Haiti

Journée mondiale de l'alimentation : vaincre la faim en Haïti

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Le 16 octobre rappelle la célébration de la Journée mondiale de l'alimentation. En Haïti, cette journée a été fêtée sur fond de crise. Cependant, les institutions concernées, loin de jeter l'éponge, entendent remporter la bataille contre la faim dans le pays.

A l'occasion de la célébration de la Journée Mondiale de l'Alimentation, le ministre de l'agriculture, Joanas Gué, a exhorté « les forces vives de la nation à intensifier leurs efforts pour parvenir à une solution durable au problème de la faim ». En effet, la situation déjà précaire du pays, où 70% de la population vit avec moins de deux dollars américains par jour, a été récemment aggravée par le passage sur le pays de quatre ouragans successifs.

Ces cyclones ont laissé derrière eux un pays dévasté. Le secteur agricole a été particulièrement frappé. Selon certaines organisations paysannes, 80% des plantations agricoles ont été détruites. Les pertes au niveau de l'élevage atteindraient les 90% dans certaines zones. Le Ministère de l'Agriculture et des Ressources Naturelles avance pour sa part que les pertes dans le secteur de l'agriculture s'élèvent à plus de 23 millions de dollars.

Les conséquences désastreuses de ces catastrophes naturelles sont venues s'ajouter à une situation alimentaire et financière déjà alarmante en raison de l'augmentation des produits alimentaires de base. Cette flambée des prix avait conduit en avril 2008 à de violentes manifestations populaires dans le pays.

Dans son discours, le ministre a également souhaité que la part du budget national alloué au secteur agricole, (4% environ actuellement) augmente. « Il faudrait que 12 à 15 % du budget national soient dédiés à la promotion de l'agriculture », a-t-il déclaré.

Devant de nombreux membres du corps diplomatique venus assister à cette cérémonie organisée conjointement par la FAO et le Ministère, Joanas Gué a dit attendre des « pays amis » d'Haïti, une « réponse positive » pour aider le Gouvernement haïtien à lutter contre la faim en Haïti. « Nous devons gagner la bataille de la sécurité alimentaire », a-t-il soutenu.

L'assistant du Représentant au Programme de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), Volny Paultre, a abondé dans le même sens. « Après les émeutes d'avril, le secteur de l'agriculture avait bénéficié d'une aide importante tant du Gouvernement que de la communauté internationale. Mais après ces cyclones, 60% du travail qui avait commencé est perdu », a-t-il souligné.

Dans un communiqué de presse rendu public le 11 septembre, la FAO a informé que 50.000 familles haïtiennes sont dans le besoin à la suite des pertes des cultures de riz, de maïs, de bananeraies, notamment. L'organisation estime par ailleurs que 10.500.000 dollars sont nécessaires à la relance de la production nationale. En outre, selon un rapport publié par la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA) 3,3 millions d'Haïtiens sont en situation d'insécurité alimentaire.

Des actions contre la faim

Si la lutte pour l'éradication de la faim en Haïti s'annonce longue et ardue, des actions ont néanmoins déjà été entamées afin d'y parvenir.

Au niveau gouvernemental, 56 millions de dollars provenant des fonds du « Petrocaribe » ont été accordés au secteur de l'agriculture. En outre, 10 millions de dollars provenant du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) à Haïti, ont également été alloués à ce secteur.

Les efforts du Gouvernement devraient se décliner en deux axes majeurs d'intervention : l'accroissement de la disponibilité des produits alimentaires et l'augmentation de l'accessibilité à ces produits. Ces interventions comprendront notamment la réhabilitation des infrastructures de production agricole, la distribution d'intrants et la création d'emplois en milieu rural.

Pour leur part, les Nations Unies, à travers notamment la FAO et l'Organisation Internationale de la Migration (OIM), intensifient leurs actions en faveur de la relance de la production nationale. Volny Paultre a indiqué que des efforts sont faits pour doter les agriculteurs, les premiers à souffrir de la crise alimentaire, d'engrais, de semences, d'outils agricoles. La FAO travaille également à diversifier la production agricole et à restructurer les systèmes d'irrigation.

Quant à l'OIM, elle apporte un appui non négligeable, particulièrement dans le Sud du pays. L'Organisation s'apprête à terminer la réhabilitation de 1.336 mètres de canaux d'irrigation aux Cayes. Ceci doit permettre l'irrigation de 133 hectares de riz.

Comme en Haïti, la Journée mondiale de l'alimentation est célébrée, cette année, sur fond de crise dans la plupart des pays en développement. Dans son message à l'occasion du 16 octobre, le Directeur général de la FAO, Jacques Diouf, a indiqué que « la flambée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie a eu pour effet d'accroître de 75 millions le nombre de personnes sous-alimentées en 2007 ».

Aussi lance-t-il un appel à « des partenariats équitables entre pays disposant de terres, d'eau, de main d'œuvre et ceux possédant des ressources financières, une capacité de gestion et un marché solvable » afin de faire face à cette situation adverse.