India + 4 more

Rapport quinquennal d'intervention CARE sur le Tsunami de 2004 - Inde, Indonésie, Somalie, Sri Lanka et Thaïlande, décembre 2004 - novembre 2009

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Historique

Le matin du 26 décembre 2004, le Tsunami venu de l'Océan Indien déclenche une onde de choc dans le monde entier. Provoqué par l'un des plus puissants tremblements de terre jamais enregistrés sur un sismographe, l'impact a été prodigieux : plus d'une douzaine de pays ont été touchés, environ 250 000 personnes ont perdu la vie et des millions se sont retrouvées sans abri.

Dans les villages les plus durement touchés de la côte indonésienne, environ 70% de la population a disparu. Des épaves et des morceaux de bateaux de pêche, des petits commerces et des maisons ont été éparpillés sur des milliers de kilomètres le long des côtes, et des millions de personnes ont dû reconstruire leur existence après avoir tout perdu.

Malgré toute son horreur, le Tsunami a suscité une émouvante démonstration de générosité humaine. Individus, organisations et gouvernements dans le monde entier se sont mobilisés en contribuant financièrement à hauteur de centaines de millions d'euros pour venir en aide aux familles touchées.

CARE a fait partie des grandes associations humanitaires à répondre à l'urgence du Tsunami et a continué de travailler avec les communautés touchées durant ces cinq dernières années pour reconstruire les logements et les foyers, et relancer le développement social et économique. Les efforts d'intervention d'urgence de CARE ont bénéficié des effets de sa présence de longue date dans les cinq pays o=F9 CARE est intervenu : l'Inde, l'Indonésie, la Somalie, le Sri Lanka et la Thaïlande. Dans chacun de ces pays, grâce à l'historique de CARE en termes d'intervention et de lutte durable contre la pauvreté et ses relations étroites avec les communautés, les gouvernements et tous les autres partenaires, CARE a pu apporter une réponse rapide et stratégique, afin que les plus vulnérables, les plus isolés et les plus durement touchés en bénéficient.