Haiti

Haïti : Rapport hebdomadaire du 1 au 7 novembre 2008

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
CONTEXTE

Le 9 novembre à Anse-à-Veau (Nippes), a eu lieu l'élévation de l'Église Saint Jean-Baptiste au rang de cathédrale. Certains individus ont profité pour manifester demandant le retour du diocèse au siège (Miragôane). Cette fausse prétention pourrait générer des désordres comme déjà arrivé en juillet à cet égard.

Une pénurie de gazoline dans le département Sud a développé le mecontent parmi les propriétaires des véhicules et des taxis. Le gallon de gazoline a connu une hausse de 95 Gourdes le gallon pendant la semaine passé et par conséquence a provoqué une augmentation des prix du transport public et taxis moto. De plus les propriétaires des véhicules se plaignent de la mauvaise qualité de la gazoline vendue par les marchands ambulants car mélangés avec d'autres liquides, causant des dommages techniques.

Urgence et Réponse aux Désastres

Dans le Centre, le 31 octobre, l'ONG Action Aid International a présenté au Comité Départemental de Gestion des Risques et Désastres (CDGRD) un projet d'urgence: «Projet d'appui aux victimes des ouragans Gustav, Hanna et Ike dans les départements du Centre, Sud 'Est et Grand' Anse» Le projet avec une durée de 6 mois (novembre 2008-avril 2009) et un budget total de USD 798,735, a pour objectifs: créer 500 emplois, apporter un appui psychosocial à 6000 familles sinistrées, distribuer des outils de travail pour agriculteurs et pêcheurs, réhabiliter 15 écoles endommagées par les ouragans et distribuer 1200 bourses d'étude et 1200 kits scolaires. Compte tenu du montant, les membres du comité souhaitent que le choix de l'organisme d'exécution soit fait par appel d'offre avec une répartition claire du budget par département.

Dans la Grand Anse, pendant la nuit du 29 au 30 octobre de fortes averses se sont abattues, affectant les communes de Jérémie, Dame-Marie, Moron, Chambellan, Anse- d'Hainault et Corail (spécialement 5ème section Mouline). Des dégâts considérables ont été enregistrés au niveau des infrastructures. Le 80%. du tronçon de route Jérémie - Irois a été endommagé. La route conduisant à Mouline est impraticable. Des glissements de terrain ont été enregistrés à Marfranc, à Moron et à Mouline. Le système d'eau potable de Dame Marie est endommagé et pollué. La localité de Ravine est dans de conditions précaires. Le bilan provisoire est de 5 morts et 1 disparu dans la commune de Dame Marie, 1378 maisons détruites, 691 endommagées. Un montant de 75,000 Gourdes offert par la Protection Civile a été refusé par le maire de Dame Marie, tandis que 125,000 gourdes ont été débloquées à Corail pour la prise en charge des sinistrés. Les ONG (CARITAS, CARE et MDM) n'ont pas été sollicitées. Cependant, le maire de Dame Marie affirme n'avoir reçu aucun type de support de la part des autres entités étatiques et des instances internationales. Actuellement la Direction Départementale de l'Agriculture (DDA) et la FAO sont en train de procéder à une évaluation des dégâts.

À Port-au-Prince, suite à l'effondrement de l'Ecole la Promesse de Nerette (Petion-Ville) vendredi dernier, des équipes internationales de recherche et de secours ont été déployées afin de supporter les pompiers haïtiens. Ils ont travaillé sans repos pour aider et sauver les victimes. Le nombre exact d'élèves présents dans l'école au moment de l'accident est toujours inconnu. Le gouvernement l'a estimé à environ 250-260 enfants car probablement certains élèves avaient réussi à s'enfuir avant l'effondrement. Le bilan officiel de la protection civile est de 99 morts et 150 blessés hospitalisés.

Le propriétaire du bâtiment est actuellement interrogé par les autorités locales. Le gouvernement a déclaré qu'il prendra en charge une partie des frais médicaux des victimes ainsi que ceux des funérailles. Des inspections dans les écoles ont commencé afin de vérifier leur conformité aux normes haïtiennes de construction. Un nombre encore imprécis d'écoles se sont révélées hors normes.

Grâce au soutien de l'UNICEF, un appui psychosocial fut apporté aux familles des victimes au niveau des hôpitaux de l'aire métropolitaine qui prirent en charge les blessés. Les psychologues et travailleurs sociaux procédèrent également à l'identification de parents d'enfants non accompagnés et à la cueillette de données sur les enfants victimes, afin de poursuivre, au besoin, le support psychosocial à domicile.

