Haiti

Le Pont Limite : un exemple de coopération en Haïti

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
PORT-AU-PRINCE, 5 janvier 2010.- Le Projet de Transport et de Développement Territorial (PTDT), financé par un don la Banque mondiale au Gouvernement haïtien, œuvre depuis 2006 à minimiser les coûts de transport pour les habitants des microrégions de Dondon-St Raphaël (Nord) et de Thiotte-Anse-à-Pitres (Sud-est). L'une des plus belles réalisations de ce project est l'installation à St Raphaël d'un pont métallique. Le montage de ce pont, crucial pour les communautés de Dondon et de St-Raphaël, est le fruit d'une collaboration et d'une coordination exemplaires entre le Gouvernement haïtien, la Minustah, le Gouvernement français, et de la Banque mondiale.

A l'origine, des pluies diluviennes

En 2004, les pluies diluviennes dans le Nord d'Haïti ont entraîné le déséquilibre du « Pont Limite », un ouvrage métallique situé entre les communes de Dondon et de St-Raphaël. L'accès des habitants de Dondon au grand marché de St-Raphaël était dès lors entravé, et la circulation le long de la route nationale no. 3 coupée. En définitive, les usagers devaient traverser la rivière Bouyaha à gué avec tous les risques que cela implique.

Un don de l'Etat français

C'est en novembre 2007 que fut décidée la reconstruction du Pont Limite. Le Gouvernement français offre à la République d'Haïti un pont de secours métallique de type Bailey. Il faut transporter les

différents éléments de ce pont de la France à Haïti. La Banque mondiale, fournit alors, à travers le PTDT, les fonds nécessaires au transport de toutes les composantes de ce pont qui seront stockées dans les locaux de la Direction Départementale du Ministère des Travaux Publics, Transports et Communication (MTPTC/DDN) à Cap Haïtien. Le PTDT a également pris en charge le financement des travaux préalables à l'installation du nouvel ouvrage, y compris les travaux de démolition de l'ancien pont endommagé.

Le Montage du pont, un exemple de coordination

Du 10 au 12 février 2009, un contingent militaire brésilien de la Minustah s'est rendu sur le site. Grâce à leur travail rapide et efficace, les soldats de la Minustah achevèrent d'installer le pont en deux jours. Le montage s'est fait sous la supervision de Monsieur Gérard Charles, conducteur de chantier du Centre National des Ponts de Secours français spécialement pour l'occasion. Une équipe d'ingénieurs du MTPTC était également présente lors de l'opération et a bénéficié d'une formation sur le terrain en montage de ponts métalliques.

Une population satisfaite

Le pont est achevé à la grande satisfaction des habitants de la région qui ne cachent pas leur joie et

leur reconnaissance à tous ceux qui ont contribué à ce résultat. Le pont a été inauguré par le Ministre Jacques Gabriel des Travaux Publics, Transports et Communications de la République d'Haïti, le 6 août 2009, en présence de représentants de la Coopération française, de la Minustah et de la Banque mondiale ainsi que de la population locale. Grâce à cet effort conjoint le désenclavement de milliers de personnes a été réalisé et les activités économiques réduites à leur plus simple expression ont pu retrouver un niveau satisfaisant.

Quelques témoignages des usagers du Pont Limite...

La population locale

« Nous sommes très joyeux et pleinement satisfaits de voir enfin passer les véhicules sur le nouveau pont ».

« Quand la rivière était en crue, nous nous trouvions dans l'impossibilité de traverser pendant plus d'une journée, alors que nous avons des jardins à l'autre rive. Maintenant, c'est fini tout cela ».

« Nous aurions souhaité que le Président de la République et la Première Ministre viennent inaugurer le nouveau Pont limite ».

« Nos remerciements au Gouvernement français pour le don du pont et à la Banque mondiale pour le financement des travaux ».

Les conducteurs de transports publics

« En saison pluvieuse, c'est la misère et la désolation. Parfois, nous passions environ quatre jours devant la rivière en crue. Plusieurs véhicules ont été endommagés par le passé (détruits par les eaux, pannes de moteurs, etc.). Depuis l'érection du pont, nous n'avons enregistré aucun problème de circulation ; finis les soucis avec la rivière Bouyaha »