Haiti

Haïti : Rapport mensuel - août 2008

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Résumé

- Haïti est particulièrement touché par les cyclones cette année, fragilisant encore plus une population déjà en situation d'insécurité alimentaire et qui a des difficultés à obtenir une eau saine.

- Les activités de monitoring des centres de détention et de rétention ont révélé 20 cas de mauvais traitements (15 impliquant des agents de la PNH et 5 des autorités administratives)

- La poursuite des sessions d'assises à travers le pays est à saluer malgré certains dysfonctionnements constatés et un impact hélas négligeable sur la détention préventive prolongée dans les prisons du pays.

- Le parlement a approuvé la déclaration de politique générale du premier ministre, permettant à celui-ci de se mettre au travail et mettant fin à plus de quatre mois de paralysie institutionnelle.

II. Développements en matière politique, sociale et sécuritaire.

1. Les spéculations les plus diverses ont animé la vie politique de ce mois d'août, qui s'est terminé par un vote du parlement sur la politique générale du nouveau gouvernement, politique approuvée à une large majorité le 29 août. Le sénat réservait encore sa réponse à la fin de ce mois, exigeant du président qu'il retire le décret par lequel il avait nommé le nouveau gouvernement avant le vote sur la politique générale, revenant sur une pratique qui semblait s'imposer(1).

2. Ce mois d'août a en effet connu de nouveaux incidents entre représentants de la police et de la justice. Un conflit d'ordre privé ayant opposé le commissaire du gouvernement de Port au Prince et le Commissaire Frantz Georges, en charge du commissariat de Pétion-ville a connu des développements inconsidérés : l'inspecteur s'est retrouvé poursuivi pour association de malfaiteurs et tentative d'assassinat, tandis que le commissaire du gouvernement devait comparaitre devant le tribunal correctionnel de Saint-Marc pour coups et blessures. Le tribunal de paix de Pétionville a de son coté décidé de ne plus recevoir les suspects transférés du commissariat de Pétionville, et ce pendant prés de deux semaines, pénalisant une fois encore des individus totalement étranger à ces querelles. Cette dernière polémique semble avoir contraint le commissaire du gouvernement de PAP à remettre sa démission le 12 août.

3. Ces querelles sont d'autant plus dommageables qu'elles se développent au cours d'une période où la mobilisation de tous les acteurs de la chaine pénale est cruciale. La découverte du corps d'un enfant de 12 ans, retrouvé mort quatre jours après son enlèvement, souligne une fois encore l'incapacité des autorités d'enrayer une pratique qui choque la société dans son ensemble. Les informations faisant état de l'implication d'agents de l'Etat dans certains dossiers jettent d'autant plus le trouble.

4. Les défis qui attendent ce nouveau gouvernement sont énormes. Les causes qui ont engendré les manifestations du mois d'avril dernier demeurent : alors que ce mois d'août se termine, les appels aux manifestations se multiplient, notamment aux Cayes. Les inquiétudes commencent à s'exprimer sur la possibilité de maintenir la rentrée scolaire au 4 septembre dans un contexte économique aussi difficile.

5. L'annonce faite par la Coordination nationale de la sécurité alimentaire au cours de ce mois, estimant le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire vivant en Haïti à 2.3 millions, vient rappeler la gravité du problème, chiffres que la saison cyclonique pourrait venir alourdir encore.

6. Ce rapport est d'autant plus alarmant qu'Haïti a été durement frappé par les cyclones Faye et Gustave, qui auraient fait quelques 85 morts à eux deux, laissant démunies plus de 3500 familles. Les cyclones annoncés pour les jours prochains ont de quoi inquiéter.

Note:

(1) Le 3 septembre, le président Préval a accepté d'attendre le vote du sénat avant de procéder à la nomination officielle des nouveaux membres du gouvernement. Le lendemain, après deux votes, le sénat a approuvé à la majorité requise la politique générale du gouvernement.