Indonesia + 3 more

Rapport de la Cour des Comptes sur l'aide aux victimes du tsunami

La Cour des Comptes a rendu ce matin un rapport intitulé « l'aide française aux victimes du tsunami ». L'organisme public a ainsi étudié la gestion des dons des Français recueillis par 32 organismes, faisant appel à la générosité du public, à la suite du tsunami.

Le Secours populaire français, comme les nombreuses autres associations concernées par ce rapport, a été heureux de pouvoir démontrer que malgré les difficultés engendrées par l'afflux des dons et les problèmes liés à toute opération d'urgence ou de développement sur le terrain, les dons des Français ont été utilisés à bon escient.

Les dégâts considérables engendrés par le tsunami ont généré un énorme travail effectué en partie par les associations.

Il est important de savoir que pour mener à bien des projets de solidarité efficaces, il est essentiel de poursuivre intelligemment et sur le long terme les actions mises en place.

Chaque action doit débuter par une enquête de terrain afin de prendre en compte les besoins réels des populations. Des recherches efficaces doivent être réalisées pour trouver les entreprises et partenaires associatifs qui pourront soutenir les projets. Les administrations doivent être parties prenantes tout comme les coopératives ou associations représentant les victimes du tsunami. Chaque projet doit être suivi minutieusement afin d'assurer la bonne utilisation des dons engagés.

Enfin, il est du devoir de chaque association d'être claire et transparente envers ses donateurs et le public, de rendre des comptes et de prouver le bien-fondé de son action.

C'est pourquoi, le Secours populaire français a participé avec précision au contrôle mené par la Cour des Comptes et peut aujourd'hui dresser, deux ans après le tsunami, un bilan positif de son action en Asie du Sud.

Aujourd'hui, le Secours populaire est toujours présent en Asie du sud afin de venir en aide aux victimes du tsunami qui, malgré l'aide de tous, subissent toujours ses effets dévastateurs ainsi que ceux de nouvelles catastrophes comme les inondations touchant l'Indonésie actuellement et pour lesquelles le Secours populaire a débloqué 20 000 euros de son fonds d'urgence.