Haiti

Une étroite collaboration tout en respectant la distance sociale : une réponse multisectorielle à la pandémie de COVID-19 en Haïti

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Anabela Abreu, Directrice pays de la Banque mondiale en Haiti

La Banque mondiale soutient plusieurs initiatives clés en Haïti pour atténuer l'impact de la pandémie de COVID-19. En plus du financement d'urgence pour la santé, un soutien est fourni à la reprise économique, à la résilience et aux filets de protection sociale pour la population vulnérable.

Le 19 mars, Haïti a enregistré ses premiers cas confirmés de COVID-19 et a déclaré l'état d'urgence. Le gouvernement a annoncé une série d'actions, notamment des mesures de confinement et un programme de protection sociale pour atténuer l'impact sur les ménages pauvres et vulnérables.

La pandémie devrait entraîner des pertes importantes en Haïti, car l'économie était déjà sous le choc d’une crise politique persistante. La Banque mondiale s'est rapidement mobilisée pour soutenir le pays. Notre soutien a combiné de nouveaux financements d'urgence, la réaffectation de fonds provenant de projets en cours, ainsi que l'adaptation de certains projets pour aider aux efforts de relance et de résilience.

Deux semaines seulement après la confirmation des premiers cas, une opération sanitaire d'urgence, Projet de réponse d’Haïti à la pandémie de COVID-19, a été préparée et approuvée pour 20 millions de dollars. Haïti a été parmi les premiers pays à recevoir un financement d'urgence par le biais du mécanisme accéléré dédié à la pandémie de COVID-19 dans le cadre de l'approche programmatique mondiale multi phase. Visant la détection, le confinement et le traitement des infections, la nouvelle opération a déjà fourni un soutien essentiel et des équipements de protection individuelle nécessaires aux travailleurs médicaux. Il complète et s'appuie sur les bases solides des projets de santé en cours, à savoir le Projet d'appui à la santé maternelle et infantile à travers les services sociaux intégrés (PASMISSI), qui a joué un rôle clé dans la maîtrise de l'épidémie de choléra, avec zéro cas confirmé en laboratoire depuis janvier 2019, et le Projet de renforcement de soins de santé primaires et de surveillance en Haïti.

Pour compléter la réponse du secteur de la santé, trois subventions de l'Association internationale de développement (IDA) ont été approuvées pour soutenir la phase de relèvement et de résilience à plus long terme. Il s'agit notamment de l'Opération d’appui aux politiques de développement pour la réponse à la pandémie de COVID-19 et la résilience en Haïti, qui soutient la préparation aux situations d'urgence sanitaire et la capacité de réponse, y compris le renforcement du système de protection sociale et des systèmes de gestion des risques de catastrophe, et l'élaboration d'une stratégie nationale de financement des risques de catastrophe. Parce que la connectivité sera plus importante que jamais pour la reprise économique, un nouveau financement a également été approuvé pour améliorer les infrastructures et les normes de sécurité des principaux aéroports d'Haïti par le biais du Projet de connectivité du transport aérien régional des Caraïbes, ainsi que pour renforcer l'accès à des routes praticables par tous temps dans la région de la boucle Centre-Artibonite par le biais du Projet d'accessibilité et de résilience rurale en Haïti.

Pour tirer parti des ressources du portefeuille existant, nous avons déclenché deux composantes d'intervention d'urgence (CERC), qui permettent la réallocation rapide des fonds des projets en cours à des fins d'urgence. La première CERC fournit un soutien aux agriculteurs par le biais du projet Territoires productifs résilients, car la perturbation économique de COVID-19 pose un risque pour la sécurité alimentaire. Le secteur agricole contribue jusqu'à 45% des besoins alimentaires haïtiens, mais les ressources des agriculteurs sont épuisées après deux ans de crise financière, le manque d'épargne et la réduction des envois de fonds des migrants pendant la pandémie. Ce soutien rapide assurera les deux prochaines campagnes agricoles et devrait bénéficier à 100 000 personnes.

Une deuxième CERC finance des transferts monétaires d'urgence par le biais du Projet de développement municipal et de résilience urbaine pour atténuer certains des défis économiques et sociaux pour les personnes plus vulnérables d'Haïti. Ce projet aide également les autorités locales à desservir leurs communautés avec des équipements de protection individuelle et des stations de lavage des mains.

Nous avons également adapté des activités de plusieurs projets en cours pour répondre aux besoins émergents. Par exemple, le projet Eau et assainissement durables en milieu rurales et dans les petites villes a pris des mesures pour intensifier les activités de lavage des mains et d'hygiène et financer des campagnes de sensibilisation du public. Les efforts se sont concentrés en particulier sur les zones à haut risque, telles que les points d'entrées frontaliers avec la République dominicaine, les centres de santé, les orphelinats, les prisons et les marchés. Plus de 2 500 dispositifs de lavage des mains ont été installées à travers le pays.

De même, le projet Pour une éducation de qualité en Haïti a assuré la continuité des activités d'alimentation scolaire en commençant les livraisons à domicile de rations sèches, afin que les enfants ne manquent pas de nutrition critique pendant la fermeture des écoles. Cette initiative contribuera à combler le déficit nutritionnel, étant donné que 22% des enfants souffraient déjà de malnutrition chronique et 65% des enfants de moins de 15 ans vivaient dans des ménages pauvres, même avant la pandémie. Le projet prévoit également de soutenir des programmes éducatifs à la radio et à la télévision pour aider à l'apprentissage à distance, ainsi que des appels automatisés dans le cadre d'une campagne de sensibilisation sur la pandémie de COVID-19.

Le soutien de la Banque mondiale aux efforts de redressement et de résilience d'Haïti face à la pandémie de COVID-19 se poursuivra au cours de l'année à venir. Nous prévoyons un projet pour soutenir les petites et moyennes entreprises dans le cadre d'un programme d'emploi du secteur privé. Une opération de protection sociale ciblant les ménages les plus vulnérables et un projet de connectivité numérique visant à construire l'infrastructure nécessaire pour faciliter l'intégration économique et l'apprentissage futur sont également en préparation.

Tout cela n'aurait pas été possible sans les efforts dévoués de l'équipe d'Haïti de la Banque mondiale et de nos partenaires en Haïti. Compte tenu de l'expérience passée en matière de « Pays lock », les équipes se sont rapidement adaptées aux réunions virtuelles et ont trouvé des solutions innovantes pour préparer et superviser les projets. La technologie aide également, car les équipes ont utilisé des approches de surveillance géospatiale pour la collecte, l'analyse et le suivi à distance des progrès. Malgré les contraintes de distanciation sociale et l'impossibilité de se voir face à face depuis plusieurs mois, nos équipes ont par ailleurs collaboré plus étroitement que jamais.