Le PNUD demande 35,6 millions de dollars EU pour Haïti

Report
from UN Development Programme
Published on 15 Jan 2010 View Original
New York =96 Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) demande 35,6 millions de dollars EU pour l=92aide immédiate au relèvement en Haïti après le séisme massif qui a frappé ce pays mardi. Les mesures de riposte comprendront le déblaiement des décombres et la réhabilitation de l=92infrastructure essentielle, notamment la réfection des routes et le rétablissement de l=92alimentation en électricité, de manière à faciliter l=92apport de l=92aide d=92urgence nécessaire. Le PNUD exécutera également des programmes de travail contre rémunération afin de relancer l=92économie locale.

Ces fonds, demandés par le PNUD dans le cadre de l=92appel éclair de 562 millions de dollars lancé par les Nations Unies, permettront au Programme d=92intensifier ses efforts pour fournir une aide d=92une importance critique dans les délais les plus brefs afin d=92appuyer le relèvement précoce des populations touchées.

« Les Nations Unies =9Cuvrent en étroite collaboration avec les gouvernements du monde entier pour répondre aux besoins humanitaires immédiats et pour coordonner les activités de relèvement précoce tout en prenant en considération les objectifs de développement à long terme. Haïti aura besoin d=92un soutien immense pour se relever de cette terrible catastrophe », a déclaré l=92Administrateur du PNUD Helen Clark.

De nombreux habitants de la capitale, Port-au-Prince, dévastées par le séisme n=92ont plus accès à l=92alimentation, à l=92eau ni à l=92électricité et sont sans logement. Les équipes d=92intervention d=92urgence des Nations Unies présentes sur le terrain estiment que 10 % des bâtiments de la ville ont été détruits ce qui laisse 300 000 personnes sans abri et beaucoup de celles-ci prennent la fuite. Le nombre des victimes et l=92étendue exacte des dégâts ne sont toujours pas connus, mais ils seront selon toute vraisemblance très grands.

« Nous en sommes encore à la phase de recherche et sauvetage, et nous nous efforçons de sauver le maximum de vies possible », a déclaré aujourd=92hui le Secrétaire général Ban Ki-moon.

Toutefois, vu la capacité de l=92aéroport limitée, les routes encore bloquées et la disponibilité l=92insuffisance de moyens de transport et de carburant en Haïti, la situation logistique est, le Secrétaire général l=92a souligné, des plus difficiles.

Le PNUD, en tant que coordonnateur de l=92équipe de relèvement précoce des Nations Unies, =9Cuvrera avec le gouvernement haïtien et les autres partenaires pour évaluer les dégâts et les besoins et pour formuler des plans de reconstruction. Une aide prioritaire sera accordée aux activités à forte intensité de main-d=92=9Cuvre, sous forme de travail contre rémunération, afin de déblayer les décombres et de réhabiliter l=92infrastructure de base. Ceci contribuera à réduire les tensions sociales dans les communautés affectées et jettera les fondations d=92activités de relèvement et de reconstruction rationnelles et promptes, en coordination avec les autorités nationales. Le but visé est de créer 220 000 emplois temporaires qui bénéficieront à quelque 1 050 000 personnes.

Le PNUD avait récemment mis en =9Cuvre des activités de génération de revenus en Haïti à la suite du passage de plusieurs ouragans meurtriers en 2008, et les capacités renforcées et les partenariats forgés avec les ONG après ces tempêtes seront mis à contribution durant la présente crise. C=92est ainsi qu=92en 2008, le PNUD, l=92Organisation internationale du Travail et l=92Organisation internationale pour les migrations avaient coopéré avec d=92autres organismes et avec le gouvernement haïtien pour élaborer et approuver un système de travail contre rémunération et pour établir des normes pour les salaires et les rations alimentaires, système qui sera adapté compte tenu des spécificités du processus de relèvement après le séisme.

Plus de 300 fonctionnaires des Nations Unies, dont 72 fonctionnaires du PNUD, sont toujours manquants ou portés disparus. Le décès de 37 membres du personnel militaire et civil de la MINUSTAH ainsi que d=92un membre du Programme alimentaire mondial des Nations Unies a été confirmé.