Haiti

Haiti Rapport de situation : Carburant et pillage, 21 décembre 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Les pillages et les enlèvements sont appelés à augmenter, le contrôle exercé par les gangs s’étendant à tout Haïti et les prix étant en hausse, même si une stratégie d’acceptation forte DEVRAIT vraisemblablement atténuer les violences graves à l’encontre des organisations humanitaires.

Résumé

• Au moins 60 personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées le 14 décembre lorsqu’un camionciterne d’essence qui s’était écrasé et renversé dans la ville de Cap-Haïtien a explosé.

• Une autre explosion de camion-citerne de carburant qui a fait un mort et plusieurs blessés a été signalée dans un entrepôt de Trou-du-Nord le 10 décembre. Cet entrepôt aurait servi à stocker du carburant issu du marché noir qui approvisionnait la ville.

• On constate une grave pénurie de carburant depuis au moins six mois, les gangs – qui contrôlent désormais de vastes régions d’Haïti – profitant d’une autre source de revenus en contrôlant l’accès au carburant.

• Alors que l’économie haïtienne fait face à un stress fiscal important, ayant accusé une contraction de 3,8 % en 2020, le ministre des Finances Michel Patrick Boisvert a annoncé un « ajustement » des prix du carburant le 7 décembre.

• La pénurie de carburant affecte également les organisations humanitaires, d’où des problèmes d’acheminement de l’aide.

• Le contrôle exercé par les gangs et les commerçants du marché noir sur l’approvisionnement en carburant va PROBABLEMENT s’étendre à tout le pays jusqu’aux zones plus rurales.

• Les enlèvements de chauffeurs de camions-citernes se poursuivront, tout comme ceux de travailleurs humanitaires – le personnel national et international étant fortement menacé d’enlèvement, malgré l’évasion signalée le 16 décembre des derniers membres du groupe Christian Aid Ministries enlevés en octobre.

• Les pillages vont PROBABLEMENT augmenter, les fournitures d’aide détenues par les ONGI étant particulièrement menacées en raison de la hausse des prix de tous les produits de première nécessité.

• Une solide stratégie d’acceptation reste essentielle pour travailler en Haïti compte tenu de la hausse des pillages ainsi que des enlèvements contre rançon perpétrés par les gangs.