Lebanon

Au Liban, les crises jettent une ombre sur la reconstruction

Beyrouth/Genève/New York/Zurich, le 12 juillet 2007 - Un an après l'éclatement de la guerre de 34 jours au Sud Liban, les enfants continuent de souffrir des conséquences des conflits armés. L'instabilité politique du pays empêche les enfants d'avoir une vie quotidienne sûre et régulière. La protection des enfants et la reconstruction doivent se poursuivre et être renforcées.

Le Liban n'a pas retrouvé le calme. Les mois passés ont été marqués par la violence et les attentats à la bombe. Les enfants souffrent tout particulièrement du manque de sécurité. Jouer ensemble en dehors d'espaces particulièrement protégés est dangereux. Sur le chemin de l'école, les enfants sont exposés au risque d'être victimes de la violence. La situation tendue constitue un fardeau psychique permanent.

Des mesures de protection de l'enfant sont nécessaires

Dans les conditions actuelles, il est très difficile pour le pays et ses habitants de se remettre des suites du conflit qui a éclaté il y a un an dans le sud. « Nous pouvons voir clairement des signes d'amélioration après le conflit de 2006. Les réservoirs d'eau ont été réparés et les enfants ont pu terminer leur année scolaire », observe le collaborateur de l'UNICEF au Liban, Roberto Laurenti. «Mais lorsqu'on évalue la situation et qu'on mesure les résultats obtenus et ce qu'il reste à faire, il est très important de rappeler que les enfants restent marqués par les événements et la violence du conflit. Retrouver son bien-être psychique nécessite beaucoup plus de temps que la reconstruction d'un pont. Dans un pays secoué par les crises, c'est là un processus de longue haleine.»

Ainsi, l'UNICEF entend poursuivre et renforcer son engagement au Liban. Les mesures d'encadrement des enfants sont particulièrement importantes. Il s'agit en effet de les protéger contre la violence persistante et les explosifs non éclatés disséminés partout ; l'an dernier, 70 enfants ont été victimes de l'explosion de bombes à fragmentation. Il faut aussi équiper les familles qui ne disposent pas d'accès direct à l'eau potable et assurer aux enfants les soins médicaux nécessaires. L'UNICEF s'investit également dans la production d'émissions de télévision avec la participation d'enfants pour sensibiliser la population aux inquiétudes et aux vŒux des maillons les plus jeunes de la société. Dans la série «Sawtna» - qui veut dire «notre voix» - les enfants peuvent exprimer leurs requêtes au Liban et - par satellite - dans le monde entier.

Les secours d'urgence et la reconstruction de l'UNICEF l'an dernier

Le 12 juillet 2006, un conflit armé de 34 jours a éclaté entre les représentants du Hesbollah et Israël. D'après les informations du gouvernement libanais, plus de 1'100 personnes ont perdu la vie, plus de 4'000 ont été blessées et 900'000 ont dû quitter leur logement. Des milliers d'enfants étaient concernés. Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance a réagi immédiatement à la situation ; en étroite collaboration avec la Croix Rouge libanaise, l'UNICEF a fourni l'indispensable aux familles du Sud Liban touchées par les combats et aux camps de réfugiés au nord du pays. La santé des enfants était en têtes des priorités. Les enfants ont reçu de l'eau potable, des produits d'hygiène, des soins médicaux ; ils ont aussi été vaccinés contre la rougeole et la polio.

Quand les familles qui s'étaient enfuies ont pu retourner chez elles dans les villages du sud après le cessez-le-feu du mois d'août, elles ont trouvé des villages en grande partie détruits et étaient exposées au gros danger des explosifs non éclatés disséminés partout. Comme les enfants sont particulièrement menacés, l'UNICEF a distribué des feuilles d'information et collé des mises en garde sur les bouteilles d'eau potables qui étaient distribuées à la population. Des panneaux d'information, des appels à la télévision et à la radio informaient aussi les parents sur les signes de malaise psychique que manifestaient de nombreux enfants après le conflit. Des lieux d'accueil ont été aménagés pour les enfants afin qu'ils aient un environnement sécurisé pour jouer. L'UNICEF a aidé par ailleurs à rétablir l'alimentation en eau, à assurer l'accès à des installations sanitaires, à fournir des soins médicaux et à dispenser aux enfants un enseignement scolaire :

- Rénovation, construction et développement des systèmes d'alimentation en eau dans 37 communes

- Garantie de la qualité de l'eau pour 22 villages

- Vaccination de plus 300'000 enfants de tout le Liban contre la polio

- Distribution de matériel scolaire à 400'000 élèves de 1'400 écoles afin de permettre rapidement la reprise de l'enseignement

Pour pouvoir poursuivre son travail de reconstruction au Liban, l'UNICEF a besoin de dons supplémentaires.

Compte postal d'UNICEF Suisse pour les dons : 80-7211-9

Autres informations

Marc-Antoine Camp
Information
UNICEF Suisse
Tél.: +41 (0)44 317 22 20
E-Mail: m.camp@unicef.ch