Haiti + 7 more

Séisme en Haïti - Fiche d’information n° 7, Année fiscale 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

COUP D’ŒIL SUR LA SITUATION

2 207 décès liés au séisme signalés en Haïti
Gouvernement haïtien (GoH), août 2021

12 268 : estimation du nombre de blessés liés au séisme en Haïti
Gouvernement haïtien (GoH), août 2021

320 : nombre de personnes disparues à la suite du séisme
Gouvernement haïtien (GoH), août 2021

129 929 : nombre estimé de logements endommagés ou détruits
Gouvernement haïtien (GoH), août 2021

2,1 MILLIONS personnes exposées à des secousses fortes (MMI de niveau VI ou supérieur)
USGS, août 2021

  • Plus de 119 000 personnes ont besoin d’urgence d’eau potable en raison des dégâts causés aux infrastructures hydrauliques, selon le gouvernement haïtien et l’UNICEF.

  • Plus de 8 300 personnes déplacées par le séisme sont hébergées dans 26 sites dans les départements des Nippes et du Sud, selon l’OIM.

  • La FOI-Haïti, y compris l’USCG, effectue 311 missions, réalisant près de 425 évacuations médicales et transportant plus de 61 688 kg de produits de secours vers les zones touchées.

  • L’USAID/BHA octroie 720 tonnes supplémentaires de stocks alimentaires d’urgence au PAM pour venir en aide aux personnes touchées par le séisme.

PRINCIPAUX DÉVELOPPEMENTS

Un séisme déplace plus de 8 300 personnes et génère des besoins en eau et en assainissement pour 119 000 personnes

Le séisme du 14 août en Haïti continue de générer et d’exacerber les besoins humanitaires parmi les populations des départements de la Grand’Anse, des Nippes et du Sud, selon le gouvernement haïtien et les Nations Unies. En date du 20 août, le séisme avait déplacé plus de 8 300 personnes dans les Nippes et le Sud, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Les personnes déplacées se sont réfugiées dans au moins 26 camps identifiés par l’OIM, dont 11 dans les Nippes et 15 dans le Sud, qui étaient principalement regroupés dans et autour de la commune des Cayes.

En outre, plus de 119 000 personnes dans les zones touchées par le séisme ont besoin d’urgence d’eau potable en raison des dommages causés aux systèmes d’approvisionnement en eau, selon la Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement du gouvernement haïtien et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). Les personnes déplacées et celles dont l’abri est inadéquat ont également besoin d’un autre soutien en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH), tandis que les établissements de santé ont besoin de fournitures d’hygiène pour prévenir la propagation du coronavirus (COVID-19) et des maladies d’origine hydrique comme le choléra, rapporte les Nations Unies.

En réponse aux besoins identifiés dans le sud-ouest d’Haïti, les acteurs humanitaires, y compris les partenaires du Bureau d’aide humanitaire de l’USAID (USAID/BHA), mobilisent de l’aide pour atteindre les zones touchées. Pendant ce temps, les membres de l’équipe d’intervention en cas de catastrophe (EICC) de l’USAID et d’autres acteurs de l’aide humanitaire continuent de mener des évaluations et de faire appel à la Direction générale de la protection civile (DGPC) du gouvernement haïtien pour déterminer les besoins prioritaires. Le 23 août, l’EICC, la Force opérationnelle interarmées (FOI)-Haïti et le personnel de l’agence des Nations Unies ont rencontré le directeur de la DGPC, Jerry Chandler, afin de coordonner l’augmentation de l’aide aux personnes touchées, notamment celles qui se trouvent dans des zones éloignées ou mal desservies. Le directeur de la DGPC, Jerry Chandler, a souligné que les abris d’urgence étaient un besoin essentiel, de même que l’aide alimentaire, sanitaire et WASH.

Les équipes EICC et RSMU procèdent à des évaluations dans 10 communautés touchées par le séisme les 22 et 23 août

Les experts en catastrophes de l’USAID/BHA et les équipes de recherche et de sauvetage en milieu urbain (RSMU) de l’EICC continuent de mener des activités d’évaluation et de réponse dans la Grand’Anse, les Nippes et le Sud, en visitant quatre communes touchées par le tremblement de terre dans les trois départements le 22 août et six le 23 août. Le 23 août, une équipe de l’EICC s’est rendue dans les communes de Beaumont et Pestel de la Grand’Anse et aux Cayes pour évaluer les besoins en matière de santé et les dommages subis par les établissements de santé avec l’organisation non gouvernementale internationale (ONG) Project Hope, signalant certains dommages causés par le séisme, ainsi que des stocks insuffisants de fournitures médicales. Pendant ce temps, les équipes RSMU de l’EICC ont évalué les dommages structurels et d’autres besoins dans les communes d’Anse-à-Veau et de Baradères (Nippes) et dans la commune de Port-à-Piment (Sud), aidant les communautés à se sentir en sécurité lorsqu’elles retournent dans leur foyer, alors que des répliques sismiques continuent de frapper la région. En date du 24 août, les équipes RSMU de l’EICC avaient mené des activités d’intervention dans 15 communes de la Grand’Anse, des Nippes et du Sud.

