Quatrième plan d'action DIPECHO pour l'Asie centrale

Lieu de l'opération : L'Asie centrale (le Tadjikistan y compris les initiatives transfrontalières avec l'Afghanistan du nord, le Kirghizistan, l'Ouzbékistan, le Turkménistan, le Kazakhstan) (1)
Montant de la décision : 6.050.000 EUR
Numéro de référence de la décision : ECHO/DIP/BUD/2006/03000

Exposé des motifs

1 - Justification, besoins et population cible.

1.1. - Justification :

Selon l'article 2 (f) du règlement d'aide humanitaire (CE) du 20 juin 1996(2), les activités (3)de la DG ECHO dans le domaine de la prévention des catastrophes seront « de garantir une préparation préalable aux risques de catastrophes naturelles ou de circonstances exceptionnelles comparables et d'utiliser un système d'alerte rapide et d'intervention approprié ».

DIPECHO (préparation aux catastrophes de ECHO) est un programme établi par la DG ECHO pour améliorer les capacités des communautés à risque à mieux se préparer et à mieux se protéger contre les catastrophes naturelles. Initialement le programme DIPECHO s'est concentré sur trois régions : Amérique centrale, Asie du Sud-Est et Caraïbes. En 1998, le programme DIPECHO a été développé pour inclure encore deux régions qui sont hautement exposées aux catastrophes naturelles, à savoir l'Asie du Sud et la Communauté andine. En 2003, la DG ECHO a lancé une évaluation globale de la réduction des risques de catastrophe (RRC)(4) à la suite de laquelle l'Asie centrale est devenue la sixième région DIPECHO visée par le programme.

L'Asie centrale est particulièrement exposée aux catastrophes naturelles telles que les éboulements, les avalanches, les inondations, les séismes et la sécheresse. Les pertes et la destruction qui résultent de ces catastrophes sont considérables d'un point de vue social et économique, réduisant le potentiel de développement des pays les plus pauvres et de provinces spécifiques de la région, notamment celles où une grande proportion de la population vit dans les régions éloignées.

Dans tous les pays de la région, l'apparition d'un séisme naturel important est une menace permanente, compromettant une grande part des économies locales(5). Au Tadjikistan, où le niveau de pauvreté dépasse 60% de la population, les effets et la récurrence d'une série de catastrophes naturelles aggravent la situation et empêchent le développement. Le Tadjikistan a également été évalué comme étant parmi les pays les plus à risque en termes de catastrophes potentielles et de pertes économiques(6). Certaines provinces du Kirghizistan et de l'Ouzbékistan font face à des risques semblables à ceux du Tadjikistan.

À la suite de la conférence mondiale pour la prévention des catastrophes à Kobe en janvier 2005, la région d'Asie centrale a rédigé un cadre stratégique de réduction des catastrophes basé sur le cadre d'action de Hyogo. Ce cadre a été rédigé avec l'aide de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes des NU (SIPC), actuellement présente dans la région. En parallèle, chaque pays entend rédiger un plan national de prévention des catastrophes - un processus à long terme qui nécessitera un soutien.

Les plans d'actions DIPECHO pour l'Asie centrale, ayant acheminé 9.000.000 EUR depuis 2003 pour les activités de prévention des catastrophes, ont aidé à encourager les initiatives à tous les niveaux. Tandis que le Tadjikistan a profité d'environ 80% de ces fonds, les provinces les plus enclines aux catastrophes du Kirghizistan et de l'Ouzbékistan ont partagé un grande partie des 20% restants. Dans le cadre du plan d'action 2005-2006, certaines actions régionales ont également été envisagées par la SIPC, y compris à Almaty au Kazakhstan et à Ashqabad au Turkménistan. La dernière composante visait à améliorer la mise en réseau d'université et d'académie de science dans la RRC.