Gestion de Risques et Désastres

Une réunion du CDGRD Sud a eu lieu le 4 novembre. Les services publics de la santé, affaires sociales, agriculture, infrastructure et tourisme étaient présent avec les ONG : Terre-des-Hommes (TdH), CARITAS, CRS, CRH ainsi que la FAO, OIM, un consultant du PNUD et HDCS MINUSTAH. Le but de la réunion était de mettre à jour les différentes interventions en cours suite aux intempéries du mois de septembre. Un débat a eu lieu sur le manque de coordination de la part des autorités de Port-au-Prince avec le système de gestion des risques et désastres départemental. En effet 5 millions de Gourdes ont été versés au Député pour des projets de relèvement immédiat en réponse aux intempéries et qui sont en cour de sélection par la Direction des Finances et de l'Economie mais sans consultation avec le CDGRD. Les ONG opérant dans la Commune de Tiburon (Sud) ont exprimé leur impossibilité d'œuvrer. La CRS a cessé l'assistance humanitaire. L'absence du maire et de l'adjoint maire et l'inefficacité de la PNH, empêche les distributions de l'aide alimentaire et la réhabilitation du système d'eau potable obligeant la population à parcourir une longue distance pour s'approvisionner en eau potable.

Dans le Nord Ouest, Action contre la Faim (ACF), afin de renforcer les Comités Communaux de Gestion des Risques et des Désastres, a préparé le chronogramme pour la réalisation des études de faisabilités d'un projet de mitigation des désastres sur trois zones d'interventions (Jean Rabel, Port de Paix, et Chansolme). Le projet est financé par l'Union Européenne dans le cadre du PGR (Programme de Gestion des Risques).

Pendant la semaine du 24 au 28 novembre, le CDGRD, dans le cadre du projet EDAB (Évaluation des Dégâts & Analyse des Besoins) organisera dans le département de l'Ouest, une séance de formation en Gestion des Risques et Désastres, pour les membres des Comités Communaux de Protection Civile (CCPC), le projet est financé par un QIP de la MINUSTAH.

Aide Alimentaire

Pendant la semaine, un bateau du PAM a livré des vivres aux régions de la côte du département Sud. Les UNPOL accompagnés des UDMO se sont rendus à Roche-à-Bateau le 1er novembre, afin de gérer les troubles causés par le déchargement du cargo. La nourriture a été prise en charge par le diocèse. Dans le cadre de la réponse aux désastres, la CARITAS continue les distributions d'aide alimentaire du PAM mais les communes d'Arniquet et Ile-à-Vache sont encore en attente d'aide.

Agriculture

Dans le Sud, la FAO et la Direction Départementale de l'Agriculture (DDA) continuent la distribution de semences, plantules et des kits d'outils. La FAO planifie de nettoyer tous les canaux d'irrigations du département Sud.

Dans le département du Nord, dans le cadre du Programme National d'Urgence, visant la relance du secteur agricole, le Ministre de l'Agriculture a lancé officiellement, le 2 novembre dernier, trois projets pour la correction des berges des ravines au niveau des communes du Limbé et Pilate. Les projets, d'une durée de 6 mois sont financés par le Trésor Publique avec un montant de 58 millions de Gourdes.

Dans Nord Ouest le Directeur Départemental de l'Agriculture a établi un programme d'urgence sur une période de 6 mois avec les axes suivants : Réhabilitation des infrastructures hydro agricoles (montant du projet 23 millions de Gourdes pour la zone de la vallée et le bas Nord Ouest), Activités à haute intensité de main d'ouvre (HIMO) - concernent le traitement de 12 ravines, avec un financement de 1.2 millions de Gourdes par projet et une intensité de main d'œuvre totale de 6080 personnes/jours, Appui à court terme à la production végétale, Appui à la production l'élevage et à la pêche (consistant dans la distribution d'animaux et des équipements nécessaire pour l'élevage), Protection de berges de rivières et ravines, Appuis en engrais chimiques. D'autres activités d'urgence sont planifiées par la DDA-NO: 1. Fouille de 4 Km de canal d'irrigation à La corne (6e section Port de Paix) - projet «Food for Work » du PAM, 2. Activités de curage de canaux d'irrigation à la plaine des moustiques 8e Section Port de Paix - projet «Food For Work» du PAM avec la DDA et ODRINO.

Eau et Assainissement

Dans la commune de Milot (Nord) OIM est en train d'exécuter un projet de captage d'eau financé par l'USAID avec un montant d'USD 43,880. La durée sera de trois mois (septembre-novembre 2008) avec une capacité d'emplois de 150 personnes.

