Lebanon

Un soutien indispensable auprès des populations affectées par l’explosion de Beyrouth

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

« Pour moi il n'y a plus d'espoir, que ce soit pour ce pays ou pour ma jambe » - témoigne Ayoub, victime de l'explosion. Presque trois mois après l'accident qui a détruit une partie de Beyrouth et laissé des centaines de milliers de personnes en situation précaire, les demandes d'aide ne cessent d'affluer au centre d'appel créé par TSF, géré par son partenaire local Live, Love Beirut. Les demandes arrivent à travers un formulaire en ligne ou un bot WhatsApp et sont ensuite analysées par l'équipe, afin de connaître les besoins et contacter les associations adéquates.

Grâce à cela, jusqu'à présent 4770 familles ont pu exprimer leurs besoins et demander de l'aide. Cette aide est distribuée par des associations spécialisées (médicales, aide à la reconstruction, alimentation...) regroupées au sein de la « Beirut Relief Coalition » ; Même si les besoins de première nécessité sont en majorité satisfaits, l'aide peut mettre du temps à arriver jusqu'aux personnes affectées.

Aya, volontaire chez Live, Love, Beirut, nous explique qu'il est important d'accompagner les personnes qui contactent le centre d'appels. Aya s'occupe des associations liées au secteur médical, et l'histoire d'Ayoub l'a particulièrement touchée.

Suite à l'explosion, Ayoub a perdu sa jambe gauche. Il était chauffeur privé depuis 20 ans, et lorsque son patron a appris qu'il avait dû être amputé, il l'a licencié. La vie d'Ayoub est bouleversée... « La vie est tellement dure, je ne peux pas marcher, je ne peux pas me lever, je suis tout le temps allongé. La nuit je pleure... Je pleure parce que ma situation me désole. Je ne supporte plus cette souffrance ». Son handicap a entraîné d'autres problèmes : Ayoub est tombé dans la douche et s'est cassé l'autre jambe Sa nouvelle situation engendre des frais notamment les médicaments pourtant indispensables qu'il n'a pas les moyens d'acheter, il a même dû « vendre tout ce qui est dans [le salon] pour pouvoir avoir de la nourriture sur la table ».

Il a contacté de nombreuses associations pour avoir de l'aide, et ce, malheureusement, sans succès, jusqu'à ce qu'il trouve Live, Love, Beirut. Aya lui a porté une attention spéciale, et a suivi Ayoub du début à la fin, pour s'assurer qu'il recevait l'aide nécessaire. « J'ai parlé à Aya à trois heures du matin. Que Dieu la bénisse et cette organisation. Ils se sont plus occupés de moi que mes parents ne l'ont jamais fait » raconte Ayoub. « Vous êtes des personnes authentiques, vous êtes réellement la meilleure organisation ».

La collaboration Live, Love, Beirut -- TSF a permis à Ayoub de recevoir des médicaments, des soins médicaux, un transport vers l'hôpital, une aide financière ainsi que de la nourriture et des matériaux pour sa maison.

L'histoire d'Ayoub nous montre aussi à quel point un soutien psychologique est important dans ces situations, et c'est un objectif prioritaire qui fait l'identité de TSF. 78.5% des personnes interviewées se sentent écoutées grâce à ce centre ; et ce, même avant qu'elles aient reçu une aide matérielle. De nombreux libanais en effet se sentent abandonnés, et le fait que leurs demandes et besoins soient véritablement pris en compte, que le staff TSF et les volontaires de Live, Love, Beirut se déplacent pour visiter ces personnes, et suivent leur situation jusqu'à s'assurer qu'elles reçoivent l'aide nécessaire, font une réelle différence dans leur manière d'envisager les difficultés auxquelles ils sont confrontés.

Le processus de reconstruction est long, à la fois pour les personnes et pour la ville, et prendra encore de nombreux mois. Télécoms Sans Frontières poursuit son action au Liban, afin de permettre aux victimes de cette catastrophe de retrouver une perspective de vie après avoir perdu tout espoir.

Écoutez le témoignage d'Aya (en anglais) ici et le témoignage d'Ayoub (en anglais) ici.