Haiti

Haïti : Sécurité alimentaire - Flash Info no. 19 - Novembre 2006

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments


Résumé et implications

A fin novembre, la saison cyclonique se termine avec des pluies bénéfiques dans la majeure partie du pays. Les principales cultures de la saison, le sorgho et le pois congo en ont grandement bénéficié. Selon les statistiques de la FAO, le sorgho représenterait environ 25% de la production céréalière nationale, alors le pois congo compterait pour 40% des deux légumineuses (haricot et pois congo) les plus cultivées en Haïti. Les pluies de novembre ont également facilité la mise en place du haricot de la 3e saison des zones de montagne et de celui de la grande saison au niveau des plaines sèches ou irriguées. Au cours de la troisième décade de septembre 2006, de fortes pluies ont provoqué de graves inondations dans les plaines basses dans les départements du Nord-Ouest et de la Grande Anse. Ces inondations ont occasionné le décès de 7 personnes et des destructions de cultures et d'infrastructures. Les bananiers ont été les plus affectés, mais d'autres cultures telles que le maïs et le haricot n'ont pas été épargnées. Comme elles sont surtout exploitées par les agriculteurs les plus aisés, l'effet direct sur l'économie des plus vulnérables ne devrait pas être très fort. Cependant, du fait qu'ils dépendent pour leur travail des revenus des plus riches, les pauvres seront aussi très affectés. Une assistance immédiate doit être prévue particulièrement en semences de maïs et de haricot pour les plus démunis et en plants de bananiers et en crédit agricole pour les moyens et les plus favorisés. En dépit de la baisse graduelle du prix du carburant, les prix de certains produits alimentaires, surtout importés, gardent encore une certaine stabilité. Dans certaines régions reculées, ils montrent cependant, une légère tendance à la hausse car certains marchands ont eu peur d'aller s'approvisionner régulièrement à Port-au-Prince à cause de l'insécurité. Les actes grandissants d'insécurité civile, notamment les kidnappings, ont un impact direct ou indirect (par le frein à l'investissement et à la réduction de la pauvreté) sur la situation de la sécurité alimentaire en Haïti.

Calendrier saisonnier et des faits marquants

La saison cyclonique prend fin avec le mois de novembre. Les risques de cyclones et de tempêtes tropicales sont par conséquent plus réduits. Avec le mois de novembre commence aussi la saison sèche, à l'exception des régions du Nord et du Nord-Ouest dont les pluies apportées par le Nordé marquent le début de la plus grande saison de cultures, particulièrement au niveau des grandes plaines sèches de la partie occidentale de la péninsule du Nord-Ouest. Cette saison hivernale pluvieuse qui dure jusqu'en février a l'habitude d'arroser également la Grande Anse durant les mois de novembre et de décembre.




Résumé des risques et désastres subits et bilan de la saison cyclonique



Les précipitations qui ont eu lieu autour du 22 novembre 2006 ont occasionné de graves inondations dans les départements du Nord-Ouest, des Nippes et de la Grande Anse. Dans le Nord-Ouest, les régions de Bord de mer de Jean Rabel (Jean-Rabel), Baie de Henne, Lavaltière (Môle Saint Nicolas), Vital, Andreau (Chansolme) et Paulin-Lacorne (Vallée des Trois Rivières) en ont été durement atteintes. Ces inondations ont fait au moins 7 morts et un nombre indéterminé de blessés et de disparus au niveau des départements sinistrés. Elles ont aussi résulté en d'énormes pertes de bétail, de destruction ou d'endommagement de nombreuses maisons, d'infrastructures d'irrigation et routières ainsi que de la perte de nombreux champs en cultures. Parmi les champs dévastés, les bananeraies ont été les plus affectées. D'après le rapport de la FAO sur l'évaluation rapide des dégâts agricoles dans le Nord-Ouest et de la Grande Anse, environ 1350 hectares de banane (soit 6.75% de la superficie cultivée en banane dans le pays), 200 hectares de maïs associé au haricot et 50 hectares de cultures maraîchères ont été affectés au niveau des zones ci-dessus mentionnées. Selon le Responsable du Conseil d'Administration de la Section communale de Lavaltière, dépendant de la section communale de Mare Rouge, les dégâts provoqués par les eaux en furie au niveau de la production agricole et du bétail s'élèveraient à USD 92,000. Dans la Grande Anse, la nature des dégâts causés n'est pas différente de ceux enregistrés dans le Nord-Ouest. Les communes les plus touchées par les inondations sont Abricot, Bonbon et Jérémie. Selon une rapport d'évaluation des pertes agricoles effectuée par le Département Agricole de la Grande Anse, après le passage du front froid, les pertes occasionnées au niveau des plantations agricoles et caféières, du cheptel et des matériels de pêche ont été estimées à USD 3,500,000.

Fin novembre constitue un bon moment pour dresser le bilan de la saison cyclonique. De septembre à novembre 2006, la saison cyclonique a apporté beaucoup de pluies, relativement bien réparties pendant la période. Globalement, elle n'aura pas été très aussi active et dévastatrice que les prévisions de fin mai dernier l'avaient laissé anticiper. Les pluies qu'elle a apportées ont plutôt été bénéfiques dans la majorité des zones agro écologiques du pays. La saison cyclonique a permis la reprise de la saison de printemps perturbé à cause du déficit hydrique, particulièrement durant les six premiers mois de l'année. De bonnes récoltes de maïs ont été enregistrées dans le sud et dans le plateau central. La régularité et l'importance des pluies à la fin de la saison ont eu pour effet une bonne préparation de la saison d'automne et de celle de l'hiver. Les bonnes récoltes attendues de sorgho et de pois congo résultent des pluies favorables de septembre à novembre. Cependant, dans certaines régions montagneuses, l'abondance de pluies a eu des effets négatifs sur le haricot. Localement, il y a aussi eu de graves catastrophes dont les plus importantes ont été les suivantes : 1) la tempête tropicale Ernesto enregistrés dans la nuit du 26 au 27 août surtout au niveau de la péninsule du Sud ; 2) les violentes inondations survenues dans la nuit du 23 au 24 septembre à Verettes et à Saint Marc dans le bas Artibonite ; 3) les inondations du 25 octobre à Bassin-Bleu, dans le Nord-Ouest et à Gros Morne, dans le Haut Artibonite ; et 4) les inondations du 22 novembre dans le Nord-ouest, les Nippes et dans la Grande Anse.