Haiti

Haïti : Tremblement de terre Rapport de Situation No. 3 Au 31 Août 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

Ce rapport a été élaboré par OCHA Haïti avec la contribution des agences, fonds et programmes des Nations Unies, des organisations non gouvernementales et des partenaires humanitaires

POINTS SAILLANTS

  • L'acheminement de l'aide vers les zones rurales les plus difficiles à atteindre reste une difficulté majeure, les contraintes d'accès empêchant le gouvernement et les acteurs humanitaires d'atteindre les personnes touchées en dehors des centres urbains.

  • Les autorités nationales prévoient de lancer une évaluation des besoins post-catastrophe (PDNA) d'une durée de 6 semaines avec le soutien du système des Nations Unies, de l'Union européenne, de la Banque mondiale et de la Banque interaméricaine de développement.

  • ONU Femmes et CARE mèneront une analyse rapide de l'impact du tremblement de terre sur les femmes avec le soutien des autorités nationales, des organisations locales de femmes et des agences des Nations Unies.

  • USAID a annoncé un financement de 32 millions de dollars pour les partenaires humanitaires qui fournissent une aide multisectorielle vitale dans les domaines de la santé, des abris d'urgence et de l'alimentation, des services WASH et de la protection dans les zones touchées par le séisme.

  • Les risques sanitaires liés à l'épidémie de COVID-19 augmentent car les mesures préventives, notamment le port de masques et la distance physique, sont compromises par les réalités du contexte opérationnel.

  • La localisation, la responsabilité envers les populations affectées (AAP) et une communication bidirectionnelle efficace avec les communautés (CAC), y compris les organisations de femmes, sont des priorités essentielles de la stratégie de réponse de la communauté humanitaire, dans le but de garantir que les capacités, les connaissances et l'expertise locales sont au cœur de ces efforts.

  • L'accès aux services de lutte contre la VBG a été considérablement réduit à la suite du tremblement de terre en raison des problèmes d'accès, de logistique et de sécurité qui affectent négativement la gestion des cas de VBG, en particulier pour les femmes et les filles.

800 000 Personnes touchées
(Source: ONU en Haïti)

650 000 personnes ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence
(Source: ONU en Haïti)

$187,3M de financement requis pour atteindre 500 000 personnes touchées par la crise
(Source: Haiti Earthquake Flash Appeal – Août 2021)

+ DE 2 200 morts, chiffre susceptible d’augmenter
(Source: DGPC)

320 personnes toujours portées disparues
(Source: DGPC)

130 000 maisons détruites ou endommagées
(Source: DGPC)

APERÇU DE LA SITUATION

Plus de deux semaines après le tremblement de terre dévastateur du 14 août, l'aide humanitaire commence à atteindre plus rapidement les personnes qui en ont le plus besoin, grâce à une meilleure coordination dirigée par le gouvernement et à de solides efforts pour négocier un accès humanitaire accru dans les zones difficiles d'accès. Les communautés touchées, qui s'efforcent de faire face à l'impact multiforme du séisme, continuent de recevoir une aide pour répondre aux besoins croissants en matière d'abris d'urgence, de nourriture, d'eau potable et d'assainissement, ainsi que de services de protection, notamment des mesures visant à prévenir l'exploitation et les abus sexuels (EAS) et des services destinés aux victimes de violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG), dans un contexte de vulnérabilité aggravée et de risques croissants pour leur bien-être physique et psychologique.

Les évaluations préliminaires rapides des dommages et des besoins (EDAB) indiquent que dans la Grand'Anse et les Nippes (respectivement 20,9 pour cent et 76 pour cent), plus de femmes que d'hommes se sont retrouvées sans endroit pour vivre après le tremblement de terre. Cela a des implications importantes sur l'exposition des femmes à la violence sexuelle et basée sur le genre, à l'EAS, aux risques sanitaires et au bien-être des enfants. La compilation d'autres chiffres désagrégés par sexe, âge et vulnérabilité reste cruciale pour mieux comprendre la crise et adapter la réponse humanitaire en conséquence.

