Les autorités haïtiennes déterminées à combattre les violences faites aux femmes, le viol en particulier

Report
from UN Integrated Office in Haiti
Published on 29 Nov 2019 View Original

BEATRICE NIBOGORA

Le gouvernement haïtien, en partenariat avec le système des Nations Unies, a procédé au lancement de la campagne des seize jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles, le 25 novembre dernier au Palais national, en présence des représentants des institutions étatiques, des membres du corps diplomatique, ainsi que des représentants des organisations de ls société civile. En Haïti, 12% de la population féminine affirment avoir subi des violences sexuelles, a annoncé le Président de la République, Jovenel Moïse, dans son discours de lancement de la campagne.

Les chiffres sur les violences sexuelles sont sans appel. Selon les plus récentes statistiques, environ 4% de filles entre 15 et 17 ans déclarent avoir subi des violences sexuelles. Dans 58% des cas, l’agresseur est le conjoint, le partenaire sentimental, ou un membre de l’entourage. « En vérité, il ne s’agit pas de chiffres. Il s’agit des personnes. Il s’agit de la fille qui a été violée par un parent, un proche, un voisin ou un inconnu et qui se replie sur elle-même, sans aucun recours. Il s’agit de cette jeune femme qui après avoir été victime, se voit ridiculisée en allant porter plainte à la police ou humiliée au Tribunal, » a affirmé avec amertume Christelle Pierre, la porte-parole de la jeunesse haïtienne.

Citant les conclusions du « Forum national femmes, paix, et participation politique » présidé les 3 et 4 avril derniers par la Première Dame, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et Cheffe du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti, Helen La Lime, a rappelé que la violence contre les femmes n’est pas le problème des seules femmes, mais le fléau de toute une nation. Ces actes affectent toutes les classes sociales, des plus aisées aux plus pauvres, et constituent un danger pour les générations futures.

En Haïti, le système des Nations Unies accompagne le gouvernement et les organisations féminines dans la mise en œuvre du plan national de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, y compris l’appui à la création d’une unité de lutte contre les crimes sexuels au sein de la police. De plus, il appuie le Ministère de la Justice et le Ministère de la Condition Féminine dans le cadre du programme mondial « Egalité devant la loi pour les femmes et les filles d’ici 2030 » pour éliminer toutes les mesures légales discriminatoires envers les femmes.

Le Chef de l’Etat a appelé à toutes les forces vives de la nation à s’unir pour combattre les actes de violence faites aux femmes et aux filles. « Nous devons, malgré nos divergences, nous engager au rétablissement de la paix, de la concorde et de la sécurité dans notre pays. Nous devons veiller à prévenir et à sanctionner, selon les prescrits de la loi, tout recours aux violences contre les femmes comme moyen de pression politique, de revendications et de représailles, » a-t-il déclaré.

Au cours des deux prochaines semaines, les nombreuses activités prévues dans le cadre de la campagne permettront de sensibiliser la population aux problématiques de la violence sexuelle, d’articuler les réponses adéquates à y apporter dans le contexte haïtien, et de souligner la nécessité de renforcer les mécanismes de prise en charge des femmes et des filles qui en sont victimes.

Cette année, la campagne des 16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes est menée sous le thème mondial d’« Orangez le monde : la Génération Égalité s’oppose au viol ».

Béatrice Nibogora

Chef de la Communication Stratégique et de l'Information Publique - Porte-parole

Bureau Intégré des Nations Unies en Haiti - BINUH

Tel: +509 22 29 67 00; ext.: 2691/7114 / Cell: +509 36 53 70 43

Intermission: 181 - 7114

Email: nibogorab@un.org / Twitter: @binuh / Website: https://binuh.unmissions.org/fr