Haïti-Matthew : Couverture végétale ravagée: 12,079 km2 de bassins versants affectés, soit 43.6% du territoire

Report
from AlterPresse
Published on 16 Oct 2016 View Original

Face aux conséquences du cyclone Matthew, sur la production agricole nationale, les bassins versants et les réserves de biosphère, le Ministère de l’environnement préconise la création d’activités urgentes, génératrices d’emplois, dans une optique de durabilité, à l’intérieur d’un plan structurant, devant intégrer le plan global du gouvernement.

P-au-P, 16 oct. 2016 [Alter Presse] --- Une grande partie de la couverture végétale a été touchée dans les départements du Sud, de la Grande Anse et des Nippes (Sud-Ouest d’Haïti), lors du passage de l’ouragan Matthew, les lundi 3 et mardi 4 octobre 2016.

Sur un total de 30 bassins versants, 17 - représentant, à eux seuls, 12,079 kilomètres carrés, soit 43.6% du territoire national - sont affectés par l’ouragan, indique un document du Ministère de l’environnement (Mde) intitulé « évaluation préliminaire post-Matthew », transmis à AlterPresse en date du jeudi 13 octobre 2016.

87 mille 422 hectares des aires marines protégées et 47 mille 136 hectares des terres protégées sont également frappés dans le département du Sud.

Les massifs la Hotte et la Selle, deux réserves de biosphère, reconnues comme patrimoines mondiaux par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), sont dans une situation de détérioration.

Des espèces fruitières et forestières sont littéralement détruites par Matthew.

Le Ministère de l’environnement a enregistré la disparition et le tarissement des sources au niveau des départements du Sud, de la Grande Anse et des Nippes.

Des pertes de terres agricoles, la disparition des plages et la diminution des superficies de plages sont aussi recensées par le Mde.

Le passage de l’ouragan sur Haïti va entraîner la perturbation des services éco-systémiques, en rapport à la disponibilité de l’eau, la salinisation des terres, après la remontée de l’eau de mer dans les parties basses, la rareté des bois provoquant les difficultés d’alimentation des ménages en énergie, la diminution des activités de pêche et la disparition des espèces pélagiques.

Pour remédier à cette situation, le Ministère de l’environnement recommande la création d’activités urgentes, dans une optique de durabilité, en vue de générer des emplois et de procéder à l’élaboration d’un plan structurant, qui doit intégrer le plan global du gouvernement.

Parmi les recommandations, figurent aussi la mobilisation des fonds auprès des bailleurs, pour renforcer l’effort national, la confrontation des données de terrain avec celles fournies par les imageries satellitaires du Centre national de l’information géo-spatiale (Cnigs).

Le Ministère haïtien de l’environnement tient à préciser qu’il ne peut pas, pour le présent moment, donner des chiffres avec précision.

Pour y parvenir, plusieurs équipes du Mde sont déployées sur le terrain, tandis que des concertations se font avec des institutions nationales, dans la perspective d’obtenir des données pertinentes. [jd emb rc apr 16/10/2016 12:40]