Indonesia

Indonésie : La force par le nombre

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Initiation à l'entrepreneuriat pour les groupes d'entraide à Niass

Après ses actions d'aide d'urgence post-tsunami et post-tremblement de terre auprès des populations indonésiennes touchées, ACTED soutient le développement de ces communautés sur le long terme. Des groupes d'entre-aide d'agriculteurs et de pêcheurs bénéficient de formations en gestion, sur les structures coopératives et à la définition de business plans.

De sombres nuages survolent l'horizon cet après-midi à Lahewa au nord de l'île de Niass, au large de Sumatra. Quinze membres de Sukamaju (Désir de progrès) sont rassemblés dans une pièce mal éclairée à l'ambiance lourde de fumée de cigarettes traditionnelles aux girofles. La maison en bois au bord de la route accueille une formation à l'entrepreneuriat, et aujourd'hui, particulièrement, sur la comptabilité. Les participants forment des groupes pour aborder le calcul de taux d'intérêts ou le remboursement de prêts.

La réponse d'ACTED au tsunami de 2004 et au tremblement de terre de Sumatra en 2005, a consisté en des interventions d'urgence telles que la construction d'abris temporaires, la réhabilitation d'infrastructures d'eau et d'assainissement, et d'activités de Travail contre Paiement. Alors que de nombreuses ONG quittaient Aceh et Sumatra à la fin de la phase de reconstruction, ACTED a accompagné les communautés du nord de Niass dans la transition vers une phase de développement, afin de contribuer à la réduction de la pauvreté.

L'île de Niass est rapidement accessible en avion depuis Medan, ou à 12 heures de bateau de Sibolga sur l'île de Sumatra. Parsemée de bananiers et de cocotiers, l'île est isolée et densément peuplée. Elle se trouve pourtant parmi les régions les plus pauvres d'Indonésie, avec des indices nationaux en matière de santé, d'éducation et de revenus des ménages au bas du classement. La plupart des familles dépendent de l'agriculture et de la pêche, mais ont des difficultés à avoir un revenu stable et à subvenir à la sécurité alimentaire de leur ménage.

Améliorer les moyens de subsistance

Le partenariat d'ACTED avec la Croix-Rouge Canadienne (CRC) a permis de financer un projet de quatre ans qui porte sur les moyens de subsistance et la gouvernance locale. La première phase du projet consistait à former les groupes de pêcheurs à la charpenterie marine ; ce qui leur a permis de construire 100 bateaux et de les distribuer aux communautés du district de Lahewa. Durant la seconde phase du projet, ces groupes de pêcheurs, suivis d'autres groupes encouragés par ce succès, étendent leurs activités à de nouvelles zones pour accroître leurs revenus.

Syaifuddin Zebua, le chef du groupe Sukamaju, explique avec fierté que ce qui n'était au départ qu'un simple groupe de pêcheurs est aujourd'hui immatriculé au village, et a monté l'année dernière une coopérative de crédit pour ses membres. Syaifuddin a reçu un prêt de ses confrères, ce qui lui a permis d'acheter un nouveau moteur ; il a ainsi pu reprendre son activité de pêcheur. Syaifuddin pense avoir aidé à convaincre les autres membres de reprendre les formations assurées par des volontaires communautaires d'ACTED :

«Auparavant, nous rencontrions chacun des problèmes. En tant que groupe, nous pouvons maintenant y faire face ensemble.»

ACTED poursuivra les formations des groupes d'entre-aide jusqu'à la fin du mois prochain, date à laquelle ces groupes devront remettre un business plan qui leur permettra de prétendre à une subvention. L'expérience leur sera également utile pour faire du lobbying auprès de la municipalité pour accéder à des fonds mis à disposition dans le cadre du programme de coopération nationale décentralisée.