Haiti

Haïti : Mobilisation aux Cayes autour de la violence faite aux femmes

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Dans le cadre de l'exécution du projet « Femmes en Action », le Centre Multimédia des Cayes a été, du 3 au 5 novembre, l'hôte d'un séminaire autour du thème « Genre et violence ». Animé par Marie Françoise Metellus, de la Section Genre de la MINUSTAH, cette formation a eu pour objectif d'aider les participants à maîtriser les concepts genre et sexe. Une façon de renforcer leur capacité pour une meilleure intégration dans la lutte pour l'équité de genre.

Près de 25 personnes dont 17 femmes issues d'une dizaine d'associations ont participé à cette formation. Celles-ci ont pu, lors de la première journée, identifier à travers des ateliers et exercices pratiques, « les réseaux de transmission de la discrimination, de la subordination et de la division du travail selon le genre », tout en établissant la différence entre le sexe et le genre.

La deuxième journée était axée sur la violence en général et les différentes formes qu'elle peut prendre. Ses causes et conséquences, son rôle et sa fonction quand elle est exercée contre une femme sont entre autres aspects passés en revue.

A l'aide de jeux de rôle, les femmes ont compris que la violence de genre est présente dans tous les pays et toutes les cultures. Toutefois, souligne l'une des participantes, Marie Anne France Etienne, qui est aussi membre du Réseau des Femmes Organisées du Sud (REFOS), «une différence de taille est que dans certains pays, l'Etat prend des mesures pour punir les pratiques discriminatoires à l'égard des femmes ».

Pour sa part, Mme Marie Irlande Fortuné, de la K=F2dinasyon Fanm Djanm nan Sid / Coordination de Femmes Vaillantes du Sud (COSOFADS), affirme que cette formation lui a permis de comprendre que « la différence existant entre un homme et une femme est seulement biologique. Et toutes les autres caractéristiques ne sont que des constructions sociales ».

La rencontre a en outre permis aux participants d'acquérir des notions qui permettront à leurs organisations d'intégrer une approche genre dans leurs actions afin de renforcer leur capacité.

Utilisant la méthode de formation des adultes (andragogie), Marie Françoise Metellus a exposé les avantages pour les femmes à s'organiser de façon à bannir les discriminations de genre comme la division du travail. Cette méthode a porté les hommes présents à se sentir très concernés par cette lutte que mènent les femmes et à considérer que « cette rivalité obsolète doit cesser si on veut bâtir une société juste et équitable ayant pour fondement la compétence intellectuelle égale ».

Ainsi, fait remarquer Yves Michel Despagnes : « ces trois jours de formation sur le genre n'ont pas été vains car, participantes et participants sont unanimes à admettre que la violence de genre est intolérable et inadmissible ». Au terme de cette formation, ils sont sortis convaincus que les conséquences de la violence faite aux femmes sont de divers ordres et une femme victime de violence a besoin d'une prise en charge pluridisciplinaire.