Haiti + 1 more

Vaccination de routine : La motivation, clé du changement

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
© UNICEF Haiti/Fanfan

Le gouvernement du Japon supporte la vaccination de routine en Haiti

Berangere Antoine

Grâce au support du gouvernement Japonais, le ministère de la Santé publique et de la population(MSPP) poursuit ses activités de routine dans les endroits les plus reculés du pays, avec l’appui de l’UNICEF.

Port-au-Prince, le 13 juillet 2021- Ce matin (mai 2021), la salle d’attente du dispensaire d'Abricots, section communale de Pestel, était bondée. Des dizaines de mères et de pères accompagnés de leurs jeunes enfants attendaient patiemment leur tour pour recevoir les services de vaccination.

Roger, 4 mois, fait partie des enfants vaccinés ce jour-là. Il a reçu 5 antigènes : le BCG, la polio, la rota, la penta, le RR. Rien de spécial puisque c’était son premier contact avec les vaccins. Mais ce qui rend son histoire peu ordinaire est que ses parents viennent de très loin pour recevoir ce service.

Les parents de Roger habitent à Laplenn, une localité de Baradère, elle-même, commune du département des Nippes mais limitrophe de Pestel. Les services de vaccination sont inexistants à Laplenn et ses environs. Roger a deux grands frères qui n’ont jamais reçu de vaccins et sont souvent malades. Voulant que Roger jouisse d’une meilleure santé que ces frères, les parents se sont mis en quête de le faire vacciner à tout prix.

Ainsi, ils ont été à quatre reprises dans les institutions de santé proches de leur zone d’habitation pour s’entendre dire “On n’administre pas de vaccins ici”. Le centre de santé de Baradères se trouvant à plus de 6 heures de marche, ils hésitaient à y aller d’autant qu’Ils n’en connaissaient pas l’horaire de fonctionnement. Ils n’étaient pas découragés pour autant et attendaient juste une occasion favorable pour accomplir ce geste si important à leurs yeux.

Quand ils ont su, par un marchand ambulant, qu’il y aura une campagne de vaccination à Abricot, ils n’ont pas hésité une seconde à laisser leurs activités au moment de la cueillette des haricots, même si c’est la période de récolte, pour se mettre en route en direction du poste de vaccination. Ils ont marché pendant 3h20 mn pour l’atteindre, portant leur enfant. Après avoir reçu le service, Ils étaient heureux d’être parvenus à faire vacciner Roger quoique fatigués pour avoir porté à bout de bras, un enfant de 8.6 kilos pendant tout ce temps. Ils ont aussi bénéficié de conseils de santé, particulièrement sur le respect du calendrier vaccinal et ont repris allègrement le chemin du retour tout en confirmant qu’ils seront bel et bien présents au centre le 4 juin pour la suite de la vaccination de Roger.

L’équipe du dispensaire s’est réjouie du comportement de cette famille et pense que des exemples pareils sont aptes à les motiver à se surpasser pour desservir les couches les plus vulnérables population et ainsi sauver des vies.

Cette activité de rattrapage est réalisée par le MSPP dans 6 communes du département de la Grand’Anse qui ont une faible couverture vaccinale. Ce, avec l’appui de l’UNICEF et grâce à un financement du gouvernement japonais dans le cadre du projet de survie de l’enfant.

« Nous remercions le gouvernement Japonais, pour ce don qui permet d’étendre la vaccination dans les endroits les plus reculés du pays et ainsi sauver la vie des enfants les plus vulnérables. », a indiqué Bruno Maes, Représentant de l’UNICEF en Haiti.