Huit ans après le tremblement de terre

Report
from UN Development Programme
Published on 12 Jan 2018 View Original

Les Haïtiens ont besoin de soutien pour renforcer la résilience et atteindre un développement durable

Il y a huit ans aujourd'hui, un tremblement de terre dévastateur frappait Haïti, tuant 200 000 personnes dont 102 membres du personnel des Nations Unies. Plus de 300 000 personnes ont été blessées et plus d'1,5 million d'Haïtiens déplacés. Aujourd'hui, nos coeurs sont avec les femmes, hommes et enfants haïtiens et les familles et amis de nos collègues qui ont perdu leurs proches au cours de cet événement tragique.

Haïti fait partie des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles et sa vulnérabilité augmente avec le changement climatique, la dégradation de l'environnement et l'utilisation irrationnelle de l'espace, en particulier dans les villes.

De 1975 à 2012, les catastrophes liées au climat ont causé des dégâts et des pertes d'environ 2% du produit intérieur brut (PIB) par an. Il y a huit ans, en quelques minutes, le tremblement de terre a fait perdre au pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental 120% de son PIB.

Le chemin de la relance a été particulièrement difficile, compte tenu également des défis que le pays rencontre en tant que petit État insulaire en développement : vulnérable à la dette, au chômage, au changement climatique et à l'élévation du niveau de la mer.

Mais les Haïtiens ont su faire preuve d'une grande résilience après le tremblement de terre et aussi chaque année, quand ils font face à une nouvelle saison d'ouragans et à de multiples défis, notamment le déplacement, l'insécurité alimentaire, le manque d'accès à l'eau potable et à l'assainissement. C'est pourquoi, alors qu'il se dirige vers le développement durable, le pays a toujours besoin du soutien de la communauté internationale.

Résultats:

  • Le PNUD s'est associé au peuple d'Haïti pour reconstruire après le tremblement de terre et après plusieurs ouragans au cours des huit dernières années.
  • Plus de 300 000 Haïtiens, dont 40 % de femmes, ont été employés temporairement pour enlever les débris, recycler les matériaux et aider à reconstruire leurs communautés
  • Tous les débris ont été enlevés
  • Plus de 2 300 km2 ont été protégés, 400 hectares reboisés

Pour en savoir plus: