L'accès aux abris, à l'eau et à la nourriture priorité essentielle pour les victimes du séisme en Haïti

Report
from International Organization for Migration
Published on 15 Jan 2010 View Original
Haïti - L'OIM mène aujourd'hui une nouvelle distribution d'aide alimentaire et non-alimentaire d'urgence en coopération avec le programme Alimentaire Mondial (PAM) aux victimes du séisme en Haïti pour lesquelles les abris, l'eau et la nourriture sont désormais difficiles à obtenir.

La distribution d'aide non-alimentaire faite par l'OIM comprend des bâches en toile, des bâches en plastique, des jerricans, des réservoirs et du matériel de construction d'abris. Cette distribution aura lieu à trois endroits autour de Port-au-Prince, la capitale, afin d'aider 8 000 personnes.

Hier, l'OIM et le PAM ont distribué de l'aide similaire à environ 4 000 survivants qui s'étaient regroupés dans l'enceinte où loge Premier Ministre, sur la Place Boyer et à la Villa Créole, où un hôpital mobile a été implanté. Cependant, les distributions sur la Place Boyer ont dû être arrêtées à cause du surencombrement et pour des raisons de sécurité.

En raison des opérations en cours qui avaient lieu en Haïti avant le séisme dévastateur de mardi, l'OIM disposait d'un stock d'aide non-alimentaire pour 10 000 familles. Cependant, un soutien bien plus important est nécessaire pour venir en aide aux centaines de milliers de familles déplacées ou touchées par le séisme. Trois jours après le puissant séisme, de nombreux milliers de personnes sont sans abris et ont surtout besoin de tentes.

Les besoins les plus urgents pour l'OIM sont les tentes, les jerricans, les pastilles d'assainissement de l'eau, les kits de cuisine et d'hygiène, les moustiquaires, les toiles en plastique, les réservoirs d'eau et les outils, qui devraient permettre la construction rapide d'installations temporaires où les déplacés pourront recevoir de l'aide.

Hier, un survol de la ville a été organisé afin d'aider le gouvernement à localiser les sites les plus adaptés pour les installations temporaires. Une évaluation menée conjointement par l'OIM et le PAM sera conduite plus tard dans la journée en voiture.

L'OIM mènera la coordination de la construction des abris d'urgence et de la distribution d'aide non-alimentaire par les acteurs humanitaires et demande 30 millions de dollars pour mener à bien ses opérations dans le cadre de l'appel éclair des Nations Unies qui doit être délivré très prochainement. L'ampleur réelle de la catastrophe reste toutefois incertaine et cette somme pourrait changer dans les semaines à venir.

En raison des estimations rapportant plusieurs dizaines de milliers de morts, le chef de mission de l'OIM en Haïti a déclaré que le gouvernement avait mobilisé des machines et équipements de travaux publics pour retirer les corps gisant dans les rues qui ne cessent de se multiplier à mesure que les habitants extraient d'autres morts et blessés des décombres.

Il a également identifié d'autres problèmes comme l'accès au carburant et le manque d'électricité, et notamment les fils électriques tombés à terre qui pourraient causer encore plus de dangers et des incendies.

Le personnel de l'OIM à la frontière entre Haïti et la République Dominicaine rapporte que même si la situation reste calme, le nombre de passages s'intensifie.

« Le responsable de l'immigration en Haïti au poste frontière de Jimaní nous a confié qu'il avait assisté à une augmentation de 10 pourcent du nombre d'Haïtiens qui tentent de passer la frontière. Il a également remarqué un nombre croissant de personnes se regroupant autour de l'hôpital de Jimaní, principalement des familles qui amenaient les blessés », a déclaré Stephanie Daviot, de la mission de l'OIM en République Dominicaine.

Elle a ajouté que certains rapports du point de passage de Dajabón indiquaient que tout était calme. « Le responsable à Dajabón a dit qu'aucuns Haïtiens ne tentait de fuir leur pays. J'ai reçu la même information du point de passage de Pedernales au sud du pays. »

Un afflux similaire de personnes a été identifié dans les villes haïtiennes de St Marc, Gonaïves et Cap Haïtien situées au nord du pays, qui ont été bien moins touchées par le séisme.

L'OIM œuvre en Haïti depuis 1994. Plusieurs programmes et projets en cours couvrent des activités telles que l'intervention humanitaire d'urgence, le rétablissement de l'état de droit, le relèvement rapide, la réforme dans le domaine de la sécurité et la stabilisation des communautés après la crise.

L'OIM en Haïti fait partie de l'équipe de pays des Nations Unies et travaille en coopération étroite avec les partenaires des Nations Unies pour les interventions d'urgence et le relèvement rapide.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Jean-Philippe Chauzy

OIM Genève

Tél : +41 22 717 9361

+41 79 285 4366

Email : pchauzy@iom.int

Jemini Pandya

OIM Genève

Tél: +41 22 717 94 86

+41 79 2173374

E-mail: jpandya@iom.int

ou

Niurka Piñeiro

OIM Washington

Tél : +1 202 862 1826 Ext. 225

Email : npineiro@iom.int

International Organization for Migration:
Copyright © IOM. All rights reserved.