Lebanon + 1 more

Liban : les évacuations du camp de Nahr el-Bared se poursuivent

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Par Marie-Françoise Borel

En dépit des combats qui continuent de faire rage, les volontaires et les employés de la Croix-Rouge libanaise et du Croissant-Rouge palestinien poursuivent les évacuations de blessés et de civils vulnérables hors du camp de réfugiés palestiniens de Nahr el-Bared, près de Tripoli, au nord du Liban. Cela fait maintenant près d'un mois que de violents affrontements opposent les miliciens du Fatah al Islam retranchés dans le camp aux troupes libanaises.

Le Croissant-Rouge palestinien est actif à l'intérieur du camp, évacuant les blessés et les malades et distribuant aux civils des médicaments, de la nourriture et autres secours fournis par le Comité international de la Croix-Rouge. A l'extérieur de l'enceinte, les personnes évacuées sont prises en charge par les équipes médicales d'urgence de la Croix-Rouge libanaise qui les transfèrent dans les hôpitaux ou dans des lieux plus sûrs, notamment au camp de réfugiés de Beddawi. Certaines poursuivent leur route vers d'autres camps palestiniens à Saïda, à Tyr et dans la région de la Bekaa.

"Exposées de longs jours durant à des bombardements intensifs dans des abris très précaires et à la privation de nourriture et d'eau, les personnes qui sortent du camp sont dans un état de profond épuisement", note Anne-Katherine Moore Karlsen, chef de la délégation de la Fédération internationale à Beyrouth. "Les évacuations sont très risquées et prennent beaucoup de temps en raison des conditions de sécurité très instables. Nous n'avons aucun moyen de savoir quel est le nombre des blessés et des morts encore dans le camp."

Les équipes du Service médical d'urgence de la Croix-Rouge libanaise sont en état d'alerte maximale. La Société nationale a installé à proximité des principaux accès au camp six postes de premiers secours tenus par 52 secouristes et où stationne une douzaine d'ambulances. Quinze ambulances supplémentaires et 90 autres secouristes sont mobilisés dans les postes permanents du District Nord, prêts à intervenir immédiatement en cas de nécessité.

Entre le 11 et le 14 juin, les équipes du Service médical ont évacué 243 civils, 6 blessés et 4 patients réclamant des soins d'urgence. De leur côté, les ambulances du Croissant-Rouge palestinien ont évacué deux corps.

Depuis le 20 mai, la Croix-Rouge libanaise signale avoir transporté plus de 335 blessés (civils et soldats libanais) et 51 corps, évacué près de 1000 civils depuis les sorties du camp et amené 184 patients aux services d'urgence des hôpitaux. Toutes ces activités ont été conduites en étroite collaboration avec le Croissant-Rouge palestinien et le Comité international de la Croix-Rouge.

"Nous avons été bouleversés par la perte de deux membres de nos services médicaux, l'un et l'autre volontaires au centre de premiers secours de Halba. Il s'agit de Boulos Meemary, 25 ans, et de Haitham Sleiman, 26 ans, tués le 11 juin par des tirs d'artillerie à proximité du camp de Nahr el-Bared", rapporte George Kettaneh, directeur national du Service médical d'urgence.

"Nous pleurons ces deux jeunes hommes fauchés dans l'accomplissement de leur mission humanitaire, mais continuerons néanmoins à nous acquitter de nos tâches afin de sauver un maximum de vies, avec le précieux concours de nos collègues du Croissant-Rouge palestinien."

Dans sa lettre de condoléances au président de la Croix-Rouge libanaise, Sami Al-Dahdah, le secrétaire général de la Fédération internationale Markku Niskala notait :

"L'été dernier, nous avions été témoins, comme le monde entier, du courage et du dévouement exceptionnels des auxiliaires médicaux de la Croix-Rouge libanaise engagés dans les opérations d'évacuation des civils pris dans la tourmente de la guerre. Ils avaient déjà payé un lourd tribut avec la mort en août d'un volontaire, Mikhael Jbayleh, et de nombreux blessés dans leurs rangs. Nous voulons rendre ici hommage à tous les volontaires de la Croix-Rouge libanaise qui opèrent dans des conditions extrêmement dangereuses pour aider les blessés et évacuer les personnes vulnérables. Nos pensées sont avec vous en cette période de cruelles épreuves."

Dans une déclaration conjointe publiée le jour du décès des deux volontaires, la Croix-Rouge libanaise, le Croissant-Rouge palestinien, le CICR et la Fédération internationale ont lancé un appel à toutes les parties au conflit afin qu'elles épargnent les civils qui ne sont pas directement engagés dans les hostilités, qu'elles facilitent l'action des personnels médicaux et humanitaires et qu'elles leur garantissent le libre accès aux blessés.