M. Martelly, E. Mulet, les Représentants de la France et de l’UE dans le Plateau central

Report
from UN Stabilization Mission in Haiti
Published on 10 May 2011 View Original

10 mai 2011 |

Le 7 mai, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti et chef de la MINUSTAH, Edmond Mulet, a effectué avec le Président élu, Michel Joseph Martelly, une visite de travail à Hinche, Plateau Central. Cette occasion a permis à la délégation d’apprécier le fonctionnement du Projet national d’aménagement de lacs collinaires mis en œuvre avec l’appui de la communauté internationale.

En compagnie de hautes personnalités, dont l’Ambassadeur de France, Didier Le Bret, et le chef de la délégation de l’Union Européenne en Haïti, Lut Fabert-Goosens, Edmond Mulet et Michel Martelly se sont rendus à Pandiassou et Betannie, dans la commune de Hinche.

Dans la localité de Pandiassou, ils ont visité l’institution des Petites Sœurs et Petits Frères de l’Incarnation (PFI) et le Lycée technique. Dans cet établissement, la délégation a pris connaissance de l’historique et des différentes réalisations relatives au développement du potentiel des lacs collinaires, nouvelle source de revenus pour les riverains, permettant l’irrigation et la pisciculture.

En effet, la technologie a d’abord été développée en Haïti par la FAO en 1992, avec un financement du PNUD s’élevant à 2.679.400 dollars. L’initiative a été mise en œuvre conjointement avec l’institution des Petites Sœurs et Petits Frères de l’Incarnation, qui en poursuit le développement. Comme le souligne l’ingénieur Volny Paultre de la FAO, la finalité de ce projet est de « garantir la réalimentation de la nappe phréatique, emmagasiner de l’eau en surface et ainsi pouvoir traverser la saison sèche, développer l’aquaculture et promouvoir les systèmes de production beaucoup plus rentables, tel le renforcement de la pêche continentale ».

Le Projet national d’aménagement des lacs collinaires est aujourd’hui financé à plusieurs millions de dollars par le Gouvernement haïtien avec l’appui de la France, de l’Union Européenne, de la Coopération espagnole et du Système des Nations Unies. Le Représentant du Secrétaire général de l’ONU en Haiti, Edmond Mulet, s’est dit satisfait de l’apport du projet aux habitants de Pandiassou, en soulignant que ce dernier était l’un des programmes les plus effectifs en termes de coûts-bénéfices en Haïti ».

S’adressant à ses hôtes, M. Martelly a salué l’initiative du frère Franklin à qui il a rendu hommage ainsi qu’à toute son équipe et promis de les appuyer. « C’est la première fois que je vois ces lacs collinaires. C’est une opportunité qui me permet de comprendre ce que ces derniers signifie, en termes de potentiel et de création d’emplois. La MINUSTAH a proposé des projets en Haïti et maintenu la paix. Il est important de valoriser les rapports humains, et je vais prioriser la réussite », a dit le Président élu.

A Betannie, la délégation a pu apprécier le fonctionnement de l’usine de traitement d’eau, les bassins piscicoles et le lac collinaire. L’usine, par un système d’ultrafiltration, permet la distribution d’une eau potable de qualité grâce à la conservation et la sauvegarde des sels minéraux et autres éléments riches. C’est avec le soutien logistique de la France qu’elle assure la fourniture d’une eau potable de bonne qualité dans le Plateau Central et compte l’étendre à d’autres villes.

L’utilité du lac de Betannie, à l’instar des autres lacs collinaires, est variée et préserve l’écosystème local puisqu’en plus de l’agriculture et de la pisciculture, les populations peuvent s’y baigner et faire boire le bétail. Pour M. Le Bret, « il était important que le Président élu, même avant son investiture, puisse prendre la mesure des choses qui se font dans le pays, car on ne part pas de zéro ».

Le Département du Centre bénéficie par ailleurs de Projets à Impact Rapide (QIPs) de la MINUSTAH. Il s’agit entre autres de la réhabilitation de l’Ecole d’entreprenariat agricole de Pandiassou, qui représente un investissement de quelque 25.000 dollars. Ce projet est évidemment en relation étroite avec celui du développement des lacs collinaires.

La MINUSTAH a aussi financé sur place un autre projet proposé par l’Organisation des paysans de Gascogne (OPG), portant sur la réhabilitation de canaux d’irrigation. Ce programme représente également un financement de quelque 25 000 dollars. A noter également que Mission vient également de financer un projet similaire, qui inclut la construction de deux bassins piscicoles à Gascogne/Mirebalais, et ce pour un montant de près de 50.000 dollars.

A ce jour, on compte 142 lacs collinaires dans les 10 Départements d’Haïti. Ils favorisent le développement durable dans la mesure où ils contribuent, entre autres, à une mise en valeur de la production nationale.

Rédaction: Habibatou Gologo

Edition : Uwolowulakana Ikavi