Haiti

Haiti: Près de 500 jeunes formés à U-Report pour répondre aux urgences dans le Grand Sud

Les membres des communautés sont toujours les premiers à amener de l’aide quand l’urgence frappe

Les membres des communautés sont toujours les premiers à amener de l’aide quand l’urgence frappe. Le tremblement de terre du mois d’août dernier dans le Grand Sud d’Haïti n’a pas été une exception quand les jeunes U-Reporters de Pestel se sont distingués par leur promptitude à secourir les sinistrés. Afin que cette aptitude fasse tache d’huile, l’UNICEF a formé des centaines de jeunes dans les trois départements affectés par le séisme, pour les préparer à répondre aux urgences.

Port-au-Prince, le 10 octobre 2021- Dès que le tremblement de terre a frappé le Grand Sud d’Haïti le 14 août 2021, les U-reporters de Pestel, en dépit du fait qu’ils aient été victimes eux-mêmes, sont allés tirer les femmes et les enfants des décombres, informer le reste du monde de l’ampleur de la catastrophe avant de collecter des fonds pour distribuer de l’eau potable aux sinistrés. Afin de vulgariser ce volontariat et cet engagement gratuit et spontané, l’UNICEF a formé près de 500 jeunes dans les départements de la Grand’Anse, du Sud et des Nippes affectés par le séisme, sur divers modules en lien avec les compétences de vie, entre autres.

C’est dans une ambiance bon enfant que se sont tenues les trois séances de formation départementales, avec souvent la présence de l’artiste Jean Jean Roosevelt, ambassadeur de bonne volonté national de l’UNICEF. La formation a porté sur le fonctionnement de l’outil U-Report, l’engagement des jeunes, la violence basée sur le genre, la prévention de l’exploitation et abus sexuels (PSEA), le VIH et la santé des adolescents et la santé mentale, la mitigation des risques de maladies hydriques et la communication sur la vaccination COVID-19. Le but principal de la formation était de permettre aux jeunes de répondre aux types d’urgence similaires au tremblement de terre du 14 août 2021.

Prêcher par l’exemple

Quelques U-Reporters de Pestel sont venus partager leurs expériences. « Notre club a été le dernier à être créé en juin 2021 mais cela ne nous a pas empêché de poser des actes très positifs lors du séisme. Vous pouvez commencer à faire la différence avec très peu. Chaque action compte et rien n’est insignifiant », a insisté Chanel Bernard, président du club de Pestel. Les jeunes filles et garçons venus des communes les plus touchées par le séisme, n’ont pas caché leur enthousiasme et leur volonté d’apprendre beaucoup plus sur les thématiques abordées.

« J’ai beaucoup aimé l’atmosphère de la formation. Les jeunes se sont sentis chez eux. Mais ce qui a retenu mon attention, c’est la séance sur PSEA, expliquant que les travailleurs humanitaires ne doivent pas profiter de la vulnérabilité des bénéficiaires pour les exploiter sexuellement, et que les victimes d’abus sexuels peuvent rapporter pour obtenir justice », a dit Louise Myriam Fortuné, 21 ans, résidant aux Cayes, Sud. C’est naturel chez Myriam d’aider les gens. « En tant que U-Reporter et secouriste, cette formation va me permettre de faire passer ma voix, mes opinions. Dès que ma communauté se trouve dans une situation difficile, je pourrais alerter pour trouver de l’aide », poursuit-elle.

Lors des ateliers, les jeunes ont exprimé leur opinion sur les thématiques abordées. « L’éducation est le seul moyen de développement que possède notre société. C’est un moyen de transmettre nos connaissances de l’un à l’autre », a expliqué Dorelus Fegarly Marc-Doris, 18 ans, venu de la commune de Plaisance du Sud, Nippes qui s’est fait remarquer par son intervention à l’atelier. « Cette catastrophe naturelle ne devrait pas bloquer l’accès à l’éducation », a-t-il ajouté.

Renforcer la capacité des U-Reporters

Entre autres objectifs de séances de formation, il fallait familiariser les jeunes à la plateforme U-Report, galvaniser les autres clubs, vulgariser l’engagement des jeunes et renforcer leurs capacités à mener une campagne de proximité. « L’un des aspects importants de la formation, c’est que nous avons plus de U-Reporters dans le Sud, donc plus de voix. Avec U-Report, nous avons la possibilité de porter des sujets beaucoup plus loin. Il va aussi nous aider à un niveau que nous ne pouvons imaginer si nous nous engageons en tant que jeunes », s’est réjoui Jordany Junior Verdieu, 27 ans, président de l’organisation Ecolo-Jeunes aux Cayes.

Mme Lila Zéphirin, responsable du Réseau des femmes dans les Nippes (REFANIP), qui a facilité la tenue de la formation a loue l’effort de l’UNICEF d’augmenter le nombre de jeunes qui s’impliquent dans les affaires de leur communauté. « Dans notre réseau, nous faisons l’effort d’impliquer les jeunes de la région dans toutes nos activités. Ils sont très engagés et je souhaiterais qu’ils puissent s’autonomiser », a-t-elle indiqué.

L’UNICEF compte former d’autres jeunes d’autres départements afin de les sensibiliser sur l’importance de l’outil U-Report, leur permettant de faire entendre leurs voix et de donner leurs opinions sur les sujets de société.

L’UNICEF remercie tous les bailleurs qui ont contribué à l’effort de réponse au tremblement du 14 août 2021 en Haiti:

AECID, Argentina Natcom, Belgium Natcom, CAF, Canada, CERF, CFC Foundation, ECHO, ECW FER, France, GPE, IDB, Japan, LDSC, Lego Foundation (Danish Natcom), Liechtenstein, Luxembourg Natcom, MSC, Peru Natcom, Polish Natcom, SIDA – Sweden, Spanish Natcom, UNOCHA, USA Natcom, USAID and UUSA.