Lebanon + 1 more

Liban : CICR Bulletin n°03 / 2007

Source
Posted
Originally published
Situation générale

Le CICR reste extrêmement préoccupé par le sort des civils qui se trouvent toujours dans le camp de Nahr Al Bared. La trêve fragile intervenue dans le camp a été rompue par des accrochages sporadiques au cours desquels des obus de mortiers et des lance-roquettes ont été tirés.

Les échanges de tirs ont lieu principalement la nuit. Un soldat libanais a été tué lors d'affrontements violents opposant l'armée et le Fatah al-Islam pendant la nuit de lundi, ce qui fait passer à plus de 30 le nombre de soldats de l'armée libanaise tués depuis le début des combats le 20 mai.

Les activités humanitaires dans le camp sont mises en danger par les combats, et le CICR a réitéré son appel en faveur d'un accès sûr permettant l'acheminement de l'aide médicale urgente et d'autres secours humanitaires pour les résidents.

Des manifestations ont été organisées dans le camp voisin de Beddawi pour venir en aide aux civils toujours bloqués à Nahr Al Bared.

Nouvelle fourniture d'aide à Nahr Al Bared

Le CICR axe principalement son action sur le camp de Nahr Al Bared où il livre aujourd'hui 800 assortiments d'articles d'hygiène et 20 000 litres d'eau en bouteille.

Le 30 mai, le CICR a acheminé 11 tonnes de nourriture et 20 000 litres d'eau en bouteille à Nahr Al Bared. Il a aussi distribué 40 000 bougies pour le camp dont les installations électriques ont été fortement endommagées et l'électricité coupée depuis les premiers jours des combats. Des secours ont été acheminés par le Croissant-Rouge palestinien qui est la seule organisation humanitaire qui est entrée chaque jour dans le camp depuis que les combats ont éclaté il y a dix jours.

Selon le délégué du CICR, Igor Ramazotti, qui s'est exprimé depuis le camp, « les opérations de secours se déroulent sans heurt, grâce en particulier au fait que le Croissant-Rouge palestinien et le CICR sont bien acceptés par toutes les parties impliquées dans les combats. Nos partenaires du Croissant-Rouge palestinien parviennent très efficacement à garantir l'entrée des convois de secours dans le camp assiégé. »

Suivi de la situation dans le camp de Beddawi et à Tripoli

Des ingénieurs du CICR ont vérifié que l'eau était bien accessible et ils ont déterminé dans quelle mesure elle était disponible à Beddawi afin de préparer de possibles distributions d'eau et d'autres secours dans le camp. La majorité des personnes déplacées de Nahr Al Bared se trouvent maintenant à Beddawi.

À Tripoli, une équipe du CICR a suivi la distribution de nourriture ces derniers jours et évalué les besoins futurs.

Préparation d'une opération d'approvisionnement en eau par camion

À quelque huit kilomètres de Nahr Al Bared, des ingénieurs du CICR ont mis la dernière main au générateur qui doit permettre la production d'eau à partir du puits Nabi Yousha que le CICR avait précédemment équipé d'une pompe.

L'eau du puits sera acheminée par camion à Nahr Al Bared et remplacera les livraisons actuelles d'eau en bouteille dès que les conditions de sécurité dans le camp le permettront.

L'histoire d'une vieille femme

Leila (pseudonyme), une femme âgée et honorable, a fui le camp de Nahr Al Bared mardi dernier après que les bombes ont détruit sa maison. Ses cinq enfants, tous mariés, et leurs familles vivent aujourd'hui avec la famille d'une de ses filles, qui réside dans le camp de Beddawi. Trente membres d'une même famille s'entassent donc dans un appartement où vivait auparavant une famille de cinq personnes.

Malgré toutes les épreuves qu'elle a subies, ce n'est pas l'aide matérielle qui est prioritaire pour Leila. « Je ne veux aucune aide, la seule chose qui m'importe est de retourner chez moi dans le camp de Nahr Al Bared, » dit-elle. C'est ma maison. J'y ai grandi, j'ai y élevé mes enfants et je les ai mariés ; je ne veux vivre nulle part ailleurs ».

Leila s'exprime au nom de la plupart des réfugiés palestiniens qui ont fui Nahr Al Bared et qui rêvent de retourner dans leur camp « bien-aimé », même s'il est surpeuplé et poussiéreux !

Coordination humanitaire

Le CICR travaille en étroite coopération avec la Croix-Rouge libanaise, le Croissant-Rouge palestinien et d'autres membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Au 30 mai, le CICR, la Croix-Rouge libanaise et le Croissant-Rouge palestinien ont distribué dans les camps de Beddawi et de Nahr Al Bared :

- 95 tonnes de repas tout prêts (70 tonnes à Beddawi et 25 à Nahr Al Bared)

- 77 000 litres d'eau en bouteille à Nahr Al Bared

- 5 tonnes de pain à Nahr Al Bared

- 44 000 bougies à Nahr Al Bared

Des colis de vivres, des assortiments d'articles hygiène et des couvertures ont été distribués aux réfugiés déplacés de Nahr Al Bared dans cinq camps palestiniens à Saïda et à Tyr et dans deux camps palestiniens dans la vallée de la Bekaa, ainsi qu'à des personnes déplacées se trouvant dans des habitations privées à Akkar.

Du 20 mai au 29 mai, en coopération avec le CICR, la Croix-Rouge libanaise et le Croissant-Rouge palestinien ont transporté 85 blessés, 36 dépouilles et 31 malades. De plus, ils ont transporté 474 civils qui se trouvaient à l'entrée de Nahr Al Bared et escorté 27 convois d'aide humanitaire.

Le CICR et ses partenaires du Mouvement travaillent en étroite collaboration avec l'UNWRA et d'autres agences des Nations Unies.

Informations complémentaires :

Dorothea Krimitsas, CICR Genève, tél. : +41 22 730 25 90 ou +41 79 251 93 18
Virginia de la Guardia, CICR Beyrouth, tél. : +961 1 739 297/8/9 ou +961 70 12 98 69
ou sur notre site : www.cicr.org