Haiti

L'aide humanitaire commence à parvenir en Haïti mais les besoins des rescapés sont extrêmes

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
NEW YORK, états-Unis, 14 janvier 2010 - L'UNICEF prend part à la vaste opération d'aide humanitaire t en cours pour aider les quelque trois millions de personnes touchées par le tremblement de terre d'une magnitude de 7.0 qui s'est produit mardi à Haïti.

Mais, alors que les fournitures de base de l'UNICEF, de ses partenaires de l'ONU et d'autres agences humanitaires ont commencé à parvenir auprès des communautés ébranlées par le séisme, les immenses besoins des rescapés dépassent de loin les moyens qui sont disponibles sur place.

Déclenchement des opérations de secours

Le bilan sera sûrement très lourd, alors que les équipes de recherche et de secours passent les décombres au peigne fin pour retrouver des survivants. Et il s'alourdira encore si l'on n' augmente pas l'assistance médicale, l'approvisionnement en nourriture, eau potable, les équipements sanitaires et les matériaux pour l'hébergement.

Hier, l'UNICEF a débloqué un total de 3,4 millions de dollars en fonds de secours pour les interventions concernant le séisme d'Haïti. Au total, les Nations Unies ont débloqué 10 millions de dollars de leur Fonds central d'intervention pour les urgences humanitaires. Cependant, encore plus de ressources financières seront nécessaires pour l'aide humanitaire et le redressement du pays dans les jours et les semaines à venir.

Dans un commentaire écrit diffusé aujourd'hui par CNN International, l'Ambassadrice itinérante de l'UNICEF Mia Farrow a évoqué la question du financement. Elle a en appelé de toute urgence à la générosité de ses concitoyens des états-Unis afin de soutenir les opérations de secours, avec une attention particulière pour les enfants qui représentent près de la moitié des 10 millions d'habitants d'Haïti.

« Dans n'importe quelle catastrophe les enfants sont les plus vulnérables, » a écrit Mia Farrow qui avait effectué une visite en Haïti en 2008, une année d'ouragans catastrophiques. « Nous devons nous assurer que cet acte particulièrement impitoyable de la nature n'enlève pas davantage qu'il ne l'a déjà fait aux enfants, dont les vies étaient déjà si précaires auparavant. »

Première expédition d'aide humanitaire

L'acheminement de l'aide humanitaire pose encore d'autres difficultés, les routes, les réseaux électriques et de communications ainsi que les différentes infrastructures étant détruits dans de nombreuses zones.

La nuit dernière, un avion cargo mis à disposition de l'UNICEF par la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a atterri à Saint-Domingue, la capitale de la République dominicaine, le pays voisin, avec des fournitures destinées aux victimes du séisme. A bord se trouvaient des comprimés pour la purification de l'eau, des bâches et des tentes pour un hébergement provisoire ainsi que des sels de réhydratation orale pour lutter contre les effets de la diarrhée causée par l'eau contaminée.

Ces fournitures devaient franchir aujourd'hui la frontière par camion en direction d'Haïti.

Terre, mer et air

Un autre avion expédié du centre régional d'approvisionnements de l'UNICEF de Panama doit également atterrir demain dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince, o=F9 l'aéroport a subi des dégâts mais reste ouvert aux vols de l'aide humanitaire.

(Cependant, selon différents médias, l'aéroport était provisoirement fermé cet après-midi en raison de la congestion du trafic et de l'espace limité sur les pistes. Au moment o=F9 ceci est rédigé, on ne sait pas si le vol de l'UNICEF pourra atterrir ici.)

Un bateau transportant des fournitures d'urgence en provenance de Panama est également arrivé dans la capitale, cela malgré les sérieux dégâts provoqués par le séisme dans le port. D'autres expéditions d'aide humanitaire par terre, mer et air devraient se poursuivre à brève échéance.

« Nous avons été contactés par d'autres partenaires comme UPS [et] British Airways, » a déclaré le Coordonnateur pour les situations d'urgence de la Division des approvisionnements de l'UNICEF, Jean-Cédric Meeus. « Ils nous offriront de l'espace gratuit sur leurs vols commerciaux à partir de l'Europe vers Panama ou Miami. De là, soit par l'intermédiaire de nos partenaires pour la logistique ou par nos propres moyens, nous les expédierons à Port-au-Prince ou à Saint-Domingue. »

« L'étendue des dégâts est atterrante »

Lors d'une réunion du Conseil d'administration de l'UNICEF hier à New York, l'Ambassadeur d'Haïti auprès de l'ONU Léo Mérorès, un des anciens vice-présidents du Conseil d'administration, s'est exprimé sur la tragédie qui se déroule actuellement dans son pays.

« Ce que nous savons, c'est que l'étendue des dégâts est atterrante et que le gouvernement a mobilisé ses services afin d'aider la population, » a dit l'Ambassadeur. « Ceci est effectué en collaboration avec les différents organismes, dont l'UNICEF, qui se trouvent sur le terrain en Haïti. »

« Les équipes de l'UNICEF travaillent dans le pays avec diligence, » a-t-il ajouté, « non seulement dans la capitale mais aussi dans les villes car, en plus de Port-au-Prince, les villes principales de l'intérieur ont également souffert. »

Léo Mérorès a fait part de son espoir de voir « la situation se stabiliser assez rapidement, » et de sa reconnaissance pour le fait que les organismes de l'ONU et les autres partenaires internationaux sont prêts à « aider Haïti à l'heure du besoin » et aient la volonté de le faire.