Au Timor, une aide pratique pour les réfugiés

Report
from Fondation Hirondelle
Published on 31 Mar 2002
par Gérald Sapey
Afin de fournir aux réfugiés une information leur permettant de décider, en connaissance de cause, de réintégrer leurs foyers au Timor oriental et afin de contribuer à la réconciliation nationale, la Fondation Hirondelle a lancé, en octobre dernier, le programme radio Moris Hamutuk, ce qui signifie « vivre ensemble » en langue nationale (Tetum).

Très vite, un grand nombre de réfugiés a considéré que Moris Hamutuk était un apport essentiel à la connaissance que doivent avoir les personnes vivant dans des camps du Timor occidental avant de retourner chez elles au Timor oriental. Comme c'est généralement le cas dans les régions où la Fondation Hirondelle travaille, Moris Hamutuk est devenue une des rares sources d'information crédibles, dans le cas particulier pour les nouvelles concernant la vie dans les camps de réfugiés. Beaucoup d'entre eux ont pu s'exprimer à l'antenne, faire part de leurs espoirs et de leurs craintes à la perspective de rentrer au Timor oriental. La diffusion de messages d'auditeurs a permis de rétablir des liens familiaux de part et d'autre de la frontière des deux Timors.

Mandatée par l'UNTAET ( la Mission des Nations Unies pour l'administration transitoire du Timor oriental), la Fondation Hirondelle a confié la direction du projet à l'Australien Russell Anderson et souhaite le mener à terme si possible jusqu'en août 2002.

Le programme diffuse chaque jour d'une part de l'information, et d'autre part des magazines sur les thèmes de la vie quotidienne, de la santé, de la justice, de l'éducation et de l'économie. Une demi-douzaines de professionnels timorais travaillent en langues indonésienne et tetum. Formée par la Fondation Hirondelle aux pratiques journalistiques et aux techniques de diffusion, cette équipe a été très vite opérationnelle.

De plus, Moris Hamutuk a pu établir des relations suivies avec d'autres radios, en particulier avec la radio nationale, ce qui a augmenté son audience, grâce aux rediffusions de son programme.

Comme c'est le cas habituellement, la Fondation Hirondelle a pu compter sur la collaboration de plusieurs partenaires. Outre l'UNTAET, en particulier son OCPI (Office of Communication and Public Information), ce sont encore le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, le Refugee Work Group, le Jesuit Relief Service, KSI, une ONG locale qui travaille à la réconciliation, l'International Organisation for the Migration, la Commission Vérité et Réconciliation parmi d'autres, qui ont activement coopéré avec Moris Hamutuk.

La situation au Timor oriental est encore fragile mais actuellement calme. Après une période de grandes turbulences, les Timorais se sont attelés à la construction de leur pays dont la proclamation d'indépendance suivra les élections présidentielles à la mi-avril et le départ de l'administration transitoire onusienne, prévue le 20 mai.