Haiti

Haiti Key Message Update : La rareté du dollar sur le marché des changes et l’instabilité sociopolitique risquent de compromettre l’accès alimentaire, November 2020

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Key Messages

Après des pluies très en dessous de la normale entre septembre et octobre, surtout dans la région Nord, de fortes précipitations ont été observées partout à la première décade de novembre, en marge de la dépression tropicale Eta. Mais leur distribution spatiale et temporelle reste encore irrégulière. Ainsi, hormis les zones irriguées et les montagnes semi-humides, cette irrégularité, ajoutée à la baisse des surfaces agricoles cultivées, conduit à des récoltes d’automne en dessous de la normale.

Le climat sécuritaire se détériore davantage à l’approche du sept février. Les cas d’enlèvement contre rançons, d’assassinat et des manifestations sociopolitiques se poursuivent. Cela risquerait de détériorer davantage les conditions de disponibilité et d'accès alimentaires, en perturbant l'approvisionnement des marchés.

Par ailleurs, malgré des injections importantes et régulières de dollars par la Banque Centrale sur le marché des changes (39 millions de dollars américains au 3 novembre), il devient de plus en plus difficile d’en faire l’acquisition. Le taux de change sur le marché informel va jusqu’à 85 gourdes pour un dollar alors que le taux de référence de la Banque Centrale est de l’ordre de 66 gourdes, au 23 novembre. Cela commence à inverser la tendance baissière des prix des produits importés observée depuis septembre, impactant négativement le pouvoir d’achat des plus pauvres et de ceux dépendant directement ou indirectement des transferts de l’étranger.

Les moyens d’existence sont toujours perturbés, malgré une amélioration légère de la disponibilité due à des récoltes d’automne. Les ménages pauvres et très pauvres continueront donc d'adopter des stratégies de crise ou de stress pour maintenir le niveau actuel de leur consommation alimentaire. Une insécurité alimentaire de Crise (IPC Phase 3) et de Stress (IPC Phase 2), se maintiendra donc dans la plupart des régions.