Malgré le succès des négociations d'accès avec les groupes armés, qui ont permis le passage de 13 convois humanitaires au cours des 12 derniers jours, un accès humanitaire sûr et sécurisé devra être maintenu sur le long terme. La présence persistante de gangs armés, les ponts endommagés et les routes rendues impraticables par le séisme continuent de poser des contraintes d'accès et de sécurité importantes pour le gouvernement et les acteurs humanitaires qui tentent d'atteindre les personnes qui en ont le plus besoin. Le contexte opérationnel continue d'entraver l'acheminement de l'aide vitale aux communautés touchées, en particulier dans les zones rurales proches de l'épicentre qui ont été complètement isolées par le tremblement de terre. Avec le soutien de divers gouvernements internationaux, un appui aérien et maritime est fourni pour l'acheminement des secours dans les zones reculées et difficiles d'accès, inaccessibles par voie terrestre.

L'impact combiné du tremblement de terre et de la dépression tropicale Grace a laissé 650 000 personnes dans le besoin d'une assistance humanitaire d'urgence, dont 500 000 sont ciblées par les agences des Nations Unies et les partenaires humanitaires à travers les activités prévues dans le cadre de l'appel éclair (Flash Appeal) de 187,3 millions de dollars récemment lancé. Sur la base d'une première évaluation de l'impact, le Gouvernement estime que les dommages causés par le puissant séisme de magnitude 7,2 dépassent le milliard de dollars US. Les autorités nationales prévoient une évaluation plus détaillée des dommages, des pertes et des besoins post-séisme en collaboration avec le partenariat tripartite composé de l'ONU, de l'Union européenne et de la Banque mondiale, ainsi que de la Banque interaméricaine de développement.

Lors de la dernière mise à jour publiée le 25 août, la Direction générale de la protection civile haïtienne (DGPC) a signalé 2 207 décès, 12 268 blessés et 320 disparus. Au moins 52 953 maisons ont été complètement détruites tandis que 77 006 autres ont subi des dommages plus ou moins importants. Le problème est encore aggravé par le fait que de nombreux abris dans les zones touchées ont été détruits ou endommagés, ce qui oblige les personnes déplacées à s'abriter dans des points de rassemblement dépourvus de services d'eau, d'assainissement et de protection de base. Dans certaines zones reculées, les familles construisent des abris de fortune avec des matériaux de récupération, directement sur le sol, sans aucune sorte de fondation ou de plate-forme, ce qui les rend vulnérables à l'effondrement dû aux vents violents et à l'augmentation des précipitations, une série de risques qui ne feront qu'augmenter à l'approche du pic de la saison des ouragans.

L'évaluation des dommages subis par les maisons et les abris doit être accélérée afin de permettre aux familles qui s'abritent actuellement à l'extérieur de trouver des logements temporaires plus sûrs ou de réintégrer leur maison dans la mesure du possible, car de nombreuses familles dont les maisons sont encore debout choisissent de s'abriter ailleurs par crainte d'un effondrement soudain en raison des répliques persistantes. Les écoles sont actuellement évaluées en tant que solutions alternatives d'hébergement d'urgence pour les personnes déplacées, ce qui suscite des inquiétudes quant aux implications liées à l'éventuel retour à l'école, dont la réouverture était initialement prévue le 7 septembre.

L'insécurité accrue et la pandémie de COVID-19 ont empêché environ 4 millions d'enfants d'aller à l'école pendant des mois au cours des deux dernières années. Le séisme a endommagé plus de 300 infrastructures scolaires dans les trois zones les plus touchées, affectant environ 100 000 enfants et enseignants. Des espaces d'apprentissage temporaires sûrs sont nécessaires de toute urgence pour que les garçons et les filles affectés puissent poursuivre leur éducation et pour atténuer les risques associés à la non-scolarisation des enfants, notamment le recrutement forcé dans les gangs, la traite des enfants, l'exploitation et les abus sexuels et les grossesses précoces chez les adolescentes.

