Haiti

Haiti Mise à jour des Perspectives de la Sécurité Alimentaire : Persistance de l’insécurité alimentaire en marge de la crise socio-politique et des prix élevés des produits alimentaires de base, avril 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

MESSAGES CLÉS

  • Entre mars et avril, des précipitations au-dessus de la moyenne ont été globalement enregistrées au niveau national. Ces conditions ont favorisé les plantations et le développement des cultures de printemps, bien que limitées dans certaines zones par des facteurs comme la cherté des semences et la décapitalisation des agriculteurs due à des mauvaises compagnes antérieures successives. La situation est néanmoins différente dans le Nord, le Nord-est (notamment dans les plaines), touchés par les inondations de fin de mars, et aussi dans le Haut Plateau, en proie à un déficit hydrique.

  • Le climat sociopolitique reste instable, laquelle instabilité perturbe les moyens d’existence en particulier dans les centres urbains. Dans la capitale, une augmentation des cas d’enlèvement conduit de plus en plus à des manifestations violentes et à la fermeture sporadique d'entreprises et d'écoles, à la perturbation des flux commerciaux affectant la disponibilité physique et l'accès à la nourriture, et à l'interruption des transports en commun. Tout cela a un impact négatif sur les opportunités de revenus informels, en particulier pour les ménages pauvres des villes.

  • Bien qu’en dessous du niveau d’avril 2020 (autour de 100 gourdes), le taux de change officiel atteint 82.73 gourdes au 20 avril 2021. Les prix des produits de base importés, fortement corrélés au taux de change du marché informel qui est autour de 100 gourdes, maintiennent ainsi leur tendance élevée, comparée à la moyenne de cinq ans.

  • Les moyens d’existence sont toujours perturbés, en raison surtout du faible pouvoir d’achat et du manque d’opportunité d’emplois lié. En pleine période de soudure, les ménages très pauvres continueront donc d'adopter des stratégies de crise ou de stress pour maintenir le niveau actuel de leur consommation alimentaire. Une insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l'IPC) et de Stress (Phase 2 de l'IPC), s’observe donc dans la plupart des régions.