Haiti

Haïti Key Message Update : La baisse du pouvoir d’achat continue d’aggraver l’insécurité alimentaire en Haïti dans le contexte de COVID-19, mai 2020

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Messages clés

  • A la date du 26 mai, Haïti a enregistré 1174 cas de COVID-19 (MSPP, 2020). Cette rapide expansion pendant les deux dernières décades de mai a porté le gouvernement à prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’en juillet. Tout porte à croire que les mesures restrictives, qui ont déjà impacté négativement les marchés, les prix, les sources de revenu, seront renforcées.

  • La situation sociopolitique demeure toujours imprévisible, en témoigne la manifestation anti-gouvernementale du 18 mai. En outre, une inflation modérée se maintient, notamment en ce qui concerne les produits alimentaires. Leurs prix sont significativement élevés, en comparaison aux cinq dernières années, ce qui continue d’affecter négativement l’accès alimentaire des ménages les plus pauvres.

  • Par ailleurs, des pluies inférieures à la normale et irrégulières continuent d’être observées sur l’ensemble du pays, sauf dans quelques communes (Tiburon sur la côte Sud, Bainet dans le Sud-est, etc.). Le labourage et les semis se poursuivent dans le Sud-Est (hormis Belle-Anse), ont repris sur la côte Sud (particulièrement à Tiburon) et sont encore retardées dans les autres régions (Nord-est, Plateau Central, Nippes, Nord-Ouest, Haut-Artibonite). Les principales cultures de la saison de printemps (maïs et haricot) continuent de souffrir du déficit hydrique constaté depuis fin mars et sont peu prometteuses.

  • Les baisses de revenus dues aux mesures contre le COVID-19 viennent s’ajouter au contexte de prix élevés qui limitent l’accès alimentaire des ménages très pauvres. Ces derniers devront renforcer leurs stratégies de crise pour maintenir le niveau actuel de leur consommation alimentaire. Une augmentation de ménages en insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) est attendue jusqu’en juin. Les récoltes en juin/juillet, en raison de la baisse de production anticipée, de l’inflation persistante et des effets de COVID-19, n’amélioreront pas la disponibilité et l’accessibilité alimentaires de ces ménages. Ainsi, une insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) et de Stress (Phase 2 de l’IPC), pour la plupart, se maintiendra.