Haiti

Perspective sur la sécurité alimentaire Avril – Septembre 2011

Source
Posted
Originally published

Attachments

• Les catastrophes qui ont frappé le pays en 2010 affectent négativement la sécurité alimentaire. Les produits alimentaires locaux sont en déclin sur de nombreux marchés du pays. Le nombre de personnes en insécurité alimentaire est en croissance dans des zones comme le Nord‐Ouest et la pointe occidentale de la péninsule du Sud.

• Bien que les prix des produits alimentaires importés affichent une certaine stabilité, leur niveau actuel demeure en général plus élevé qu’en 2010 à pareille époque. Le riz, cependant, en fait exception et est à la baisse. Par contre, les prix des produits locaux sont à la hausse sur la plupart des marchés. L’augmentation des prix des produits pétroliers va accentuer cette tendance.

• La campagne agricole de printemps a démarré en retard cette année. Les pluies, attendues en général dès la fin du mois de mars, se sont manifestées à la mi‐avril dans certains départements géographiques comme le Sud‐est, le Nord‐est, l’Ouest et le Nord‐ouest. De plus, la cherté de la main‐d’oeuvre, depuis le déclenchement du choléra, le coût élevé de certains intrants, dû au désengagement de certains acteurs, pourraient contribuer à la réduction de la surface cultivée au cours de cette saison.

• Entre avril et juin, les pauvres et les très pauvres du Nord‐ouest (Baie de Henne, Mole Saint‐Nicolas, Bombardopolis), de la zone métropolitaine de Port‐au‐Prince, de la Grand’ Anse et dans de nombreuses communes des départements du sud‐est (Belle‐Anse, Grand Gosier) et du Nord‐est seront en Phase 2 ou Phase 3 selon l’échelle de sévérité de l’insécurité alimentaire définie à la figure 1. La longue période de soudure, la hausse des prix du pétrole, le niveau élevé de certains prix des produits alimentaires de base, la recrudescence du cholera sont à la base de cette situation. Entre juillet et septembre, cette dernière peut se renverser à la faveur de bonnes récoltes de printemps. Cependant, la saison cyclonique est susceptible de détériorer davantage les conditions de sécurité alimentaire au cas où le pays serait frappé par une tempête.