Dans le Nord Ouest, l'ONG Action Contre la Faim (ACF) a présenté le consortium entre ACF, ID, ADMA pour la construction de 1300 latrines à Bombardoplis, Jean Rabel, Saint Louis du Nord et Anse a Foleur. Le projet est en phase d'identification des bénéficiaires et financé par la Coopération Française et UNICEF. Le démarrage et le budget sont à déterminer. Les tensions entre la maire de Chasolme et celle de port de Paix sur les travaux d'adduction d'eau potable de la ville Port de Paix ont été résolues grâce à la Commission Eau/Assainissement et a l'appui de la Table de Concertation.

Dans l'Ouest, selon le Représentant de l'ONG « RHSIPROK », l'OIM financera un projet d'adduction d'eau dans la zone de Village Rapatrié consistant dans la construction de 5 citernes pour un montant de 7 millions de Gourdes. Dans la même zone, les «Fonds bati lavi», de la Coopération Canadienne, ont lancé le 6 novembre un projet de canalisation pour le drainage de la zone.

Dans le département du Sud Est une campagne de sensibilisation sur le droit à l'eau potable a été lancé le 10 Octobre et le 5 novembre dernier a eu lieu à Bainet une conférence débat animée par SDH, Concert Action et le projet eau potable du PNUD. Une trentaine de personnes (élèves, membres de la société civile, CASEC et agents de la mairie) ont participé et ont soulevé la question de l'accès à l'eau potable dans les zones affectées par le passage de derniers cyclones.

Education

Aux Gonaïves, la rentrée scolaire pour la majorité des écoles est maintenue pour le lundi 10 novembre telle qu'annoncée par la Direction Départementale de l'Éducation de l'Artibonite. 3,500 bancs de 3 places seront mis à la disposition de la DDEA par l'UNICEF et 400 par CARE, permettant ainsi d'accommoder rapidement près de 12,000 élèves. D'autres projets sont en cours pour répondre aux besoins des enfants affectés en coordination avec la Direction départementale avec les contributions de l'UNICEF, CARE, OIM, AMURT, CEEC, FPGL et Scouts d'Haïti. Au moins 70,000 élèves aux Gonaïves et les environs bénéficieront de multiples appuis durant les jours à venir allant des kits scolaires jusqu'à l'approvisionnement en uniformes.

Plus de 40,000 élèves des départements du Sud, du Sud-est et des Nippes recevront également un appui avec le support de l'UNICEF aux Directions Départementales de l'Éducation de ces régions également affectées par les désastres.

Dans le Nord Ouest, l'école communautaire de la Baie des Moustiques sera inaugurée le 9 novembre par le Programme d'Aide aux Enfants Nécessiteux du Nord Ouest (PAENNO), les travaux de construction ont été financés par Child Care World Wide/Canada.

Infrastructures

Les 4 communes du département des Nippes (Petit-Trou, Anse-à-Veau, Arnaud et Plaisance du Sud) restent encore enclavées à cause du mauvais état des routes. Aucune évaluation du CDGRD n'a été effectuée. Le DD/TPTC reconnait l'urgence, mais n'ont pas le moyens nécessaires pour effectuer les travaux. En effet la réhabilitation des axes routiers : L'Azile-Arnaud, Morne Mardi Gras-Plaisance et L'Azile-Changeux- Plaisance ainsi que la correction de 1.5 Km de route à l'entrée de la commune de Petit-Trou sont prioritaires selon la Direction des TPTC des Nippes.

Afin de rendre accessible la commune de Belle Anse (Sud Est) et faciliter l'aide humanitaire le MTPTC est entrain de réparer le tronçon de route Jacmel-Belle Anse gravement affecté par les inondations lors du passage des cyclones. De ce fait Baie d'Orange est accessible par voie terrestre.