Selon l'UNICEF, plus de 119 000 personnes dans les zones touchées ont un besoin urgent d'eau potable, tandis que la reconstruction et la réhabilitation à plus long terme des infrastructures et systèmes WASH critiques, déjà faibles et sans couverture avant le séisme, restent une priorité pour prévenir les épidémies, notamment la COVID-19, et l'aggravation de la malnutrition, en particulier parmi les groupes vulnérables comme les enfants et les femmes enceintes et allaitantes.

Dans les établissements de santé, les déficits préexistants en matière de WASH n'ont fait que se creuser sous l'effet des différents impacts du tremblement de terre, puisque seulement 60 pour cent des établissements de santé dans le département du Sud avaient accès à des services d'eau de base avant le séisme, 59 pour cent dans les Nippes et 52 pour cent dans la Grand'Anse, tandis que 33 pour cent des établissements de santé dans les Nippes et 15 pour cent dans le Sud n'avaient aucun service d'eau. Dans ce contexte, les interventions WASH post-séisme dans les structures de santé seront essentielles pour prévenir les infections chez les blessés et éviter les épidémies, notamment la COVID-19. L'EDAB préliminaire a révélé que les femmes sont nettement plus représentées parmi le personnel de santé à Nippes et Grand'Anse, ce qui les rend disproportionnellement vulnérables aux infections par la COVID-19. Il faudra en tenir compte dans les campagnes de prévention et de réponse liées au COVID-19.

Alors qu'un nombre croissant de personnel d'intervention arrive sur le terrain, les risques sanitaires liés à la COVID-19 continuent d'augmenter, exigeant des acteurs humanitaires qu'ils soient proactifs dans la mise en œuvre de mesures visant à assurer la protection d'une population extrêmement vulnérable. Avec moins de 1 pour cent des 11 millions d'habitants d'Haïti vaccinés contre la COVID-19, la population reste à haut risque de transmission du COVID-19, surtout si l'on considère le manque de vaccins achetés - Haïti n'a reçu que 500 000 doses de vaccin contre le COVID-19 - et d'équipements de protection individuelle (EPI) disponibles, alors que les personnes touchées se rassemblent de plus en plus dans des espaces restreints à la recherche d'une aide alimentaire et d'un abri à la suite du tremblement de terre.

L'introduction potentielle de nouvelles variantes plus contagieuses et plus dangereuses, qui n'ont pas encore atteint l'île, est particulièrement préoccupante dans les semaines et les mois qui suivent le séisme, car le système de santé du pays n'a pas la capacité de répondre à une épidémie de COVID-19. Les hôpitaux sont débordés par l'afflux important de patients blessés et les infrastructures de santé ont subi des dommages considérables. L'intégration des considérations relatives à l'épidémie de COVID-19 dans toutes les activités de réponse est donc essentielle pour garantir que l'action humanitaire n'a pas de conséquences négatives involontaires sur les personnes qu'elle cherche à aider.

Un accent accru sur la localisation dans les efforts de réponse va de pair avec l'intégration de la responsabilité envers les populations affectées (AAP) et une communication bidirectionnelle efficace avec les communautés (CAC), y compris les organisations de femmes, dans tous les efforts de réponse et de relèvement rapide. Cela implique un engagement significatif de la communauté et l'instauration d'un climat de confiance par le biais d'un dialogue transparent et continu avec les communautés touchées, y compris les femmes, les jeunes, les chefs religieux et autres leaders divers. Des évaluations participatives et inclusives et des espaces de dialogue doivent être mis en place sous la direction d'organisations locales, notamment de groupes dirigés par des femmes et des jeunes, afin de permettre la participation des communautés à la conception des programmes, de fournir des informations sur les services disponibles et sur la manière d'y accéder, et de communiquer de manière transparente les limites de l'aide humanitaire. Il est tout aussi important de mettre en place, à l'échelle du système, des mécanismes collectifs de retour d'informations de la part des communautés et des mécanismes de plainte tenant compte de la dimension de genre, qui fonctionnent selon des procédures opérationnelles harmonisées et normalisées, afin d'éviter les efforts dispersés et déconnectés qui sont moins efficaces et qui, par conséquent, mettent en péril la responsabilité et la protection des personnes touchées.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.