Tempête tropicale Dennis : au moins un mort, deux blessés et plusieurs personnes portées disparues en Haïti

Report
from Radio Kiskeya
Published on 07 Jul 2005
Le pont de la ville de Grand-Goâve s'est effondré ; importants dégâts dans le sud et le sud-est

Les vents violents et les averses provoqués par la tempête tropicale Dennis ont fait au moins un mort et deux blessés dans la métropole du Sud, les Cayes (196 km au sud de la capitale), où un arbre s'est abattu sur une maison. A Grand-Goâve (ouest), un groupe personnes- dont le nombre reste à déterminer- sont portées disparues à la suite de l'effondrement d'un pont jeté sur une rivière. Selon un journaliste d'une station privée locale, radio Saka, des curieux s'étaient rassemblés pour assister à la montée des eaux lorsque le pont a cédé sous leur poids. De fait, toutes les liaisons terrestres été coupées entre le sud et le reste du pays.

Un autre pont de la route nationale numéro deux, celui de Petit-Goâve (68 km au sud de Port-au-Prince) ne tenait plus jeudi soir qu'à un fil, s'est inquiété le maire adjoint de la ville, Montigène Sincère, interrogé par radio Caraïbes, une station privée de la capitale haïtienne. Le responsable municipal a affirmé avoir participé, avec l'aide de la mission onusienne, à plusieurs opérations de sauvetage dans différents quartiers de Petit-Goâve totalement submergés.

Dennis qui s'est considérablement renforcé pour devenir un ouragan de catégorie 3, sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5, a également provoqué des inondations et d'importants dégâts matériels dans le sud, mais aussi dans le sud-est où des plantations ont été dévastées et des têtes de bétail emportées. A la Gonâve, île du département de l'ouest située en face de la baie de Port-au-Prince, plusieurs familles sont sinistrées après l'effondrement de leurs maisons.

Aucun bilan officiel de l'ensemble des dégâts n'était disponible jeudi en fin de soirée. Cependant, le système de gestion des risques et désastres collectait et vérifiait des informations en vue de déterminer les interventions appropriées.

A Jérémie (Grande Anse, Sud-Ouest), la Protection Civile avait déjà procédé dans la matinée à l'évacuation d'environ 300 personnes qui se trouvaient dans des zones à risques.

De nombreuses rivières étaient en crue et la population était appelée à la prudence par les autorités qui ont déclenché l'alerte maximale. Dennis qui selon le centre national des ouragans de Miami, se dirigeait vers la Jamaïque, les îles Caïman et le sud de Cuba. Le premier ouragan né dans l'Océan Atlantique, depuis le début de la saison cyclonique le 1er juin, continuait toutefois à menacer les côtes méridionales d'Haïti tandis qu'en Floride les premiers ordres d'évacuation étaient donnés jeudi soir.

La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), le Programme Alimentaire Mondial (PAM), Médecins Sans Frontières et de nombreuses autres organisations locales et internationales sont mobilisées dans la perspective d'interventions urgentes dans les zones affectées.

Dieufort Desloges, responsable de la communication à la Direction de la Protection Civile informe des démarches entreprises auprès du gouvernement en vue du déblocage d'un montant de deux millions de gourdes pour les interventions urgentes.