Lebanon + 2 more

Liban : 3,2 milliards de dollars demandés pour soutenir les familles locales et les réfugiés

Le gouvernement libanais, les Nations Unies et leurs partenaires ont annoncé lundi un appel de 3,2 milliards de dollars pour le pays afin de faire face aux impacts continus de la guerre en Syrie voisine et à la crise économique actuelle.

Alors que les vulnérabilités augmentent, le Plan de réponse à la crise du Liban 2022 (PRCL) vise à fournir une aide essentielle à plus de trois millions de personnes et à soutenir les infrastructures publiques, les services et l'économie locale.

Il prône une approche intégrée pour répondre aux besoins des réfugiés syriens et palestiniens déracinés par le conflit syrien, qui en est à sa 11e année, ainsi que ceux des communautés libanaises qui les accueillent.

Des familles incapables de subvenir à leurs besoins

La Coordinatrice résidente et humanitaire des Nations Unies au Liban, Najat Rochdi, a indiqué que neuf syriens sur dix vivent dans la pauvreté dans le pays, tandis que les niveaux de pauvreté ont également augmenté de manière substantielle pour les citoyens libanais, les migrants et les réfugiés palestiniens.

« Ces circonstances entraînent des mécanismes d'adaptation négatifs, les familles étant obligées d'envoyer leurs enfants au travail plutôt qu'à l'école, de sauter des repas ou de s'endetter », a-t-elle expliqué, soulignant qu’il est important que les municipalités soient soutenues pour maintenir les services de base dans un contexte d'énormes déficits de capacité.

Mme Rochdi s'est exprimée aux côtés du Premier ministre libanais, Najib Mikati, et du ministre des Affaires sociales, Hector Hajjar, lors du lancement du Plan dans la capitale, Beyrouth.

Une priorité absolue

Le Liban, qui compte environ 6,7 millions d'habitants, reste le pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés par habitant et par kilomètre carré, selon l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Le Liban accueille des Syriens déplacés depuis maintenant plus de 11 ans. Alors que les ressources sont de plus en plus sollicitées par la crise économique, un soutien accru aux personnes déplacées et aux communautés d'accueil libanaises reste une priorité absolue pour le gouvernement libanais et ses partenaires », a déclaré M. Hajjar.

« Nous vous demandons instamment d'être aux côtés du Liban, de son peuple et de son gouvernement, aux côtés des personnes déplacées pour répondre à leurs besoins urgents, et de travailler ensemble pour surmonter les obstacles à leur retour en toute sécurité dans leur patrie », a-t-il ajouté.

Répondre aux besoins croissants

Le PRCL rassemble plus de 126 partenaires humanitaires et cherche à aider 3,2 millions de personnes dans le pays cette année. L'objectif est d'apporter un soutien à 1,5 million de Libanais, 1,5 million de Syriens déplacés et plus de 209.000 réfugiés palestiniens.

Il complète d'autres initiatives humanitaires et de développement soutenues par la communauté internationale au Liban, comme le plan de réforme, de redressement et de reconstruction lancé à la suite des explosions meurtrières et dévastatrices du port de Beyrouth en août 2020.

Cette année la pauvreté s'aggrave à travers le pays en raison de la dépréciation de la monnaie, de l'inflation élevée, de la hausse des prix et des pertes de revenus.

Les lacunes dans les chaînes d'approvisionnement, notamment en carburant, en blé et en électricité continuent d'affecter les partenaires du PRCL, qui sont également confrontés à une pression accrue de la part des autorités et des communautés locales pour fournir une assistance face à l'escalade des besoins.

Le gouvernement libanais s'est engagé à augmenter le nombre de familles locales bénéficiant d'une aide régulière en espèces dans le cadre du programme national de lutte contre la pauvreté, qui est dirigé par les autorités et financé par les donateurs dans le cadre du PRCL. L'objectif est de passer de 36.000 familles à 75.000 au cours des deux prochains mois.

Le gouvernement a également approuvé une stratégie nationale visant à renforcer la protection sociale des groupes les plus vulnérables au Liban.

En dehors du PRCL, les autorités nationales se sont également engagées à mettre en œuvre le programme de filet de sécurité sociale d'urgence, financé par un prêt de la Banque mondiale.

Ce programme a permis de fournir une aide mensuelle en espèces à environ 60.000 des familles libanaises les plus pauvres pendant une période d'un an. Son objectif est d'atteindre 150.000 familles au total.

Obtenir des résultats

Les humanitaires rapportent que les 9 milliards de dollars d'aide fournis par le PRCL depuis 2015 ont montré des résultats tangibles au Liban, pour la population hôte ainsi que les personnes déplacées.

Par exemple, près de 2,3 millions de consultations médicales subventionnées ont été fournies par les centres de soins de santé primaires l'année dernière.

De plus, plus de 375 millions de dollars ont été injectés dans l'économie par le biais d'interventions en espèces soutenant les familles syriennes, libanaises et palestiniennes vulnérables.

Quelques 2,1 millions de personnes issues de ces communautés ont également reçu une aide alimentaire en espèces et en nature, soit une augmentation de 45 % par rapport à 2020.

Face aux besoins croissants en matière de santé mentale, plus de 26.300 enfants syriens, libanais et palestiniens, ainsi que 10.000 soignants, ont bénéficié d'activités de soutien psychosocial ciblées.

En outre, près de 120 municipalités ont reçu un soutien pour renforcer la fourniture de services de base par le biais de projets communautaires dans les zones à haut risque, y compris la réhabilitation des infrastructures pour les moyens de subsistance, l'éducation et les terres agricoles.

L'ONU et le Liban renforcent leur collaboration en matière de réforme

L'ONU et le Liban ont également annoncé lundi la signature d’un accord visant à renforcer la coopération dans des domaines clés et à parvenir à un développement durable.

Ce « contrat de partenariat » vise à assurer un soutien coordonné et cohérent au Parlement libanais dans la réalisation des priorités de réforme clés, avec le soutien technique de l'équipe de pays des Nations Unies (UNCT) au Liban.

L'accord a été signé par le président du Parlement libanais, Nabih Berri, et Mme Rochdi, la Coordinatrice résidente et humanitaire de l’ONU dans le pays.

Les deux responsables ont salué les progrès réalisés dans le renforcement de la coopération existante entre l'UNCT et le Parlement libanais. Ils ont également souligné l'importance d'encourager et d'institutionnaliser ce partenariat, et d'intensifier les efforts conjoints dans la mise en place de réformes.