Haiti

Haïti : après Matthew, la Banque mondiale apporte son soutien à la reconstruction

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Premier don issu d’une enveloppe de 100 millions de dollars destinée à la reconstruction à long terme

WASHINGTON, 8 juin 2017 — Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un don d’un montant de 20 millions de dollars destiné à la remise en état des routes et des ponts dans le sud d’Haïti et au renforcement des capacités d’intervention de la protection civile en cas de catastrophe. Il s’agit de la première opération approuvée au titre de l’enveloppe de 100 millions de dollars mobilisée par le Mécanisme de riposte aux crises* de l’Association internationale de développement (IDA) afin de soutenir le processus de reconstruction après le passage dévastateur de l’ouragan Matthew. Ce financement vient s’ajouter aux 49,5 millions de dollars réorientés d’urgence en octobre 2016 en utilisant les ressources de l’IDA déjà allouées à Haïti.

Plus de deux millions d’Haïtiens ont subi les effets de l’ouragan qui a frappé le pays le 4 octobre 2016. Les besoins de reconstruction ont été évalués à 2,2 milliards de dollars, soit 25 % du PIB.

« Ce financement de la Banque mondiale intervient à un moment important pour la population haïtienne qui se relève lentement de l’ouragan Matthew. Alors que nos ressources nationales sont limitées, il permettra de renforcer l’impact des mesures que nous avons engagées pour atténuer les conséquences de l’ouragan », a commenté le ministre haïtien de l’Économie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon.

L’ouragan a frappé de plein fouet l’économie haïtienne. Le déficit budgétaire devrait se creuser considérablement cette année, et la croissance tomber à 1 %. Le pays, qui a été victime de catastrophes naturelles presque chaque année depuis 1971, a perdu en moyenne 2 % de son PIB par an en raison de phénomènes hydrométéorologiques violents.

« Sept mois après la tempête, il y a des signes de progrès, mais ce n’est que le début d’un long processus de redressement, souligne Mary Barton Dock, envoyée spéciale de la Banque mondiale à Haïti. Ce financement apporté par le Mécanisme de riposte aux crises de l’IDA contribuera non seulement à la reconstruction d’infrastructures indispensables et à la relance de l’économie, mais aussi au renforcement durable de la résilience du pays face aux chocs climatiques. »

Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a prévu d’examiner l’affectation du reste de l’enveloppe (80 millions de dollars) dans les prochaines semaines.

Voici un aperçu des premiers résultats obtenus dans le cadre des interventions d’urgence :

Agriculture

  • À Dory et à D’Avezac, deux systèmes d’irrigation ont été nettoyés et sont en cours de remise en état dans le cadre d’une initiative de type « travail contre rémunération ».

  • Un programme de bons a financé des services de labour et la distribution de 100 tonnes de semences et d’engrais, permettant à environ 3 000 agriculteurs de semer à temps pour la récolte hivernale.

  • Quelque 8 000 agriculteurs reçoivent actuellement des intrants et des services pour la campagne du printemps.

  • La campagne hivernale de haricots s’est achevée et, pour la récolte du printemps, environ 5 000 hectares ont été plantés de cultures vivrières diverses à Les Anglais, Dubreuil, Chantal, D’Avezac et Dory.

Gestion des risques de catastrophe

  • Une évaluation rapide des dégâts et des pertes a été menée par le ministère de l’Économie et des Finances 20 jours après l’ouragan, avec l’appui de la Banque mondiale, de la Banque interaméricaine de développement et d’un certain nombre d’agences des Nations Unies. Une évaluation des besoins post-catastrophe a également été entreprise par le ministère du Plan, trois mois après l’ouragan.

  • Toutes les 140 équipes municipales de protection civile ont reçu un appui pour renforcer leur préparation au niveau local.

  • Le système de communication d’urgence a été rétabli dans quatre départements grâce à un projet pilote de communication radio d’urgence.

Éducation

  • Remise en état en cours de 45 toitures et terrains d'établissements scolaires.

  • Construction de 11 hangars semi-permanents pour permettre aux écoles de rouvrir et d’accroître leurs capacités à court terme.

  • Distribution de 16 000 trousses scolaires, 900 kits d’enseignants et 151 kits d'établissements scolaires.

  • Distribution de plus de 4 000 unités de mobilier scolaire aux écoles touchées par l’ouragan, y compris des bancs, des bureaux, des tableaux, etc.

  • Quelque 22 000 élèves répartis dans 90 écoles reçoivent un goûter et un repas chaud par jour dans les départements de Grand’Anse, du Sud et de Nippes, ainsi que des kits d’assainissement et de traitement de l’eau, du savon, des médicaments pour le déparasitage et de la vitamine A.

Énergie

  • Environ 200 écoles du sud du pays sont alimentées en électricité solaire.

Santé

  • Depuis fin octobre 2016, l’intensification de la surveillance épidémiologique, la généralisation des opérations de riposte rapide, les interventions dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, et diverses activités de traitement du choléra ont entraîné une baisse du nombre de nouveaux cas de choléra et de décès dus au choléra.

  • Des fournitures médicales ont été distribuées à 90 établissements de santé ; des campagnes de vaccination de routine et des programmes de chaîne du froid pour la distribution de vaccins ont été rétablis dans les départements touchés par l'ouragan.

  • Mise en place de 30 dispensaires itinérants et réhabilitation de 50 dispensaires.

Transport

  • Installation d’un pont temporaire à Ladigue pour assurer aux 1,4 million de personnes vivant dans les trois départements du sud un accès en toutes saisons au reste du pays.

  • Des travaux de transport à forte intensité de main-d'œuvre procurent environ 300 000 jours de travail aux habitants des départements du Sud et de Grand’Anse, et permettent de rétablir les liens dans ces départements.

Eau et assainissement

  • Remise en état en cours de 63 petits systèmes d’adduction d’eau dans les départements du Sud, de Grand’Anse et de Nippes.

*Le Mécanisme de riposte aux crises de l’IDA a été mis en place pour aider les pays à faible revenu à se relever après la survenue d’une grave crise ou catastrophe.

Pour en savoir plus sur les activités de la Banque mondiale en Amérique latine et dans les Caraïbes : www.worldbank.org/lac

Rejoignez-nous sur Facebook : http://www.facebook.com/worldbank

Suivez notre actualité :

Sur Twitter: @WBCaribbean

Sur YouTube : http://www.youtube.com/worldbank

CONTACTS MÉDIAS

À Washington, D.C.
Christelle Chapoy
Téléphone : (202) 361 4255
cchapoy@worldbank.org