Lebanon

Beyrouth, 4 août 2020 - 4 août 2021

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Un an après la double explosion qui a ravagé la capitale libanaise, une vingtaine de sociétés nationales, dont la Croix-Rouge française, restent mobilisées aux côtés de la Croix-Rouge libanaise. Des milliers de vies ont été brisées par cette tragédie qui a fait plus de 200 morts et 6 500 blessés, sans compter des destructions considérables. Les conditions de vie de la population restent très précaires, d’autant que le pays subit une crise économique historique.

Beyrouth ressemble à un immense chantier. Il reste encore des stigmates de la double explosion survenue le 4 août 2020 dans son port, mais la reconstruction de la capitale libanaise s’effectue à un rythme impressionnant. Tout aussi impressionnante est la capacité de résilience de la population, en dépit des difficultés. Stéphane de Ricaud, chef de la délégation Croix-Rouge française à Beyrouth, en témoigne : « Les gens se battent pour survivre, cumulent les métiers ou quittent le pays. Il faut dire que la situation a considérablement empiré en un an : la livre libanaise est en chute libre, le pouvoir d’achat s’est effondré. Le pays souffre de pénuries de produits alimentaires, de médicaments et de carburant depuis des semaines. Les nombreuses coupures de courant ont également un impact direct sur l'approvisionnement des villes et le fonctionnement des services publics pratiquement à l’arrêt. »

Le Liban est bel et bien au bord du gouffre, subissant une crise à la fois économique, financière, politique et sanitaire sans précédent. Selon la Banque mondiale, plus de 45% des Libanais vivent désormais sous le seuil de pauvreté. Les services et infrastructures de base, déjà fragiles, sont sous pression et peinent à répondre aux besoins de la population, comme des nombreux réfugiés installés dans le pays. Dans ce contexte, le rôle des acteurs humanitaires s’avère crucial.

La Croix-Rouge libanaise est la plus importante structure de la société civile et est sollicitée de toutes parts pour venir en aide aux plus vulnérables. Littéralement sur tous les fronts, elle doit gérer à la fois la réponse à l’explosion, à la situation sociale catastrophique mais aussi à la pandémie de Covid-19 en pleine recrudescence qui contribue à augmenter la pauvreté.

UNE AIDE TRÈS CONCRÈTE

Dans les mois qui ont suivi l’explosion de Beyrouth, la Croix-Rouge libanaise a mis en place un plan de réponse global visant à mettre en œuvre des actions à long terme. Depuis septembre 2020, elle a réorienté sa réponse vers une aide financière directe aux familles les plus vulnérables affectées par cette catastrophe. Près de 11 000 ménages sont ainsi soutenus par l’octroi d’argent en espèces qui leur permet tout simplement de survivre et de pallier leurs besoins fondamentaux. Pour certains, c’est même la seule source de revenus dont ils disposent. C’est l’un des quatre programmes que soutient financièrement la Croix-Rouge française.

Suite à son appel à dons, il y a un an, elle a reversé la grande majorité des fonds à sa société sœur pour l’aider à gérer l’urgence d’abord, puis mener ces actions au long cours. La Croix-Rouge française appuie également plusieurs projets visant à favoriser l’accès aux soins de santé primaire et à améliorer les services de santé. Ces fonds permettent d’approvisionner en médicaments quatre centres de santé de la Croix-Rouge libanaise et de créer des espaces adaptés aux enfants dans 5 centres de santé afin de de leur apporter un soutien psychosocial indispensable, compte-tenu des traumatismes générés par l’explosion.

La Croix-Rouge française soutient également l’une des activités-phares de sa société sœur, à savoir le secteur de la transfusion sanguine, via la réhabilitation et l’équipement de deux banques de sang endommagées dans la double explosion. L’une d’entre elles (qui abrite également le comité local de la Croix-Rouge), installée dans un bâtiment historique, sera achevée à la fin de l’année. Un symbole fort puisqu’il s’agit aussi, à travers ce projet, de préserver le patrimoine après le chaos et la destruction.

Enfin, la Croix-Rouge française appuie les services médicaux d’urgence de la Croix-Rouge libanaise à travers l’achat d’une ambulance et de pneumatiques. Pour rappel, la société nationale gère 70 % des services ambulanciers dans le pays et est un acteur reconnu pour son expertise dans ce domaine.

SOUTENIR LA CULTURE LIBANAISE

Une partie des fonds collectés par la Croix-Rouge française il y a un an a également été allouée à deux associations culturelles, l’Arab Funds for Arts and Culture et Culture Resource. L'explosion du port de Beyrouth a en effet endommagé plus de 120 boutiques d'artisans, dont 30 métiers uniques, et affecté plus de 147 familles dépendantes de propriétaires de boutiques d'artisans et d'objets artisanaux. De même, de nombreux artistes ont tout perdu.

Cette aide financière a déjà permis de les reloger, de racheter du matériel et de se soigner. Jusqu'à 25 espaces et organisations artistiques et culturels sont ainsi soutenus financièrement, ainsi que 210 artistes, techniciens et praticiens. Une vingtaine de boutiques endommagées ont également été reconstruites. Dans les six prochains mois, tous pourront à nouveau travailler promettent les deux associations, particulièrement mobilisées. Ces actions redonnent vie à tout un quartier de Beyrouth et un peu de couleurs dans un tableau bien sombre…

« Un an déjà s’est écoulé. Une année très difficile qui nous pousse à continuer. Ensemble, nous devons rester mobilisés pour que les familles retrouvent leur maison ou puissent rester dans leur maison, pour qu’elles gardent espoir et arrivent à oublier cette tragédie. C’est très difficile d’oublier… Notre mission va au-delà du devoir.

Ensemble, en tant que membres du Mouvement Croix-Rouge et Croissant-Rouge, nous pouvons faire beaucoup. Notre union est importante pour continuer à agir sur le long terme, compte tenu des difficultés économiques du pays. Merci aux Sociétés nationales engagées à nos côtés ! Merci à notre Mouvement Croix-Rouge et Croissant-Rouge ! Merci en particulier à la Croix-Rouge française ! »

Georges Kettaneh, Secrétaire général de la Croix-Rouge libanaise

« Lors de mon déplacement à Beyrouth, du 26 au 29 août, j’ai pu constater le résultat concret de notre contribution aux actions de la Croix-Rouge libanaise. Son engagement et sa mobilisation sont fondamentales dans ce pays aujourd’hui sinistré économiquement. L’explosion n’a fait qu’aggraver une situation déjà catastrophique. Les besoins sont immenses et nous sommes déterminés à renforcer notre coopération avec la Croix-Rouge libanaise dans les mois et les années à venir, notamment dans le secteur de la santé et la gestion des catastrophes.

Toutes les actions menées depuis cette terrible explosion sont rendues possibles grâce à la générosité et à l’extraordinaire solidarité dont ont fait preuve nos donateurs. Nous soutenons utilement et concrètement la Croix-Rouge libanaise et, à travers elle, une population extrêmement vulnérable. »

Frédéric Boyer, Directeur des relations et des opérations internationales de la Croix-Rouge française