Haiti + 1 more

Infolettre : Actualités Migratoires - Janvier 2016

Source
Posted
Originally published

Attachments

Dans cette Infolettre :

  • Mieux connaître le GARR

  • Les rapatriements en 2016

  • La situation dans les camps d’Anse à Pitres

  • Distribution à Anse à Pitres

  • Rencontre de la CCHD

  • Notre nouvelle page Facebook

Mots d’introduction

Le GARR met à votre disposition ce bulletin mensuel dans le souci de vous tenir plus informer des événements relatifs aux communautés frontalières et à la migration haïtienne. Mis à part le site et la page facebook du GARR, ce bulletin sera également un outil enrichissant pour mieux connaitre les diérents axes d’interventions de cette institution qui fait la promotion et la défense des droits migrants depuis 24 années.

Bonne lecture!

Les rapatriements et les retours forcés pour le mois de janvier 2016

Le processus de rapatriements ne s’arrête pas pendant l’année 2016. (voir le tableau)
Parmi ces rapatriées, 102 mineurs non accompagnés sont recensés. La plupart de ces mineurs vivaient à las Matas, à Santo Domingo, à Santiago et à San Juan de la Maguana. « Ils m’ont saisi et m’ont mis dans un bus pour m’envoyer en Haïti. Je leur ai demandé de voir mes parents, ils ont refusé cela », a déclaré un enfant.

Comme l’a observé le GARR, les rapatriés qu’il a accueillis sont dépourvus de tout et sont venus sans leurs eets. Ce qui représente une violation de leurs droits.

D’un autre côté, bon nombre de personnes qui sont retournées volontairement disent avoir perdu arbitrairement leur travail. Selon leurs témoignages, les mesures prises par les autorités dominicaines ont provoqué au sein du secteur patronal des vagues de révocations des étrangers à risque d’être déportés par l’Etat dominicain.

Les données ont montré que la majorité des ressortissants haïtiens rapatriés sont originaires des communes Cornillon Grand Bois, Fond-Verrettes et Anse-a-Pitres.

A la frontière de Jimani/Malpasse, un problème de logistique a aecté l’accueil des rapatriés au cours du mois janvier. L’autobus qui assurait le transport des employés de l’immigration haïtienne à Malpasse et des personnes rapatriées à ce point frontalier n’était pas disponible depuis le 19 janvier 2016 jusqu’à la n de ce mois.

En eet, les 26 et 27 janvier 2016, les agents de l’immigration dominicaine avaient passé plus de 3 heures de temps à attendre sans succès des agents de l’immigration haïtienne auxquels ils devaient remettre les rapatriés haïtiens à Malpasse. Ne les ayant pas vus, ils étaient obligés de laisser partir les migrants haïtiens rapatriés qui sont généralement arrivés lassés et aamés à la frontière.

Certaines femmes rapatriées ont déclaré avoir subi des agressions sexuelles de la part de certains soldats dominicains au moment de leur rapatriement.

Le GARR lance un appel aux autorités haïtiennes d’exiger à l’Etat dominicain le respect des droits des migrants dans les processus des rapatriements. Il en prote pour attirer leur attention sur la violation des droits des mineurs qui sont rapatriés sans leurs parents.