La FOI-Haïti effectue 311 missions pour les opérations de secours dirigées par l’EICC

En coordination avec l’EICC, le Commandement Sud des États-Unis (USSOUTHCOM) du ministère de la Défense (DoD) et la Garde côtière des États-Unis (USCG) continuent de soutenir l’EICC et les efforts humanitaires en Haïti avec un soutien logistique et de transport. En date du 23 août, la FOI-Haïti avait effectué 311 missions, aidant 425 personnes et transportant plus de 61 688 kg de produits de secours par hélicoptère depuis Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, vers les zones touchées dans le sud-ouest du pays. Les moyens aériens de la FOI-Haïti facilitent également le déplacement du personnel de l’EICC pour effectuer des évaluations dans les zones touchées par le séisme, ainsi que des relevés aériens des glissements de terrain et des dommages aux bâtiments et aux infrastructures.

L’USAID/BHA octroie 720 tonnes supplémentaires de nourriture au PAM

L’USAID/BHA continue de soutenir le Programme Alimentaire Mondial (PAM) des Nations Unies pour fournir une aide alimentaire d’urgence aux populations touchées par le séisme en Haïti, en approuvant récemment le déblocage d’environ 720 tonnes de stocks alimentaires d’urgence financés par l’USAID/BHA, permettant répondre aux besoins alimentaires de 54 400 personnes pendant un mois. Le PAM prévoit de transporter les stocks de Port-au-Prince aux Cayes pour une distribution ultérieure dans les zones affectées dans les prochains jours, y compris dans les zones les plus touchées du Sud, comme la commune de Maniche. Au total, l’USAID/BHA a remis au PAM environ 830 tonnes de stocks alimentaires d’urgence, permettant de nourrir plus de 62 000 personnes pendant un mois, tandis que l’agence des Nations Unies avait distribué plus de 100 tonnes de nourriture financée par l’USAID/BHA en date du 23 août.

En plus de la nourriture, les convois de camions organisés par le PAM transportent des abris et des fournitures WASH, des véhicules légers pour les zones touchées par le séisme et d’autres produits de secours de Port-au-Prince au sud-ouest d’Haïti. Au 23 août, avec le soutien de l’USAID/BHA, le PAM avait envoyé 25 camions, dont deux pour le compte de la DGPC, dans les zones touchées par le séisme. Dans certains endroits, le PAM effectue des distributions conjointes avec l’OIM et l’UNICEF pour répondre aux besoins multisectoriels des communautés.

Les acteurs humanitaires s’attaquent aux défis de l’acheminement de l’aide, notamment les infrastructures endommagées et les risques en matière de sécurité

Dans un contexte de tensions communautaires croissantes liées au rythme perçu de l’acheminement de l’aide, le gouvernement haïtien s’efforce de renforcer les mesures de sécurité et d’augmenter la fréquence des convois humanitaires apportant une aide aux populations touchées par le séisme, rapporte l’ONU. Tous les convois du PAM vers les zones touchées voyagent sous escorte de la Police nationale haïtienne (PNH) depuis le 23 août, afin de minimiser le risque de pillage ou de détournement de l’aide. Le PAM fait également appel à la PNH et à la DGPC pour s’assurer que les sites de distribution restent sécurisés.

Pendant ce temps, les autorités du gouvernement haïtien ont déclaré que le pont principal de la ville de Jérémie, dans la Grand’Anse, n’était pas sûr pour les voitures et les véhicules lourds, y compris les camions transportant l’aide humanitaire, en raison des dommages structurels liés au séisme. Le pont est le seul moyen d’atteindre Jérémie par la route, le principal site où les livraisons d’aide arrivent pour être ensuite distribuées dans la Grand’Anse, depuis Port-au-Prince et Les Cayes. Bien que le gouvernement haïtien s’efforce d’établir une déviation temporaire vers Jérémie, les moyens aériens et maritimes restent le principal mode de transport pour les livraisons d’aide à la ville Les acteurs de l’aide humanitaire travaillent également à l’identification de sites alternatifs dans la Grand’Anse pour stocker les produits de secours, et le PAM prévoit d’étendre son service de barge pour atteindre Jérémie. L’USAID/BHA soutient actuellement le PAM dans l’exploitation d’une barge de Port-au-Prince vers des sites dans la Grand’Anse et les Nippes, qui avait effectué huit expéditions de produits de secours en date du 23 août.