Nutrition

Dans le Sud Est, suite aux pertes de récoltes de la dernière saison et aux dégâts causés par les intempéries et l'absence d'institutions de santé, des cas de malnutrition se sont produits. Le 31 octobre 2008 afin de répondre aux besoins de la population victime de malnutrition une clinique de consultation a été installée par OXFAM, MSF (Médecin sans Frontière) et Terre des Hommes afin d'évaluer la situation nutritionnelle et soutenir la population avec une réponse immédiate. Environ 317 enfants ont été consultés et 100 cas de malnutrition ont été identifiés, plus précisément 55 cas de malnutrition modérés et 45 sévères dont 25 cas compliqués Les enfants affectés par malnutrition sévère dans des conditions compliqués ont été immédiatement évacués, notamment 8 enfants ont été transportés par hélicoptère vers Port au Prince grâce aux moyens logistiques du PAM et encore 13 ont été conduits aux Cayes grâce à Terre des Hommes. Encore 2 enfants en complication respiratoire ont été transférés à l'hôpital St Michel de Jacmel par MSPP et seront pris en charge avec leur famille par OPS/OMS. Des distributions alimentaires ont été effectuées: PAM/CROSE -14.6 MT à 600 familles, OXFAM, ACDI/VOCA -1.86 MT à 124 familles- et DPC, 520 kits alimentaires à 520 familles par ministères des Affaires Sociales.et 50 Kits de potabilisation par ACDI/VOCA avec le support d'UNICEF et 300 kits alimentaires en collaboration avec OIM. Dans ce contexte les camions de nourriture souvent sont l'objet des attaques. A Fond Jean Noel l la présence des SRIBAT et UNPOL a permis d'éviter le pillage d'un camion de nourriture destinée à la population de Seguin. Afin de suivre la situation aussi dans d'autres régions, le PAM, OPS/OMS et MSPP avec le support de DPC, ont déployé 4 équipes dans les sections de Marbriol, Corail Lamothe, Calumette, Pichon pour dépister des éventuels cas de malnutrition. Une enquête nutritionnelle sera conduite par SAVE, ACDI/VOCA en collaboration avec CNSA dans les communes les plus touchées par les intempéries (Jacmel, Bainet, Marigot, Cote de Fer, Cayes Jacmel). Des cas de malnutrition (nombre non disponible) ont été déjà identifiés et transféré à l'Hôpital Saint Michel de Jacmel dont la capacité d'accueil sera renforcée par OMS/OPS, MTPTC en termes de lits, médicaments, système d'eau potable.

Protection

A Miragôane environ 399 personnes, soit 100 familles, sont toujours en abris provisoires. Pour les nourrir, les autorités se disent obligées, avec l'aval du Ministre de l'Intérieur, de consentir des emprunts sur d'autres comptes de la Délégation. Aucune visite médicale a eu lieu depuis le mois de septembre (la plus part sont des enfants et des personnes âgées).La situation sanitaire se dégrade et le manque de partenaires en appui à la Direction de la santé ainsi que l'absence de coordination des activités de réponses aux urgences complique la situation. Au même temps à Dufour (Miragôane) OXFAM-GB a distribué le 31 octobre, 41 kits contenant des articles d'hygiène et de cuisine aux femmes encore en abris provisoires.

Du 4 au 6 novembre, dans le cadre du support à l'IBESR et au MAST en matière de protection des enfants affectes par les urgences, la section Protection de l'UNICEF, l'IBESR et le MAST (niveau central) ont conjointement réalisé aux Gonaïves une mission de planification de la réponse protection de l'IBERS/MAST aux Gonaïves. Un plan d'action intégré a été élaboré incluant notamment des activités de renforcement des capacités des équipes locales de MAST/IBERS (formation, révision des outils) à faire le monitoring de la situation des enfants au niveau de 14 orphelinats, d'une quinzaine d'abris, auprès des familles ayant regagné leur domicile ainsi qu'à faire la référence vers les partenaires offrant des services plus spécialisés. Des réponses directes telles que le recouvrement des actes de naissance, l'assistance légale aux 13 enfants en prison seront aussi coordonnées par l'IBESR en partenariat avec les instances concernées du Ministère de la Justice. Au total, environ 6,000 enfants bénéficieront directement des interventions intégrées de l'IBERS/MAST et de leurs partenaires.

La même démarche de réponse est en cours de planification par la section Protection de l'UNICEF, l'IBESR et le MAST pour Port-au-Prince et les Cayes.

Coordination et Développement

L'Ambassadeur Français en Haïti, avec une délégation a visité le département des Nippes le 3 novembre dernier. L'Ambassadeur a annoncé la contribution de la France pour un montant de 6 millions d'euros, en appui au MSPP pour l'exécution du Programme de Santé Maternelle et Infantile ainsi que 1 million d'Euros pour la construction d'un pont à Miragôane endommagés par le passage des derniers ouragans. Le pont sera aussi co-financé par la Banque Mondiale.

La rencontre de la Table de Concertation du Nord Ouest a eu lieu le 31 Octobre avec un effectif très faible. Pendant la réunion a été décidée que une Commission ad hoc sera mise en place et chargée de préparer un document sur la faisabilité de la construction d'un pont sur les Trois Rivières. Le document sera préparé par les institutions étatiques et les ONG travaillant dans le bas Nord Ouest (FAES, ID, ADMA, AAA, GRAFF). Le document de plaidoyer sera envoyé à Port au Prince sous la couverture de la TCD.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.