Une évaluation des trois plans d'action a eu lieu en juin-juillet 2006(7). La conclusion est que les programmes DIPECHO ont eu un effet adéquat sur la réduction de l'impact des risques en assurant une préparation à l'intervention ainsi qu'en établissant et en continuant à soutenir les mécanismes d'alertes/interventions rapides. L'évaluation note que, bien qu'il y ait toujours eu une sensibilisation aux risques qui touchent les communautés dans les régions plus montagneuses, DIPECHO a fourni une manière beaucoup plus systématique d'aborder les risques associés. Elle poursuit en notant que les activités de prévention et d'intervention, telles que la formation aux premiers soins et le développement d'équipes de sauvetage d'urgence, ont déjà sauvé des vies, tirant des personnes vivantes des avalanches et sauvant des personnes des inondations.

L'évaluation identifie également les secteurs clés où DIPECHO peut s'améliorer et où d'autres activités peuvent être entreprises pour promouvoir plus efficacement la RRC en Asie centrale, comme encourager les gouvernements à compiler des plans régionaux de réduction des risques par l'intermédiaire des ministères chargés des situations d'urgence (MSU) ; encourager les autorités locales à publier des plans de prévention locaux que les partenaires DIPECHO pourraient alimenter et améliorer l'équipe de coordination et d'évaluation rapide des situations d'urgence (Rapid Emergency Assessment Coordination Team - REACT) au Tadjikistan en vue de l'exporter dans d'autres pays de la région.

La clé des recommandations de l'évaluation est que la DG ECHO devrait poursuivre son soutien à la prévention des catastrophes dans la région

Désormais, il est généralement reconnu que, puisque le risque et la vulnérabilité sont des éléments cruciaux dans la réduction des impacts négatifs des dangers, l'intégration de la RRC dans les politiques de développement et de coopération devrait devenir systématique, contribuant ainsi à la réalisation du développement durable, à la réduction de la pauvreté et aux Objectifs du Millénaire pour le développement. Plus la population vulnérable est exposée aux catastrophes naturelles qui épuisent ses mécanismes d'adaptation, plus il lui devient difficile d'émerger de la spirale de la vulnérabilité croissante.

Les priorités d'intervention du cadre d'action de Hyogo 2005 -2015 : « Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes » fournissent la logique stratégique soutenant le quatrième plan d'action DIPECHO pour l'Asie centrale(8).

Après la catastrophe du tsunami en 2004, la RRC, particulièrement les systèmes d'alerte rapide, est devenue le centre des efforts internationaux, régionaux et nationaux. En avril 2005, la Commission européenne a abordé, dans sa communication « Renforcer la capacité de réaction de l'UE en cas de catastrophes et de crises dans les pays tiers », (9) la question de l'amélioration de la prévention et de l'intervention face aux catastrophes. Le présent document considère également le cadre d'action de Hyogo comme le point de départ de sa stratégie.

Notes:

(1) L'Afghanistan du nord dans le cadre des petites initiatives transfrontalières pilotes avec le Tadjikistan.

(2) Règlement N°1257/96 de la CE du 20 juin 1996, OL L163 du 2 juillet 1996.

(3) Direction générale Aide humanitaire-. DG ECHO

(4) Décembre 2003, l'évaluation de l'orientation stratégique de la DG ECHO pour la réduction des catastrophes est disponible sur le site web de la DG ECHO: http://ec.europa.eu/echo/pdf_files/evaluation/2003/disaster_report.pdf

(5) Preventable Losses: Saving Lives and Property through Hazard Risk Management; A Comprehensive Risk Management Framework for Europe and Central Asia, Christophe Pusch, la Banque mondiale, 2004.

(6) Natural Disasters Hotspots: A Global Risk Analysis, la Banque mondiale et l'université de la Colombie, mars 2005.

(7) Transtec, en association avec Prolog - 'Evaluation of DIPECHO Action Plans Central Asia', juillet 2006.

(8) Voir les orientations pour les demandeurs sur : http://ec.europa.eu/echo/

(9) COM (2005) 153..20 avril 20 05.