer l'impact de l'invasion et améliorer la situation de la sécurité alimentaire et des conditions de vie des populations les plus affectées en Mauritanie, au Niger et au Mali.

essaims groupes d'ailés
Des essaims immatures sont toujours présents en Afrique du Nord-Ouest. Des essaims de plus petite taille sont présents en Gambie, dans le sud du Sénégal et en Guinée Bissau. Quelques essaims sont en ponte dans le nord-est du Soudan.
Etat du Financement5 - Au 31 janvier la FAO avait reçu 65 millions de dollars auxquels la FAO a ajouté 6,2 millions de dollars sur fonds propre. La FAO attend la concrétisation de 8,4 millions de dollar promis les bailleurs de fonds et est en train de négocier 1,3 million de dollars avec ces derniers.

IV CAP 2005

4.1. Revision du CAP

OCHA , en collaboration avec ses partenaires humanitaires, est train de produire un addendum pour le CAP 2005 en vue d'y intégrer les effets de la crise acridienne. Le CAP 2005 lance un appel de fonds de plus de 189 millions de dollars dont 9 millions sont consacrés au fléau de la crise acridienne et 2,5 millions de dollars aux conflits qui risquent d'émerger et aux urgences complexes.

4.2. Mobilisation des Ressources

Organisation
Requête Initiale
Ressources Totales Mobilisées
Deficit
% Couvert
CREAF
93 000
93 000
0,0%
FAO
660 000
660 000
0,0%
GPI
541 000
541 000
0,0%
IFRC
257 544
257 544
0,0%
IOM
1 729 504
1 729 504
0,0%
OCHA
3 481 494
250,000
3 231494
7,18%
UNDP
230 500
230 500
0,0%
UNESCO
1 265 000
1 265 000
0,0%
UNFPA
1 161 500
1 161 500
0,0%
UNICEF
8 327 122
8 327 122
0,0%
UNODC
615 850
615 850
0,0%
WFP
125 094 945
125 094 945
0,0%
WHO
8 822 640
8 822 640
0,0%
GRAND TOTAL
152 280 099
250 000
152 030 099
0,16%
Sommaire des requêtes et contributions à la date du 31 janvier 2005.

V Calendrier des événements du mois de février
Date
Evénement
Lieu
Structure
Contact
30.01.-02.02.2005 Mission en Mauritanie/ Atelier sur les catastrophes naturelles organisé par le Gouvernement Mauritanie Gouvernement
10.-17.02.2005 DPA mission Guinea Bissau Guinée Bissau UNOWA
22.02.2005 Réunion Protection Sénégal OCHA thierno@irinnews.org,
21.02.2005 Réunion de Coordination Humanitaire Sénégal OCHA

Pour de plus amples informations, prière de bien vouloir nous contacter:

M. Herve Ludovic de Lys, Chef de Bureau OCHA Dakar, email : delys1@un.org,

Footnotes:

1 United Nations Development Assistance Framework (UNDAF)

2 African Strategic and Peace Research Group

3 Niger, Nigeria, Egypte, Burkina Faso, Côte d'ivoire, République centrafricaine, Soudan, Tchad

4 Source: Statistiques FAO ERU au 31 janvier 2005.

5 Source ECLO Bulletin opérationnel Centre d’Intervention Antiacridien d’Urgence. Mise à jour au 31 janvier.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.