Haïti Bulletin humanitaire - Numéro 66 | Septembre - Octobre 2017

Points Saillants

• Commémoration du premier anniversaire de l’ ouragan Matthew . Malgré la réponse en cours, des besoins humanitaires persistent.

• Saison cyclonique : Les ouragans Irma et Maria ont fait 5 mort en Haïti en septembre.

• La communauté humanitaire a procédé à une révision du budget du Plan de Réponse Humanitaire 2017 avec une baisse de 34%.

CHIFFRES CLES

Nombre de déplacés dans 27 camps du séisme de 2010 (Sep. 2017) Source : DTM 37,667

Cas suspects cumulatifs de cholera : (Jan.-Sept. 2017) Source: MSPP/DELR 10 814

Nombre de décès dus au choléra Source : MSPP 107

Population en insécurité alimentaire aigue modérée (IPC Phase 2) : 3M

Population en Phase de crise (IPC 3&4) 1.32 M

Nombre d’enfants souffrant de malnutrition Source : UNICEF 143 110

Nombre de retournés de la Rep. Dom. : 17 sept. 2017 (Interviewés) Source : OIM 229,885

FINANCEMENTS

291.5 millions Requis (US$)

23.8% financés à ce jour

Un an après l’ouragan Matthew, des besoins humanitaires persistent

Les autorités départementales du Sud et de la Grand’Anse ont commémoré du 3 au 13 octobre 2017 le premier anniversaire de l’ouragan Matthew, de catégorie 4 qui a violemment frappé le pays le 4 octobre 2016. Les délégués départementaux du Sud et de la Grand’Anse, région plus affectée par l’ouragan, ont remercié les acteurs humanitaires qui ont intervenu au lendemain du sinistre. Ils ont par ailleurs indiqué que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour propulser le processus de relèvement des communautés affectées.

Pour venir en appui aux 1.4 millions de personnes dans le besoin d’assistance suite à l’ouragan Matthew, la communauté humanitaire en Haïti a apporté un appui à différentes phases. Les acteurs humanitaires ont fourni une assistance d’urgence pour répondre aux besoins de base des populations affectées par le passage de l’ouragan, en accord aux principes humanitaires de base. Ensuite, ils ont coordonné les actions de relèvement précoce tout en mettant en œuvre le processus de transition vers le développement communautaire. Cependant, dans les différents secteurs, des défis importants restent à relever pour rétablir la résilience des populations déjà vulnérables à cause des effets de différents phénomènes et leurs expositions fréquentes à des aléas climatiques et sismiques.

Réalisations et défis

Pour voler au secours des personnes dans le besoin d’assistance humanitaire dans les six départements plus affectés, environ un million de personnes ont reçu des kits de biens non alimentaires d’urgence. Les acteurs humanitaires ont activé des points de chloration et distribué des produits de traitement d’eau à domicile ainsi que des kits pour le stockage sûr de l’eau potable afin de prévenir le choléra et d’autres maladies d’origine hydrique. Des services d’eau potable et d’assainissement ont été fournis à 139 écoles sur 352 ciblées, ainsi qu’aux établissements de santé. Dans les secteurs de la sécurité alimentaire et de la nutrition, 517 205 personnes ont bénéficié d’une assistance alimentaire alors que 44 429 femmes enceintes et allaitantes et 42 062 enfants âgés de 6 à 59 mois ont reçu des produits nutritionnels spécialisés. De plus, 10 628 enfants atteints de malnutrition aigüe sévère et 6 258 enfants atteints de malnutrition aigüe modérée ont été traités. Dans le même cadre, 32 960 enfants de 6 à 24 mois ont reçu des poudres de micronutriments afin d’améliorer la qualité nutritionnelle de leur alimentation. Pour ce qui est de la santé, 11 223 femmes en âge de procréer ont reçu une assistance santé spécifique et 251 kits de santé reproductive ont été distribués à 41 centres de santé.

Les actions durables conduites par les agences humanitaires en vue de faciliter la transition et le relèvement post désastre ont constitué à fournir des services de base dans les communautés à 1 781 ménages déplacés, ce qui a contribué à leur retour dans leurs quartiers d’origine. Des activités de réhabilitations des systèmes d’eau sont aussi en cours dans les départements affectés. De plus, 14 041 maisons dans la Grand’Anse et le Sud ont été réparées ou réhabilitées et des tôles métalliques ont été distribuées pour la réhabilitation des maisons à 6 831 ménages. Parallèlement, 87 000 enfants ont bénéficié des interventions du secteur éducation soit à travers la réhabilitation ou l’approvisionnement en équipement de leurs écoles et la fourniture de matériels d’apprentissage et d’accès à l’éducation. Dans le secteur de la santé, 16 structures de santé affectées ont été réhabilitées et des travaux de réhabilitations de salles d’urgences des hôpitaux départementaux se poursuivent dans les départements du Sud et de la Grand’Anse. Pour favoriser les activités de relèvement économiques et des moyens de subsistance, 270 170 ménages ont bénéficié d’un appui en intrants agricoles ainsi que des outils, 1 500 ménages de pêcheurs ont reçu du matériel de pêche alors que 15 022 autres personnes vulnérables ont participé à des activités de restauration agroforestières et d’activités génératrices de revenus. Parallèlement, 196 606 ménages ont été directement impliqués dans les activités d’emplois temporaires alors que 529 228 emplois d’urgence ont été créés dans les zones les plus affectées. De plus, 1 654 micro et petites entreprises ont reçu un appui pour se relever et ont bénéficié de formations en gestion et en entreprenariat pour les aider à se relancer.

Résilience menacée

En dépit des efforts fournis par la communauté humanitaire, des besoins d’une partie de la population affectée par l’ouragan Matthew ne sont pas couverts en raison d’un financement insuffisant. En effet, seulement 10 % des maisons endommagées ont été réparées et seulement environ 1% des maisons détruites ont bénéficié des programmes de reconstruction. Cette situation augmente davantage la vulnérabilité et réduit les capacités de résilience d’environ 80 000 ménages face à d’éventuels nouveaux désastres. Dans le secteur de l’éducation, seulement 46 % des 1 132 écoles affectées ont été réhabilitées ou reconstruites, ce qui risque de priver 50 000 enfants de leurs droits à l’éducation. Il y a aussi un risque d’augmentation de l’incidence des maladies infectieuses d’origine hydrique (choléra, autres diarrhées aigües) dans les zones affectées par d’éventuelles futures catastrophes si des infrastructures sanitaires ne sont pas réhabilitées.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.