Lebanon + 1 more

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la situation au Liban

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

SC/13130

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, le 8 décembre, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre, M. Koro Bessho (Japon):

Les membres du Conseil de sécurité se sont félicités du retour au Liban du Premier Ministre Saad Hariri et de sa décision de poursuivre son mandat. Dans ce contexte, ils ont salué la tenue à Paris, le 8 décembre 2017, d’une réunion ministérielle du Groupe international d’appui au Liban, présidée par l’Organisation des Nations Unies et la France, à laquelle a participé le Premier Ministre libanais, et ont accueilli favorablement la Déclaration conjointe publiée à l’issue de la réunion. Ils ont également salué les efforts qui avaient contribué à la reprise du Conseil des ministres, le 5 décembre 2017.

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur ferme appui à la stabilité, à la sécurité, à l’intégrité territoriale, à la souveraineté et à l’indépendance politique du Liban, conformément aux résolutions 1701 (2006), 1680 (2006) et 1559 (2004), ainsi qu’aux autres résolutions du Conseil et aux déclarations du Président du Conseil sur la situation au Liban.

Les membres du Conseil ont rappelé qu’il fallait protéger le Liban des crises qui déstabilisaient le Moyen-Orient. À cet égard, ils ont demandé à tous les États et organisations de la région d’œuvrer en faveur de la stabilité et de la sécurité politiques, sociales, économiques et financières du Liban dans le strict respect de la souveraineté et de l’intégrité du pays.

Les membres du Conseil ont demandé à toutes les parties libanaises de mettre en œuvre une politique concrète de dissociation des conflits externes, qui est une priorité importante énoncée dans de précédentes déclarations, notamment la Déclaration de Baabda de 2012.

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur soutien à l’action menée par les autorités libanaises pour rétablir le fonctionnement normal des institutions et préparer la tenue d’élections législatives d’ici à mai 2018. Ils ont engagé le Gouvernement libanais à accélérer encore son programme de réformes pour que s’installe une stabilité politique et économique reposant sur un État fonctionnel, transparent et démocratique, avec la pleine participation des femmes et des hommes.

Les membres du Conseil ont réaffirmé la nécessité de mettre en œuvre dans leur intégralité toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, dont les résolutions 1559 (2004), 1701 (2006) et 2373 (2017). Ils ont salué le rôle joué par la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), qui s’emploie à maintenir le calme le long de la Ligne bleue, et sa coopération avec l’Armée libanaise dans le but d’étendre le contrôle du Gouvernement libanais à l’ensemble du territoire libanais. Ils ont rappelé les mesures dynamiques que la FINUL avait prises pour appliquer la résolution 2373 (2017) et l’ont encouragée à poursuivre ces efforts.

Compte tenu des problèmes de sécurité que connaît le Liban, en particulier la menace terroriste, les membres du Conseil ont salué le rôle joué par l’Armée libanaise et par toutes les institutions chargées de la sécurité de l’État pour protéger le pays, ses frontières et sa population. Ils ont rappelé qu’il importait de respecter les engagements déjà pris, à savoir notamment que seul l’État libanais pouvait détenir des armes, et demandé à toutes les parties libanaises de reprendre les discussions en vue de parvenir à un consensus sur une stratégie de défense nationale. Ils ont rappelé que l’Armée libanaise constituait les seules forces armées légitimes du Liban, comme le prévoyaient la Constitution libanaise et l’Accord de Taëf.

Les membres du Conseil ont salué la générosité des efforts consentis par les autorités et le peuple libanais, qui n’avaient cessé d’accueillir des réfugiés syriens. Ils ont rappelé que le retour des réfugiés devrait se faire, lorsque les conditions le permettraient, dans le strict respect du droit international, notamment le droit international des réfugiés, et conformément aux principes humanitaires et au principe de non-refoulement.

Les membres du Conseil ont encouragé la communauté internationale à continuer d’apporter son appui à la stabilité politique, sociale et économique du Liban, et à le renforcer, notamment en fournissant une aide aux communautés libanaises qui accueillaient des réfugiés et aux réfugiés qui se trouvaient au Liban.

Ils ont pris note du programme énoncé dans la déclaration finale du Groupe international d’appui au Liban.

Les membres du Conseil ont prié instamment le Groupe international d’appui au Liban de continuer de s’attacher, en coordonnant son action avec celle du Bureau de la Coordonnatrice spéciale des Nations Unies pour le Liban, à chercher des moyens de concourir à trouver une solution aux problèmes qui menacent la sécurité et la stabilité du Liban.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.