Haiti

Haïti : Déplacements dus à la violence des gangs à Port-au-Prince - Rapport de situation No. 3 - 22 juin 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

Ce rapport est produit par OCHA Haïti en collaboration avec des partenaires humanitaires. Il couvre la situation pour la période allant du 14 au 22 juin. Le prochain rapport sera publié autour du 29 juin.

POINTS SAILLANTS

• De nouvelles escalades de violence dans les quartiers de Bas-Delmas, Martissant et CitéSoleil génèrent une panique généralisée et de nouveaux déplacements de population.

• L'accès humanitaire reste un sérieux défi et l'assistance continue d'être retardée malgré les efforts des partenaires pour atteindre la population affectée.

• Le Camp Lapiste, où des centaines de personnes handicapées avaient trouvé refuge après le tremblement de terre de 2010, a été incendié par des hommes armés le 17 juin. Des dizaines de personnes handicapées ont trouvé refuge dans l'église Saint Yves.

• L'escalade de la violence et les barrages routiers continuent de paralyser l'activité économique dans tout le pays. En raison de la situation, l'activité de transport a été considérablement réduite, créant des goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement, ce qui a entraîné des pénuries critiques d'essence et de diesel et une augmentation des prix des denrées alimentaires de base

APERÇU DE LA SITUATION

Environ un tiers du territoire de Port-au-Prince est touché par les activités criminelles et la violence propagées par quelque 95 gangs armés. Depuis le 1er juin, une recrudescence significative des affrontements meurtriers entre ces gangs rivaux dans la zone métropolitaine, déclenchée par une reconfiguration des alliances entre gangs et des conflits territoriaux en cours, continue d'alimenter l'insécurité généralisée et les déplacements, avec des conséquences dévastatrices pour la population civile. La situation s'est aggravée au cours des cinq derniers jours et continuera probablement à se détériorer dans les semaines à venir, car on s'attend à ce que les gangs se défendent pour reprendre le contrôle du territoire, ce qui pourrait déclencher de nouveaux mouvements de population.

Entre le 17 et le 19 juin, les zones de Bas-Delmas, St. Martin et Bel'Air ont été particulièrement touchées par l'escalade de la violence. Bas-Delmas, en particulier Delmas 2, 4, 6 et 8, est un quartier défavorisé très densément peuplé. De violents affrontements entre bandes rivales et groupes armés ont isolé la population ces derniers jours, la plongeant dans une situation d'insécurité et de précarité totale.

Le 17 juin, un policier a été tué par un gang à Bas-Delmas, provoquant une contre-attaque de la police à l'aide de gaz lacrymogènes contre la population civile qui avait auparavant trouvé refuge sur le parking de la BNC. La population a été contrainte de se réfugier dans les quartiers voisins afin d'échapper aux tirs d'armes automatiques et aux flammes des maisons en feu. Le lendemain, le 18 juin, un inspecteur de police a été abattu dans la commune de Pétion-Ville.

Le 17 juin également, des individus armés ont mis le feu au Camp Lapiste qui accueillait de nombreuses personnes handicapées qui y avaient trouvé refuge à la suite du tremblement de terre de 2010. L'Organisation des Cœurs pour le Changement des Enfants Appauvris d'Haïti (OCCED'H), une organisation non gouvernementale (ONG) locale de BasDelmas, a pris le risque de pénétrer dans la zone de conflit pour sauver des dizaines de personnes vivant avec un handicap, notamment des personnes souffrant de troubles de la mobilité, de l'audition et de la vision. Pendant l'opération de police, des familles ont été séparées et des mères cherchaient désespérément leurs enfants. Les affrontements se poursuivent également dans d'autres quartiers, rendant la situation extrêmement volatile.

Le contrôle territorial des gangs avait déjà conduit à la désertion du quartier commercial du centre-ville de Port-au-Prince. Les gangs renforcent leur contrôle sur une zone critique couvrant des centaines d'hectares d'une zone industrielle, avec des entrepôts et des usines qui sont au cœur de la vie économique d'Haïti, notamment le long de la route menant à l'aéroport international Toussaint Louverture, où se trouve une forte concentration de concessionnaires automobiles, de succursales de banques commerciales et de commerces. Des groupes armés ont attaqué des entreprises, volant de la nourriture et d'autres fournitures, tandis que les entrepôts continuent d'être la cible des pilleurs. Selon les premières estimations, les pertes des entrepôts alimentaires pillés s'élèvent à plusieurs millions de dollars en biens et équipements.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.